WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation de la demande régionale d'eau résidentielle en présence d'une tarification progressive et non linéaire en Tunisie. Une approche par cointégration sur données de panel

( Télécharger le fichier original )
par Younes BEN ZAIED
Université Tunis El Manar - Mastére de recherche en économie mathématiques et économétrie 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

Introduction

La Tunisie est un pays à climat semi-aride caractérisé par une rareté des ressources en eau. Cette rareté naturelle est accentue par une croissance rapide de la demande suite au développement économique, urbain et démographique qui connait la Tunisie depuis l'indépendance.

L'autorité de l'eau, qui s'engage à promouvoir l'offre afin de satisfaire la demande, se trouve devant une contrainte naturelle qui se traduit par la limite des ressources conventionnelles. Un tel probléme pousse l'autorité à penser à mobiliser d'autre ressources non-conventionnelles, tel que le dessalement de l'eau de mer et l'épuration des eaux déja utilisées. Notons que ces ressources non-conventionnelles se caractérisent par un coût de mobilisation plus élevés que les ressources naturelles. L'économie Tunisienne qui est encore émergente pourrait être handicapée par les conséquences négatives qui découlent de cet accroissement brutal du coût. La seule alternative résiderait dans la maîtrise de la demande afin d'alléger ces conséquences négatives susceptibles de ralentir le rythme de la croissance économique déja remarquable.

L'agriculture, qui accapare plus de 80% des ressources disponibles, est au centre de l'intéret dans toute politique de gestion de la ressource en eau. Sachant que les responsables de la gestion des ressources en eau dans le secteur résidentiel sont convencus de l'inélasticité de la demande en eau à son prix, le recours à la conservation de la ressource, grâce à une tarification appropriée, est malheureusement négligé au profit de la mobilisation de l'offre.

Si la demande d'eau résidentielle paraît beaucoup moins importante que la demande agricole en terme absolu, sa maîtrise est cependant primordiale pour des raisons absolument évidentes. En effet, cette composante se distingue par au

moins deux caractéristiques intrinsèques qui justifient amplement qu'on lui prête le maximum d'attention. Premièrement, l'usage résidentiel est considéré comme le plus vital, parce qu'il touche un domaine hautement sensible lié à la satisfication des besoins perçus comme indispensable à la survie de toute société humaine. Deuxièmement, la demande en eau résidentielle accapare les meilleures ressources du pays. En effet les eaux réellement douces, d'accès facile et surtout les plus régulières et caractérisées par des niveaux de fiabilités minimales sont allouées en priorité à ce secteur.

Afin d'aider les preneurs des décisions en matiére de gestion de la ressource, plusieurs chercheurs ont produit des travaux d'analyse économétriques de la demande d'eau résidentielle en Tunisie durant les dernières decenies. Ces études ont réellement contribués à clarifier le problème et surtout à montrer que la demande n'est pas, comme prétendu, inélastique au prix. Notre travail s'inscrit dans cette perspectives en mettant surtout un accent particulier sur le recours aux techniques économétriques les plus récentes afin d'améliorer la qualité de l'estimation de la demande d'eau résidentielle. En effet, la base des données utilisée dans ces études est souvent considérée stationnaire. Nous nous intéressons dans ce travail à l'application d'une technique économétrique récente qui évoque le probléme de la stationnarité en panel. Nous actualisons la base des données utilisée par Ayadi et al (2002) et nous posons la question sur la situation d'équilibre de long terme entre la consommation moyenne d'eau résidentielle et ses déterminants pour le cas de la Tunisie. Notre base des données commencent avec la disponibilité des données désagrégés jusqu'à nos jours (1980-2007). Nous adoptons le découpage retenu par le travail de Ayadi et al (2002).

Notre travail est organisé en quatre chapitre. Le premier est consacré à une présentation synthétique de la littérature économétrique qui nous utilise dans notre partie empirique. Nous avons mis un accent particulier dans le chapitre deux sur les tests de stationnarité en panel, de cointégration en panel et les méthodes d'estimation des relations de cointégration en panel. L'analyse des données forme le chapitre trois et Enfin, le dernier chapitre résume les résultats obtenus ainsi que leur intérpretation économique.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour