WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de la filiere textile coton camerounaise sur le développement socio-économique national: Bilan et perspectives


par Raphal Athanase Elisée Hamadjam
Institut sous-regional multisectoriel de technologie appliquée de planification et d'évaluation de projets - DESS Analyse et Evaluation des Projets 2004
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

L'Afrique, faut-il le souligner, est restée défavorisée en matière de développement économique et social. Au lendemain des indépendances, de nombreux pays de la région ont pu accroître leurs revenus par habitant. Ils sont parvenus également à réaliser des progrès appréciables dans les domaines sociaux tels que la santé et l'éducation.

Cependant, dans les années 80 et au début des années 90, les pays africains particulièrement ceux de l'Afrique Subsaharienne ont affiché des résultats économiques décevants. La plus grande partie de la région se montrant incapable de rompre avec un scénario de croissance faible (voire recul) du revenu par habitant, de forte inflation et de difficultés de balance de paiements.

Entre 1995 et 1997, toutefois, les performances se sont améliorées et le revenu réel par habitant a commencé à progresser. Mais cette amélioration tarde à se répercuter sur le plan social. De nouvelles stratégies et politiques sont étudiées pour une lutte efficace contre la pauvreté.

La filière coton, bien que menacée par les subventions accordées par les pays occidentaux à leurs producteurs, se présente comme un axe d'appui à la relance de la croissance et à la lutte contre la pauvreté. Elle joue un rôle économique majeur dans les pays d'Afrique Occidentale et Centrale (AOC).

Dans ces pays, le coton concourt à la réalisation de cinq objectifs essentiels :

· lutter contre la pauvreté ;

· réduire les vulnérabilités ;

· promouvoir une croissance plus largement répartie ;

· arrêter la dégradation et assurer la protection de l'environnement ;

· participer à l'industrialisation des pays producteurs.

Le Cameroun a mis en oeuvre des réformes économiques profondes qui concernent la redynamisation de certaines filières susceptibles d'impulser l'économie nationale. Parmi les axes stratégiques prioritaires de développement retenus se trouve la filière textile/coton. Le choix de cette filière s'appuie sur deux facteurs essentiels, à savoir :

d'une part sa contribution à la lutte contre la pauvreté. A titre illustratif, dans la région septentrionale du Cameroun qui est la zone de culture du coton, le coton est la principale source de revenus monétaires ; facilitant ainsi l'accès aux services de base (soins de santé, éducation, électricité et services de communication) ;

et, d'autre part, la capacité réelle de ce pan de l'économie camerounaise à jouer un rôle moteur dans la création des emplois, la promotion des exportations, la sous-traitance, les échanges inter-industriels, ainsi que l'intégration nationale et sous-régionale, répondant en cela également à l'option de la transformation de la matière première locale en produits semi-finis et finis.

D'importantes subventions accordées aujourd'hui par les pays du Nord, à leurs opérateurs économiques sont à l'origine de la baisse sensible des cours mondiaux. Cette situation menace la survie de cette filière dans les pays en émergence dont la production est essentiellement destinée à l'exportation.

Par ailleurs, la filière est sujette à d'énormes difficultés dont notamment la contrebande et la concurrence des produits importés qui bénéficient d'une réglementation favorable

Ces entraves nécessitent d'être levées pour faire jouer à ce secteur un rôle moteur dans le processus de consolidation de la croissance.

La présente étude, diagnostique et prospective, envisage une démarche stratégique s'appuyant sur deux parties essentielles.

La première partie porte sur le diagnostic de la filière. Elle décrit les différents aspects suivants :

· la structure et le contexte mondial,

· les performances économiques et sociales de la filière,

· les prix et la concurrence.

Quant à la seconde partie, elle porte sur une analyse prospective de la filière sur la base du diagnostic établi. Elle s'appesantit sur les points ci-après :

· les atouts et opportunités de la filière,

· les hypothèses de projection des indicateurs de la filière,

· les résultats de projection

Une conclusion permet d'avoir une bonne visibilité sur certains prérequis à prendre en compte pour le développement cohérent de cette filière.

précédent sommaire suivant