WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Fréquence et prise en charge des abdomens aigus chirurgicaux dans le service de chirurgie de l'Hôpital provincial de Kananga du 01 janvier 2010 au 31 décembre 2012

( Télécharger le fichier original )
par Vally NDUMBI TEMUANGUDI
Université de Notre- Dame du Kasai RDC - Memoire presenté en vue de l'obtention du grade de docteur en médecine 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.5. AAC et durée d'hospitalisation.

Que l'on soit opéré ou pas, la durée du séjour dans le service de chirurgie du CHK, la plus fréquente allait de 6 à 10 jours (tableau XI) soit 89 patients sur la totalité de 229 ou 38,86% ; suivie de celle allant de 1 à 5 jours, qui représentait 85 patients sur 229 soit 37,12% et la durée la plus rare qui va de 25 à 29 jours, qui a eu 5 cas ou 2,18%.

Soulignons tout de même que d'une part, il y avait des patients qui ne réalisaient même pas 24h dans le service et qui, soit repartaient à domicile faute de moyen financier ou qui mourraient à cause du retard de consultation ou d'un traitement non spécifique à domicile soit dans d'autres structures médicales. Cette durée est prise dans notre étude dans l'intervalle de 1 à 5 jours. D'autre part, il sied de noter que certains autres patients ont fait plus de 30 jours dans le service, allant jusqu'à plus de 60 jours, surtout par faute d'honneur de leur facture et cette classe a compté 8 cas soit 3,42%, pourcentage non négligeable.

5.6. AAC et résidence (tableau XII).

La ville de Kananga, comptant 5 communes, la commune qui a envoyé plus de cas que les autres est celle de Kananga avec 132 cas sur 229 soit 57,64%, au-delà de la moitié de notre échantillon, la commune avec faible fréquence étant celle de la Nganza pour laquelle on ne comptait que 14 cas sur 229 soit 6,11%, mais la remarque est celle qui est faite sur les cas venant des environs de la ville qui représentent 10 cas soit 4,38% de l'échantillon.

Ces différences entre les fréquences peuvent trouver leur justification par le fait qu'il est raisonnable que les patients consultent la structure de santé qui se trouve à proximité se leur domicile, c'est le cas de la commune de Kananga qui héberge notre cadre d'étude qui est un hôpital de référence secondaire ; ce qui explique aussi la fréquence plus ou moins élevée pour la commune de Lukonga, bien qu'ayant aussi un hôpital. Les malades provenant de l'intérieur de la province, nous arrivent le plus souvent avec des tableaux très compliqués et parfois au stade terminal parce qu'ils ont commencé d'abord avec le traitement indigène et n'ayant pas amené le résultat satisfaisant, on amène le malade en retard.

5.7. AAC et intervention chirurgicale et décès.

Selon le tableau XIII qui nous présente la répartition des malades selon qu'ils ont ou non subi l'intervention chirurgicale et le tableau XVI qui nous les présente en faisant la comparaison, chez ceux qui sont décédés dans le service de chirurgie, entre la durée de leur hospitalisation et l'intervention chirurgicale.

Notons que sur les 229patients qui constituent notre échantillon, 27 représentent le nombre de ceux qui n'avaient pas été opérés soit 11,79%. Ces derniers sont soit décédés avant l'intervention, soit sortis du service par manque de possibilité avant l'intervention ou carrément transférés.

Le Khi carré calculé sur le tableau XVI nous a poussé a conclure qu'il y a une dépendance entre le décès et l'intervention chirurgicale, autrement dit, il est facilement compréhensible qu'on meure en cas d'AAC si on a pas été opéré en urgence. On comprend aussi que l'intervention chirurgicale prolonge l'espérance de vie en post opératoire chez ces malades à la seule condition que le post op soit assuré, si pas, il meurt dans moins de 48h après l'opération. Le décès représente 11,35% des cas alors que selon Marco et al., 5,3% seulement allaient mourir pendant leur séjour hospitalier.(11)

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.