WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation de la demande régionale d'eau résidentielle en présence d'une tarification progressive et non linéaire en Tunisie. Une approche par cointégration sur données de panel

( Télécharger le fichier original )
par Younes BEN ZAIED
Université Tunis El Manar - Mastére de recherche en économie mathématiques et économétrie 2009
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 1

Revue de la littérature

L'économétrie appliquée est un mode d'investigation économique qui utilise le calcul mathématique et statistique, l'informatique et les lois économiques pour faire des estimations permettant d'éclaircir la réalité compliquée. Cette complexité nous incite à chercher un principe qui facilite la mission des responsables à la prise des bonnes décisions. Le probléme d'estimation de la demande d'eau résidentielle s'inscrit dans la liste des problémes auxquels sont confrontés bon nombre d'économétres. Toutefois, La résolution d'un tel probléme nécessite, pour un économètre appliqué, l'observation de la réalité, la formulation, l'estimation et la validation des résultats. Cette démarche a été entreprise dans plusieurs pays en utilisant diverses techniques économétriques. C'est en fait l'objectif du présent chapitre consacré à une revue de la littérature plus ou moins exhaustive, qui nous ramènera à la bonne spéciÞcation d'une formule standard innovatrice à appliquer dans notre travail. Ainsi, la revue est présentée en prenant en considération l'aspect économétrique à travers la synthése des travaux sur données d'enquête, les travaux utilisant des données temporelles et, dans une dernière section, ceux portant sur des données de panel.

La demande d'eau résidentielle a été étudiée depuis la Þn des années soixante. Plusieurs estimations ont été entreprises pour le cas des Etats-Unis tels que les travaux de Howe et Lineaweaver [1967][20], Foster et Beattie [1979][17], Chicoine et Ramamurthy [1986][11],Nieswiadomy et Molina [1989][38] et Hewitt et Hanemann [1995][21]. Alors que l'émergence des études portant sur des pays européens date des années quatre vingt dix à travers les travaux de Hansen [1996][23], Höglund [1997][22], CREDOC [1997][13], et Très récemment le travail de Nauges C et A Thomas [2003][40] a traité le cas de la France.

Pour le cas de la Tunisie, la plupart des études ont été entreprises sur la base des données agrégées. Ainsi, les mémoires de Ben Naceur [1984][5] et Tlili [1993], les études de Rodriguez [1991][48], Lahoual et al [1994][34], Ayadi et al [2002][1] ont utilisé respectivement des données annuelles, trimestrielles et en double indice pour estimer des fonctions de demande nationale d'eau résidentielle. Notant au passage que notre étude sera la nouvelle version de celle de Ayadi et al [2002][1].

Nous allons présenter l'état de l'art selon la technique économétrique utilisée pour estimer la demande d'eau résidentielle. Ainsi, Les études portant sur des données d'enquête seront synthétisées dans une première section, les études basées sur des séries temporelles et ceux sur données de panel le seront dans une dernière section.

2.1 Les études portant sur des données d'enquête

Malgré la faiblesse statistique des estimations sur des données individuelles, plusieurs travaux en économétrie appliquée et notamment en économétrie de la demande ont été établis. Le premier travail qui tente à estimer la demande d'eau résidentielle sur la base des données individuelles ( cross section ou en coupe transversal) a été mené par Vaillancourt F et Mireille C [1978][54]. Cette application tente à estimer la demande d'eau résidentielle pour un échantillon de 560 ménages d'une ville Québécoise appelée Saint-Laurent. Les auteurs ont déterminé les variables principales susceptibles d'affecter la demande d'eau résidentielle à travers l'estimation d'une simple régression linéaire de la consommation d'eau sur le prix par unité, le revenu par ménage, le nombre des membres du ménage, les conditions climatiques sèches et la présence d'équipements consommateurs d'eau. Pour le cas du Québec, le prix est Þxe pour les ménages dont la consommation ne dépasse pas 68,000 gallons par an. Les auteurs ont procédé à un échantillonnage par la méthode du hasard systématique; ils ont trouvé que 87% parmi les 560 ménages ne dépassent pas 68,000 gallons par an, parsuite, ils ont écarté la variable prix de la régression. Conformément à l'intuition économique et compte tenu que l'eau est un bien normal, les résultats ont ressorti que le revenu affecte positivement la consommation d'eau. Le nombre des membres du ménage et la présence d'équipements consommateurs d'eau vinent à augmenter la consommation d'eau pour les ménages de l'échantillon. Notons que les auteurs ont estimé l'équation de la consommation à travers la linéarisation en forme logarithmique et ces résultats ont été similaires à ceux des études américaines et à ceux obtenus pour la même ville en 1977 pour un échantillon de 108 ménages.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.