WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le droit international face à  la protection des minorités en RDC. Cas de Human Rigth Watch et l'opération Likofi en 2013 - 2014.

( Télécharger le fichier original )
par Serge MBEMBE
UNIVERSITE PEDAGOGIQUE NATIONALE  - Licence 2015
  

sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

EPIGRAPHE

La force est utile quand c'est nécessaire.

Nicolas Machiavel

DEDICACE

A mon épouse Julienne Sandja, â ma grande soeur Françoise Mpia et au Général Célestin Kanyama.

REMERCIEMENTS

Nous tenons, après la réalisation de ce travail, à remercier, de façon particulière, son Directeur le Professeur Docteur Kabwita Kabolo Iko qui, nonobstant ses diverses occupations, a accepté de nous conduire, excellemment et savamment.

Notre gratitude s'exprime à l'endroit de l'Assistant Aimé Kayemba qui a daigné apporter son savoir faire pour l'aboutissement heureux de ce travail. Nos remerciements s'adressent, également à Monsieur José Sele, à notre Pasteur Etienne Amulo.

Que tous les amis, combattants du savoir et de la connaissance, avec qui nous avons enduré les hauts et les bas, se sentent remerciés dans ce travail : Makonko Salambiaku et Mateta Yongo.

Que tous ceux qui ne sont pas cités, dans ce travail, sachent que leurs noms restent inscrits dans l'anonymat de notre coeur.

iv

SIGLES

AFDL : Alliance des Forces Démocratiques pour la

Libération.

ASBL : Association Sans But Lucratif.

BCNUDH : Bureau Conjoint des Nations Unies pour la

Défense de Droit de l'Homme.

DDHC : Déclaration de Droit de l'Homme et du Citoyen.

HRW : Human Right Watch.

IFEX : International Freedom of Expression Exchange.

MONUSCO : Mission de l'Organisations Nations Unies pour la

Stabilité du Congo.

OCHA : Coordination des Affaires Humanitaires.

ONG : Organisation Non Gouvernementale.

ONGD : Organisation Non Gouvernementales de

Développement.

ONGDH : Organisation Non Gouvernementale de Droit de

l'Homme.

ONGI : Organisation Non Gouvernementale

Internationale.

ONU : Organisation des Nations Unies.

PNC : Police Nationale Congolaise

PNUD : Programme de Nations Unies pour le

Développement.

RDC : République Démocratique du Congo.

WWF : World Wild Fund.

INTRODUCTION GENERALE

La République Démocratique du Congo est un Etat qui a connu des conflits ayant fait des milliers des morts. Cependant, la médiatisation de ces conflits n'est pas largement répandue comme ce fut le cas en Irak en 2003. Ces conflits, pourtant, n'atteignent pas seulement les belligérants, mais aussi et surtout, les personnes vulnérables ou encore les personnes fragiles par nature ainsi que les minorités.

Le droit international étant celui qui coordonne un certain nombre de problèmes pendant ce temps des conflits, n'est pas resté muet. Car, le personnel qui travaille pour le compte de

ce droit s'est levé à travers différents organismes
(internationaux et nationaux) pour lutter contre le mauvais traitement réservé aux minorités en général et les « Kuluna », en particulier.

Cela étant, la tâche des militants du droit international humanitaire n'est pas facile. Car, ils sont confrontés à des difficultés sur terrain de la part des autorités qui ne lâchent pas du leste en ce qui concerne leurs intérêts. Ces dernières parviennent à interdire les activités de certains militants sur le territoire national.

En effet, lorsque le rapport publié sur les droits humains va aux antipodes des attentes des autorités, le conflit entre les rédacteurs du rapport et les autorités nationales devient tendu. Tel est le cas qui est arrivé en 2014 lorsque Human Right Watch a publié son rapport sur la traque lancée par les dirigeants

Les autorités qui n'avaient pas pu intervenir avant pour offusquer l'évolution de la montée de ces Kuluna étaient obligés

2

congolais à travers l'opération « coup de poing » ou « likofi ». C'est ce que nous allons expliquer dans ce travail.

1. PROBLEMATIQUE

Pour booster son action de protéger ses citoyens, chaque Etat est obligé de collaborer avec les autres, dans le but de se promouvoir et de préserver ses habitants contre toute action ayant des répercussions sur leur vie.

Dans cette dynamique, les Etats du monde se sont rassemblés pour réfléchir afin de proposer un instrument efficace qui soit à mesure d'apporter une protection nécessaire aux personnes fragiles par nature ainsi qu'aux minorités. En effet, lorsque celles-ci se sentent en insécurité sur leur territoire, elles peuvent recourir à la communauté internationale pour une protection nécessaire. Cette communauté internationale oeuvre à travers les organes bien spécialisés et parfois par le moyen des Organisations Non Gouvernementales (ONG) tant nationales qu'internationales. C'est le cas de Human Right Watch.

En République Démocratique du Congo en général et dans la ville de Kinshasa en particulier, les minorités n'étaient pas régulièrement en insécurité. Cependant, une franche s'était montrée hostile au respect de l'ordre public établi par les lois du pays. Il s'agit ainsi des « enfants de la rue » devenus « Kuluna » qui, parfois, tissent des relations assez aiguisées avec des sportifs mal encadrés pour perturber l'ordre public.

3

de passer par des moyens machiavéliques pour mettre fin à ce phénomène odieux qui mettait à mal la paix des citoyens. Certains de ceux-ci ont même trouvé la mort dans les différentes attaques des Kuluna.

Par ailleurs, il faut noter que tous ces actes ne seront pas jugés jusqu'au jour où les autorités vont se lancer à la quête et à l'extermination physique de ces jeunes désoeuvrés que sont les Kuluna. Dans la foulée, les innocents furent victimes et payèrent le résultat de leur vie pendant la traque. Les familles se sont confiées aux ONG pour trouver réparation. Et comme ces dernières ne pouvaient pas juger les autorités congolaises, elles ont fait le rapport pour alerter la communauté internationale. Le gouvernement congolais n'ayant pas apprécié ce rapport a dû fustiger la partialité de celui-ci. De là est partie la mésentente entre les deux parties.

Dans le cadre de ce travail, nous allons analyser les différents rapports qui existent entre les autorités congolaises et les minorités Kuluna d'une part, et entre l'ONG Human Right Watch et l'opération « likofi » d'autre part. Tout ceci dans le respect des textes du droit international.

Ainsi, pour y arriver, les questions suivantes méritent d'être posées : Est-il vrai et irréfutable que le droit international protège les minorités en RDC ? L'ONG Human Right Watch a-t-elle travaillé impartialement dans la rédaction du rapport sur la traque des « Kuluna » lors de l'opération « likofi » lancée entre 2013 et 2014 ?

4

Telles sont les questions qui trouveront réponses provisoirement, dans les hypothèses qui suivent, avant d'être affirmées ou infirmées dans la conclusion générale de ce travail.

sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour