WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du taux d'interet et du taux de change sur la volatilité des banques tunisiennes


par Zied Zagrouba
faculté des sciences economiques et de gestion de Tunis - Mastere de recherche en finance 2016
  

précédent sommaire suivant

I. Les études empiriques antérieures

1. Les travaux antérieurs sur les marchés internationaux

Le taux de change et le taux d'intérêt sont des facteurs financiers et économiques importants qui influent sur la valeur des actions ordinaires. Il y a des raisons importantes pour lesquelles les rendements boursiers des banques peuvent être sensibles aux variations des taux d'intérêt et des taux de change.

Tout d'abord, l'hypothèse de transfert de la volatilité suggère que les chocs aléatoires peuvent induire une plus grande volatilité sur les marchés financiers et en raison des effets de contagion qui sont les plus élevés dans les marchés plus volatils (King, 1990), les investisseurs ainsi que les banques peuvent chercher à l'étranger à investir des actifs financiers. Si la diversification internationale des portefeuilles se traduit également par une augmentation de la volatilité de ces rendements.

35

Une plus grande exposition au risque du taux d'intérêt et du taux de change peut affecter les rendements boursiers des banques si un certain nombre d'information est disponible dans leurs cours boursiers. Ainsi, les implications de la théorie de la tarification de l'arbitrage (APT) seront applicables si en effet les taux d'intérêt et les taux de change sont des facteurs qui constituent des éléments importants dans le prix de l'action.

Deuxièmement, on a montré des changements des taux d'intérêts et des taux de change qui influent directement sur les revenus et les coûts des institutions financières (Yourougou P. , 1990)). Comme les plus grandes banques américaines qui ont une proportion importante de leurs activités dans les pays étrangers, les changements des taux d'intérêts et des taux de change sont susceptibles d'avoir un impact sur leurs sources de revenus et de coûts au-delà de la protection accordée par la couverture.

(Joseph N. , 2002) a examiné l'impact des variations des taux de change et les changements du taux d'intérêt sur les entreprises du Royaume-Uni au cours de la période allant de 1988 à 2000 : Il tient compte de deux mesures différentes de l'impact des taux de change, avec une mesure des changements de taux d'intérêt. Les résultats montrent que les rendements de l'industrie sont plus affectés par les changements des taux d'intérêt que par la variation des taux de change.

Comme l'a noté (Bhattacharya S, 1993) dans ce processus, les institutions financières agissent souvent comme " des transformateurs d'actifs qualitatifs " en changeant les attributs de créances financières par rapport au risque, la taille, la maturité, et ainsi de suite. Surtout que les banques investissent dans des actifs risqués à long terme, mais acceptent plutôt un faible niveau de risque à court terme, ce qui assure les épargnants contre les besoins imprévus de liquidité. En conséquence, les banques détiennent des actifs et passifs à taux d'intérêt nominaux principalement et souvent fixes avec, en particulier dans le cas des banques, des échéances divergentes selon le raisonnement de (French KR, 1983), ce qui a été largement prétendu être la raison spécifique de la sensibilité aux taux d'intérêt des institutions financières.

La plupart des études existantes se concentrent sur le taux d'intérêt, le taux de change et la sensibilité des rendements des actions bancaires. En utilisant la méthode des flux de trésorerie avec les valeurs bancaires américaines, (Stone, 1974) ont constaté qu'ils ne sont pas affectés par les fluctuations des taux d'intérêt étant donné que ces changements ne sont pas un impact significatif sur les coûts et les bénéfices en utilisant des méthodologies différentes. Cette

36

variation, à son tour donne naissance aux études empiriques antérieures de la sensibilité aux taux d'intérêt des banques comprenant les travaux de (Bae, 1990).

Les résultats empiriques de (Lloyd, 1977) et (Chance, 1980) qui ont fourni une preuve faible de l'impact des taux d'intérêt sur le processus de rendement des institutions financières, ont été contestés par les résultats de (Scott W. P., 1986), et (Bae, 1990).Ces derniers ont indiqué que le rendement des actions des institutions financières a été affecté négativement par des changements du taux d'intérêt.

