WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Subjectivité et intersubjectivité dans la conversion indiviuelle masculine à l'islam en France au XXI siècle

( Télécharger le fichier original )
par Marie Bastin
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris -  2002
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

· Vitaliser sa foi, les rapports au savoir islamique

Exception faite de C1 et de C4, tous les individus du corpus ci-joint ont établis un rapport serré au savoir religieux dés avant la « conversion », pendant et après la « conversion ». C1 semble, lui, être un intuitif et un instinctif, car il ne cesse d'être à la recherche et à l'écoute de son coeur et de ses émotions, qu'elles aient été relatives au bouddhisme ou à l'islam : « pour moi, ce sont vraiment des signes quand mon coeur répond » ou « le coeur, c'est la vérité ». Il s'est uniquement intéressé, au sens strict du terme, à la lecture de la biographie de Cheikh Ahmadou Bamba135(*), mais n'a jamais (jusqu'au moment des entretiens avec lui) lu le Coran. C4 n'a lu que les éloges au Prophète, écrits136(*) par Cheikh Ahmadou Bamba. L'affirmation négative de ne pas avoir lu le Coran, est sans appel. Pour tous les autres, la lecture d'ouvrages sur l'islam, du Coran en français, parfois dans plusieurs traductions, comme pour C7, de philosophes musulmans ou ayant traité de l'islam, comme pour C3 et C7, R. Guénon, Massignon, M. Iqbal, Rûmi et l'acquisition de savoirs tant par internet que par le biais de personnes qualifiées à leurs yeux pour les instruire, ont procédé, intellectuellement et intensément, à une vitalisation de leur foi. Cette vitalisation individuelle se produit à toutes les étapes de la « conversion » et est poursuivie après la « conversion » et ne semble pas cesser avec le temps. Seul C3 est arabisant et a donc accès à l'exégèse coranique. Pour les autres, tout en déplorant de ne pas connaître l'arabe, l'apprentissage reste encore virtuel, et parfois comme pour C7 pas « absolument nécessaire ».

La lecture du Coran semble une étape essentielle, non pas tant de la conversion en soi, mais de la vitalisation. Pour C5, la lecture du Coran, s'est faite la première fois « à Tunis, après avoir eu la conviction que Mohammed est un génie. » Cette lecture, faite en français, a déclenché, quand au hasard des yeux il a lu : « Dieu est un, Dieu est Absolu, Il n'est pas engendré, Il n'a pas engendré, Il n'a point d'égal », la réflexion suivante : « je sais d'une absolue certitude que le Coran est parole d'Absolu ! »

Pour C3 la lecture du Coran en français s'est faite très rapidement. Pour C2, selon lui, elle s'est produite tardivement. C'est-à-dire de longs mois après s'être intéressé à l'islam et « s'être senti » musulman. Quand elle s'est faite, ce fut avec hésitation, victime qu'il fut des rumeurs prétendant qu'il est « sacrilège » de lire le Coran dans une autre langue que l'arabe et lorsque l'on n'est pas musulman. Pour C7, la lecture du Coran s'est accomplie « tout de suite ». Après cette première lecture, le texte semble ne plus quitter le « converti ».

* 135 fondateur du mouridisme (confrérie soufie) en 1882, Sénégal, auteur de « les itinéraires du Paradis » et de « Qassa'id »

* 136 ibid

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net