WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Subjectivité et intersubjectivité dans la conversion indiviuelle masculine à l'islam en France au XXI siècle

( Télécharger le fichier original )
par Marie Bastin
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris -  2002
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Similitudes

Si le converti semble réconcilié avec le collectif universel, il est en porte-à-faux avec sa famille d'origine, les ascendants, le plus souvent (5, voir tableaux p.). Faut-il pour se concilier l'universel s'affronter au collectif proche de l'appartenance initiale ? Ou bien est-ce une simple conséquence ? Tous les convertis savent d'avance que se convertir à l'islam posera quelques problèmes à leur famille, pourtant, ils vivent leur conversion, deviennent musulmans en prenant ce « risque ». C'est d'autant plus intéressant qu'en termes islamiques, le respect des ascendants et l'effort pour ne pas les faire souffrir sont fondamentaux, voire constitutifs du fait même d'être un « bon musulman ». Comment le justifier alors ? Au nom du fait qu'ils répondent à un appel divin, dieu reste supérieur à toutes créatures terrestres, ils acceptent de ne plus être en harmonie avec leurs ascendants. Mais, en fait l'ont-ils jamais vraiment été ? Pourtant ils ont tous le souci de recréer une harmonie autour de leur foi, en fondant une famille basée sur un mariage avec une musulmane. Qu'implique cette aspiration et comment vont-ils la réaliser ?

· De « l'homme marginal » au médiateur

« Homme marginal » au sens de R. Bastide, le converti banalise sa marginalité « d'origine » en essayant de la dissoudre dans deux systèmes de pensée dont les deux univers socioculturels trouvent des difficultés à communiquer dans la société française ultramoderne. Pour tous, et à degré divers, leur statut public de musulman les portent à devenir des médiateurs culturels ou/et religieux, malgré eux parfois. Ceci, bien qu'ils ne le souhaitent pas, ils privilégient leur développement spirituel individuel. Ce développement très individualiste peut même prendre des tournure misanthropiques. Cette médiation a tendance à s'établir en termes d'explication de l'islam aux non musulmans, donc de l'univers culturel islamique vers l'univers français, plutôt que dans le sens inverse. En essayant de ne pas devenir, dans leurs cercles de relations sociales, le « converti de service », ils se prêtent aux débats, tant pour continuer à témoigner de leur foi individuelle, que pour désenclaver ceux qui les sollicitent, des idées reçues et a priori de toutes sortes. L'exception à cette médiation peut pourtant se rencontrer sur le terrain de l'interrogation concernant la laïcité. En effet, si tous les Français semblent vivre en toute conscience et en toute connaissance de cause dans une république laïque, l'actualité de ces dernières années, a révélé l'ignorance que nous pouvons avoir de ses principes et de son application. La question de la représentativité de l'islam sur le territoire national, celle du foulard islamique167(*) et celle des évènements internationaux, jusqu'aux plus récents, ont réveillé une volonté de meilleure connaissance de la laïcité jusque dans les sphères islamiques du pays. En effet, les musulmans sociologiques, vivant en France, se sont astreints à mieux connaître la loi de 1905 et ses tenants et aboutissants tant philosophiques que juridiques. Les convertis, même indirectement, y ont participé. Médiateur malgré lui, parfois, donc, le converti cultive néanmoins une modestie à l'égard de son savoir islamique, enclin à ne pas faire de prosélytisme, à respecter les choix individuels et la liberté d'autrui, possessif qu'il est de sa propre voie et soucieux de préserver sa vie spirituelle. Pourtant, les entretiens, dont le compte-rendu est joint, confirment à quel point, ils se réjouissent socialement et spirituellement de partager leur expérience et leur savoir, leur foi et leur conviction religieuse, d'une part, et à acquérir toujours de nouvelles connaissances, d'autre part. Comment la figure du converti prend-elle, alors sa dimension d'intermédiaire religieux et culturel et son calibre prométhéen ?

* 167 F. Khosrokhavar

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net