WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La matériauthèque du peintre Claude Yvel, né le 16 aoàt 1930


par Crescence de Lattaignant
Ecole du Louvre - Master 1 2022
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

ÉCOLE DU LOUVRE

Crescence de Lattaignant

La matériauthèque du peintre Claude Yvel,

né le 16 août 1930

Mémoire d'étude
(1re année de 2e cycle)
Discipline : muséologie
Groupe de recherche : conservation-restauration

présenté sous la direction

de Mme Mireille Klein et M. David Bourgarit

Membre du jury : Mme Mireille Klein, M. David Bourgarit, Mme Clarisse Delmas

Le contenu de ce mémoire est publié sous la licence Creative Commons

CC BY NC ND

Mai 2022

1

Sommaire

Remerciements 3

Avant-propos 4

Introduction 6

I. L'atelier de Claude Yvel : une collection de matériaux anciens dans un

atelier contemporain 9

A. L'histoire du peintre et de ses recherches sur les techniques des maîtres

anciens 9

1. Claude Yvel 9

2. Ses recherches sur les techniques des maîtres anciens 17

3. Atelier d'un peintre réaliste : le lieu et ses enjeux 19

B. La place des matériaux dans l'atelier : organisation et description des fonds 21

C. La formation d'une collection : le contexte de la collecte des matériaux 24

1. Les marchands de couleurs parisiens 24

2. Les anciennes mines d'ocre 27

3. Des provenances mondiales 28

4. Des provenances inconnues 31

II. Les matériaux Lefranc Bourgeois 32

A. Point historique 33

1. Histoire de l'entreprise Lefranc Bourgeois 33

2. Lefranc Bourgeois et les artistes : la collaboration avec Claude Yvel 37

B. Les matériaux Lefranc Bourgeois dans l'atelier parisien de Claude Yvel 45

1. Pigments bleu et vert 46

2. Pigments noir et blanc 47

3. Pigments jaune et ocres 47

4.

2

Pigments orange et rouge 48

5. Gommes et résines 50

III. La place de cette matériauthèque dans les recherches actuelles 52

A. Les enjeux actuels des matériauthèques 52

1. Etudier les matériauthèques existantes 52

2. La question de l'accès à ces données 57

B. Des exemples de l'application concrète des matériauthèques 60

1. Dans le domaine de la conservation-restauration 60

2. Vers une ouverture plus large au public 62

C. La place et le potentiel de cette matériauthèque 65

1. Des problématiques communes et distinctes des autres

matériauthèques... 65

2. Un futur partagé entre la conservation-restauration et l'exposition dans un

musée 67

Conclusion 70

Bibliographie 72

3

Remerciements

J'adresse tout d'abord mes remerciements à mes directeurs de mémoire, madame Mireille Klein (Conservatrice en chef du patrimoine, cheffe du département Restauration au RMF) et monsieur David Bourgarit (Ingénieur de recherche et archéométallurgiste au RMF), pour leur encadrement, leur aide et leurs relectures tout au long de l'année lors des séances de groupe de recherche.

Je tiens à remercier madame Clarisse Delmas (Responsable des Ateliers Restauration Peinture Flore au RMF) en sa qualité de personne ressource pour avoir proposé le sujet et m'avoir accompagnée durant l'année. Ses conseils et ses relectures ont été un soutien précieux pour ce mémoire.

Sans les nombreux entretiens passés avec monsieur Claude Yvel (Figure 1) ce mémoire n'aurait pas eu lieu. Je le remercie de m'avoir toujours bien accueillie dans son atelier, pour son temps consacré à me répondre et sa générosité pour avoir partagé les trésors de son atelier et ses souvenirs qui les accompagnent.

Je fais part d'une grande gratitude à madame Nathalie Balcar (Ingénieure d'études au RMF, département Restauration, filière XXe-art contemporain) pour sa disponibilité, ses encouragements et l'intérêt manifesté pour ce mémoire. La documentation partagée et les conseils bibliographiques m'ont beaucoup aidée dans l'exécution de ce travail.

Je remercie monsieur Yannick Vandenberghe (Technicien de recherche, groupe peinture, RMF) pour son aide et ses réponses à propos du projet CoRef. Mes remerciements vont vers Marianne Segaud et Véronique Reuter (documentalistes-archivistes au RMF), qui m'ont conseillée pour la bibliographie.

Grâce à la documentation envoyée par Mélanie Juvany (Médiatrice au musée de la Chasse et de la Nature), j'ai appris la fonction de dispositif de médiation associé aux matériauthèques. Les médiatrices Emma Bégouin, Noémie Hozé, Mélanie Juvany et Pauline Sylvestre sont remerciées de m'avoir partagé leur travail sur leur projet de matériau technothèque au Musée Bourdelle.