Comme mentionné précédemment, ces études ont principalement utilisé des méthodes d'estimations linéaires, tels que OLS et GLS, et ne considèrent pas que les sensibilités de la banque sur le marché, le taux d'intérêt et les facteurs de taux de change sont variables dans le temps.

En raison de la classification de la volatilité, l'effet de levier et ARCH(effets des données à haute fréquence), les méthodes d'estimation linéaires (OLS) produisent des résultats biaisés et incohérents et donc, il serait imprudent de supposer une volatilité constante dans toute analyse.

Des études empiriques ont traité la sensibilité aux taux de change sur le rendement des actions bancaires. Depuis, des mouvements inattendus des taux de change peuvent affecter directement les banques en générant des gains ou des pertes en fonction de la position extérieure nette de traduction.

Le risque de change pourrait être un autre facteur déterminant des rendements boursiers des banques. Les premières études empiriques qui ont attiré une attention particulière aux risques de change sur le processus de rendement des banques étaient (Grammatikos T. S., 1986)et (Chamberlain S. H., 1997).

Les résultats de ces études ont montré que les banques américaines ont été exposées au risque de taux de change. En utilisant des données à la fois quotidiennes et mensuelles, (Chamberlain S. H., 1997) ont comparé les sensibilités des taux de change des banques américaines avec celles des banques japonaises. Ils ont constaté que le rendement des actions d'une partie importante des sociétés bancaires américaines ont semblé être sensibles aux variations des taux de change, alors que seulement quelques-unes des banques, les rendements boursiers japonais varient avec le taux de change.

37

Alors que la plupart des recherches ont généralement analysé l'impact à la fois du taux d'intérêt ou du taux de change sur les rendements des actions bancaires, (Choi. J. J., 1992) ont appliqué un modèle à trois indices pour les États-Unis où le rendement des actions la banque qui estimaient conjointement l'impact du marché, le taux de change et des facteurs de taux d'intérêt dans l'hypothèse de termes d'erreur de variance constante.

Même si les résultats de (Choi. J. J., 1992) ont fourni des preuves beaucoup plus fortes de la sensibilité aux taux d'intérêt que la sensibilité aux taux de change, Wetmore et Brick (1994) ont trouvé un résultat controversé pour les banques américaines. En outre, en utilisant le même modèle à trois facteurs dans le processus de génération de rendement des banques coréennes, Hahm (2004) a conclu que les rendements des actions des banques coréennes étaient sensibles à ces facteurs.

(Asma Rafique, 2013) a étudié les variables macroéconomiques cruciales qui affectent la performance du marché boursier. Pour l'évaluation des rendements des marchés boursiers, ils ont utilisé le taux de change, le taux d'inflation et le taux d'intérêt comme des indicateurs de variables macro-économiques qui ont un plus grand effet sur le marché boursier.

(Muhammad Irfan Javaid Attari, 2013) a pris les données de Février 2005 à mai 2012 à leurs travaux de recherche : l'utilisation du taux de change, du taux d'inflation, du taux d'intérêt et du chômage comme variables indépendantes et le rendement des actions comme variable dépendante en utilisant LE modèle GARCH a permis de conclure que le taux de change et de taux d'intérêt sont les variables importantes dans la fluctuation du cours des actions et ont un effet significatif sur le rendement du marché boursier.

Quelques études empiriques ont également examiné la sensibilité des actions aux variations des taux de change tandis que d'autres ont estimé conjointement l'impact des taux de change et des taux d'intérêt sur les rendements des actions : Prenons d'abord les travaux empiriques qui mettent l'accent uniquement sur la sensibilité aux taux de change. Ici (Chamberlain S. H., 1997) font état de faibles preuves de sensibilité aux taux de change pour les banques américaines. Leurs résultats de la régression en coupe montrent que les mesures comptables peuvent, en effet expliquer le degré de sensibilité aux taux de change. Les banques japonaises ne semblent pas être exposées aux variations des taux de change et le degré de sensibilité semble également varier au fil du temps.

38

Peu d'études empiriques ont utilisé des modèles de type ARCH pour capturer des propriétés de variation du risque dans ces données.

(Song, 1994) qui estime le modèle ARCH, suggère que le modèle est le cadre le plus approprié pour déterminer les rendements bancaires d'achat d'actions.

Les résultats empiriques de (Mansur, 1995), qui a étudié l'effet des changements à la fois le niveau et la volatilité des taux d'intérêt sur les rendements d'actions des banques appliquant des modèles ARCH d'estimation, ont révélé que les deux risques du taux d'intérêt et du taux de change et leurs volatilités respectives étaient susceptibles d'influencer le rendement des actions de la banque.

(Flannery, 1997), en utilisant un modèle GARCH à deux facteurs à l'origine développé par (Engle, 1982) a montré que les risques de taux d'intérêt et de marché constituent deux facteurs importants dans les portefeuilles d'actions non-bancaires et a constaté aussi que l'effet du risque de taux d'intérêt à être moins fort dans le portefeuille bancaire.

En utilisant le Test de cointégration et le test de causalité, (Hasan, 2009) a étudié la relation entre les prix des actions du Pakistan sur le marché boursier avec la masse monétaire, le taux de change, le taux des bons du Trésor et l'IPC. Ils ont constaté que la relation entre le taux d'intérêt et le taux de change avec des rendements du marché boursier est négatif. (Leon, 2008)Utilise le modèle GARCH pour déterminer la relation entre l'indice coréen Stock Prix 200 (KOSPI) et les certificats de dépôt négociables (NCD rendement de 91 jours en Corée) à l'aide des données hebdomadaires de 1992 à 1998 et l'étude révèle que les rendements du marché conditionnel ont une relation négative et significative avec les taux d'intérêt.

L'étude de (Ryan, 2002) sur les pays développés, et en estimant le modèle GARCH-M et MCO pour la sensibilité du taux d'intérêt et la variation du taux de change, montre qu'il y a absence de non-linéarité dans les données qui ne sont pas estimés efficacement. Sous le t-distribution conditionnelle, le modèle EGARCH semble offrir des résultats plus fiables comparées avec MCO. Les coefficients de sensibilités sont positifs à la fois aux taux de changes et aux taux d'intérêts.

Selon les études faites sur le marché australien sur la période de 1996-2001 et en utilisant la version étendue de l'hétéroscédasticité conditionnelle autorégressive généralisée (GARCH-M) la sensibilité des séries chronologiques du rendement bancaire sur le risque de marché, le taux de change et le taux d'intérêt pour la variation de la volatilité à travers le temps, montre

39

que l'impact du risque de marché est plus important sur le rendement boursier des banques que la volatilité du taux de change et du taux d'intérêt.

En effet, la littérature existante celle des Etats Unis mis en évidence par (Haluk Unal, 1989) Avant les années 90, ignore les progrès considérables réalisés dans l'heteroscedastique autorégressive conditionnelle (ARCH) pour modéliser l'effet de taux de change et de taux d'intérêt et le marché et leur volatilité sur des rendements des banques en rejetant les hypothèses de linéarité , d'indépendance et constance de variation conditionnelle. Une quantité de travaux ont porté sur la CAPM sous forme de modèle de marché pour montrer que la mesure des rendements des banques varie selon le marché pour mettre en évidence le risque de marché et l'hypothèse d'une variance constante et les terme d'erreur sont déterminés.

Une étude de l'impact du taux d'intérêt et du taux de change sur la volatilité boursière faite par (S.kasman, 2011)sur le marché Turque en utilisant les deux modelés d'estimation MCO et GARCH. Les résultats montrent l'existence d'autocorrélation résiduelle dans les données et le modèle GARCH produit des coefficients plus efficaces que les MCO.

Par conséquent, l'application des variables dans le temps des modèles de risque nous permet également d'introduire la volatilité des taux d'intérêt et de change dans le rendement des actions bancaires.

En outre, les sensibilités bancaires des rendements d'actions sont plus fortes pour le rendement de marché que le taux de change et le taux d'intérêt, ce qui résulte que le rendement de marché est un élément important dans la détermination du rendement bancaire.

On peut conclure des résultats de cette étude que le taux d'intérêt et le taux de change sont donc des déterminants majeurs de la volatilité du rendement des banques.

Pour se couvrir contre ces risques, les investisseurs devraient suivre les politiques monétaires pour prendre les décisions d'investissement car le taux d'intérêt et le taux de change sont prédictif pour le rendement de l'action de la banque et de la volatilité.

40

précédent sommaire suivant