WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna

( Télécharger le fichier original )
par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

4.4- Variation spatio-temporelle du régime alimentaire des deux échassiers

4.4.1- Variation spatio-temporelle du régime alimentaire de la Cigogne blanche

> Variation du régime alimentaire de la Cigogne blanche entre les deux zones d'étude

Le régime alimentaire de la Cigogne blanche varie sensiblement entre les deux zones d'étude. A d'El Madher, ce sont les coléoptères qui dominent le régime alimentaire de l'espèce avec une abondance de 56,21 % suivis par les orthoptères (30 %) et les dermaptères (11,67 %). A Merouana, les orthoptères viennent en premier lieu avec 75,4 %, suivis par les coléoptères (22,5 %) et les dermaptères (1,31 %).

L'indice de similitude de SORENSON calculé entre les deux zones d'étude est de 75,59. Ceci signifie qu'il existe une grande similitude entre les deux stations.

Il est à signaler que la plupart des auteurs que nous avons consulté ont fait leurs études dans un seul lieu d'échantillonnage. Néanmoins, nos résultats concordent avec ceux de BOUKHEMZA (2000), dans la région de la Kabylie du Sébaou (Tizi-Ouzou), qui a mis en évidence la dominance des coléoptères, des orthoptères et des dermaptères tout en signalant des différences dans leur consommation entre trois localités différentes. A titre d'exemple, en 1992 les cigognes de Boukhalfa et de Tdmaït ont consommé d'importantes quantités de coléoptères tandis que celles de Drâa Ben Khedda ont préféré les orthoptères. D'après ce dernier auteur, ces variations reflètent les différences de l'entomofaune locale.

> Variation temporelle

En plus de la variation constatée entre localités, les principaux ordres composant le régime alimentaire de la cigogne fluctuent d'un mois à un autre dans la même localité.

A El Madher, les coléoptères enregistrant le taux le plus élevé, sont surtout plus dominants aux mois de mars, avril et mai. Ils sont remplacés par les orthoptères durant les mois de juin et de juillet. Alors qu'à Merouana, les orthoptères, dont les deux sous ordres Caelifera et Ensifera, sont présents avec des fréquences presque semblables, dominent le

régime alimentaire de C. ciconia durant tous les mois d'étude dépassant 51 % de l'effectif total avec des taux élevés aux mois de février et de juillet.

Les dermaptères, représentés essentiellement par l'espèce Anisolabis mauritanicus noté avec une occurrence très élevée (76 %), atteignent leur maximum aux mois de mars et de mai à El Madher et au mois de juin à Merouana.

Ces résultats sont en relation avec les résultats des disponibilités alimentaires, dans lesquels nous avons noté un taux élevé de coléoptères, plus de 30 % des invertébrés échantillonnés, durant les saisons hivernale, estivale et automnale, et un taux faible en été avec 11 % seulement. Contrairement aux orthoptères, qui notent un taux plus élevé en été (3,21 %) et en automne (1,99 %), un taux faible au printemps et une absence en hiver.

BOUKHEMZA (2000) a noté, sur deux années successives 1992 et 1993, une augmentation considérable dans la consommation des coléoptères par la cigogne depuis son arrivée, pour atteindre un maximum au mois de mai. Les coléoptères sont relayés, par la suite, par les orthoptères, notamment au mois de juillet. Concernant les dermaptères, ce dernier auteur a mentionné encore des résultats similaires aux nôtres. Cet ordre est noté avec un taux élevé au mois de mars, en 1992, et aux mois d'avril et de juin en 1995.

précédent sommaire suivant