Pour finir, je remercie chaleureusement mes amies qui ont eu la patience de me relire, et ma famille pour leur soutien infaillible durant toute l'année.

4

Avant-propos

Ce mémoire a été exécuté dans le cadre du master 1 Muséologie de l'Ecole du Louvre, au sein du groupe de recherche «Conservation-Restauration». Le sujet a été présenté par madame Clarisse Delmas, sous le nom de «la matériauthèque du peintre Claude Yvel».

Ce travail devait mener à l'élaboration d'une base de données recensant les matériaux, outils et livres dans l'atelier du peintre. Il s'agissait aussi de contextualiser l'historique de la collection, son espace et ses rangements. Lors de sa présentation, le sujet m'a d'abord intéressée pour la démarche qui consistait en partie à assurer la transmission de la mémoire du peintre sur sa collection de matériaux. C'était une manière originale et inédite d'aborder les questions relatives aux matériaux de peinture, qui permettait de sortir du cadre habituel de travail. J'étais aussi particulièrement intéressée par la rencontre avec ce peintre contemporain qui pratiquait la peinture à l'huile à la manière des maîtres anciens. La persistance de la peinture réaliste et hyperréaliste en France et de la vie dans les anciens ateliers parisiens, m'était alors entièrement inconnue.

Établir un cadre et bien délimiter le sujet a été la principale difficulté. Rencontrer ce peintre dans son atelier était comme entrer dans un autre univers, un environnement de matériaux qui prenaient vie avec ses souvenirs. Aborder les matériaux, c'était entrer dans les coulisses de la production artistique contemporaine. Les fabricants, la nature des matériaux, leur compatibilité avec tel liant, l'évolution du marché vers la perte des anciens marchands de couleurs, étaient autant de questions que je me devais d'éclaircir pour bien cerner le sujet. A cela s'est ajouté l'abondance des matériaux, des histoires concernant la situation des peintres réalistes, des anecdotes sur ses rencontres et expériences lors de ses voyages. Chaque élément, matériel comme mémoriel, était exceptionnel et unique. Mais leur quantité a été un critère qui a obligé à faire une sélection. Chaque boîte et chaque tiroir n'a pas été ouvert et étudié. Le mémoire se concentre sur les pigments, et principalement sur les matériaux Lefranc Bourgeois. Cette marque a été sélectionnée plutôt qu'une autre, car elle concerne une part importante de la collection de pigments, elle est liée très étroitement à la vie du peintre et ses recherches, et elle reste très bien documentée. Lefranc Bourgeois permettait de faire ressortir le

5

caractère d'inventeur de Claude Yvel, et l'aspect de laboratoire de son atelier. Il était ainsi possible de relier les dimensions matériau, histoire, et vie sociale et professionnelle à une époque désormais révolue, ce qui était un des traits atypiques de cette matériauthèque. L'autre défi était de rendre ce propos actuel grâce à la dimension de matériauthèque, domaine qui était loin d'être maîtrisé lors du choix du sujet. Etudier le domaine de la matériauthèque de manière plus large m'a permis de révéler la particularité, les ouvertures et les usages futurs de cette collection de matériaux d'après des exemples déjà connus.

Mais avant d'arriver à ces étapes de recherche, j'ai commencé par passer de nombreuses heures d'entretiens dans l'atelier de Claude Yvel. Ce sont ses matériaux et ses souvenirs qui sont la matière première de ce travail. C'est d'après ce qu'il m'a montré que j'ai pu construire un plan et approfondir le sujet. Il y a donc eu un véritable travail effectué avec Claude Yvel pour raviver des souvenirs et obtenir des réponses sur des personnes ou des moments déjà très éloignés dans le temps pour lui.

Malheureusement, les informations données par Claude Yvel sur sa collaboration avec la marque Lefranc Bourgeois ou bien l'histoire qui la concerne, n'ont pu être vérifiées avec les archives de l'entreprise Colart. Ils ont été contactés à plusieurs reprises par l'intermédiaire de Nathalie Balcar, mais nous n'en avons jamais eu de réponses.

Le récolement des matériaux vus et photographiés dans l'atelier, a abouti à leur présentation dans des tableaux. Ceci pour répondre rigoureusement à la demande d'une base de données comprise dans l'intitulé du sujet. Ils ont pour but de renseigner sur l'importance de cette collection, ce qui mènera peut-être à effectuer des prélèvements de la part des professionnels du RMF.

Grâce à ce mémoire j'ai pu en apprendre beaucoup sur les matériaux, leur importance dans la chaîne de création d'un artiste, pour la recherche et la compréhension des techniques artistiques, mais aussi comme outil pédagogique pour la médiation.

6

sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait"   Appolinaire