WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les Modes et Les Moyens de Formation Des Termes Biochimiques

( Télécharger le fichier original )
par Houssam Abu Mussallam Houssam El-Yafi
Université Lumière Lyon 2 - DEA en Langues et Cultures étrangères (LTMT) 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
IV. Qu'est-ce qu'un terme ?

Le terme " terminologie " renvoie dans la littérature à plusieurs acceptions différentes de la terminologie, à savoir:

- la liste des termes concernant un certain domaine.

- la discipline qui étudie les termes.

Cela est clair dans la définition présentée par le Grand dictionnaire Encyclopédique Larousse qui distingue entre les deux acceptions de la terminologie suivantes :

«  1- La terminologie est l'ensemble des termes rigoureusement définis, qui sont spécifiques d'une science, d'une technique, d'un domaine particulier de l'activité humaine. 2- Discipline qui a pour objet 1'étude théorique des
dénominations des objets ou des concepts utilises par tel ou tel domaine du savoir, le fonctionnement dans la langue des unités terminologiques, ainsi que les problèmes de traduction de classement et de documentation qui se posent a leur sujet  ». 45(*)

Mais le Dictionnaire Encyclopédique Quillet se contente à la première acception de la terminologie, la définissent seulement comme «  l'ensemble des termes techniques d'une science ou d'un art; leur signification ».46(*)

Gouadec donne une définition claire, mais il laisse une marge de confusion entre le mot orthographique - qui est tout ce que se trouve entre deux blancs - et le terme - qui est une entité linguistique spécialisée qui concerne un ensemble précis-, il dit : « Un terme est une unité linguistique désignant un concept [...]. Le terme est l'unité de désignation d'éléments de l'univers perçu ou conçu. Il ne se confond que rarement avec le mot orthographique ».47(*)

 Xavier LELUBRE48(*) note que cette définition n'évoque pas le caractère référentiel du terme puisqu'elle considère le terme comme étant tout simplement un signe linguistique au sens défini par F. DE SAUSSURE, en d'autres termes une unité linguistique comportant un signifiant et un signifié.

Alain REY voit que la terminologie : «s'occupe d'ensembles structurés de noms, dénotant des ensembles d'objets (les référents individuels, les particuliers de la logique) groupés en classes par des critères qu'expriment leurs définitions ».49(*)

Alain REY50(*) montre que le nom s'oppose au mot. C'est que le mot est «  signe appartenant au lexique d'une langue naturelle « , et «  s'analyse comme tout signe en une face signifiante et une face signifiée indissolubles de son usage dans le fonctionnement de la langue à laquelle il appartient [...] ». Le nom pour REY est lié à la chose ou à l'objet,  tandis que «  le nom (au sens logicophilosophique de l'anglais name) renvoie à un élément distinct de 1'experience humaine, individuelle ou collective, qu'il désigne ou dénote ». 

Le nom est soit réparti dans une classe (c'est alors un nom commun) soit au contraire unique (c'est alors un nom propre). «  Le rapport essentiel, en ce qui concerne la problématique du nom (et non pas du signe, ou du mot) est celui qui le relie à la "chose", à "l'objet" individuel, au "particulier", qu'il soit (nom commun) ou ne soit pas (nom propre) classé, réparti dans une classe ».51(*)

REY affirme finalement que «  le nom est l'objet même de la terminologie en effet, un nom définissable à 1'interieur d'un système cohérent, énumératif et/ou structuré est un terme ».52(*)

LELUBRE note que: « Dans un domaine de spécialité, le terme n'est que la dénomination d'une unité référentielle, extralinguistique »53(*). LELUBRE met en premier lieu l'aspect référentiel du terme et explicite la nature de la relation entre terme et UR. Il ajoute : «  le terme ne tire son existence que de son rapport avec un référent, extra- linguistique »54(*). Par l'unité référentielle (UR), on entend une classe, c'est-à-dire « un ensemble d'objets définis par le fait qu'ils possèdent tous et possèdent seuls un ou plusieurs caractères communs d'entités particulières de référents, individuels ».55(*)

Le terme est donc relié à une classe d'UR et non par à un référent individuel. Par exemple quand nous utilisons le terme "hormone"56(*) /harmûn/, nous ne signifions pas la dénomination d'un hormone particulier, mais de la classe des "hormone", c'est-à-dire des matières chimiques possédant un certains traits spécifiques « une classe ou un ensemble de référents ». Nous adoptons cette conception du terme dans notre travail.

Un autre exemple tiré de notre corpus : le terme « vitamine » /fîtâmînât/ n'est pas la dénomination d'un composant chimique particulier, mais de plusieurs sortes de vitamine qui portent plus ou moins les mêmes caractères, ou plus précisément : « un groupe de molécules essentielles au métabolisme et, ainsi, à la croissance et au bon fonctionnement de l'organisme. ».57(*)

* 45 G.D.E.L., 1985 : 10 143.

* 46 Quillet, 1977.

* 47 GOUADEC, D (1990) : «  Terminologie Constitution des données ». AFNOR, Paris. p3.

* 48 LELUBRE, Xavier (1992) : « La terminologie arabe contemporaine de l'optique : faits - théories - évaluation », thèse de doctorat, université Lumière-Lyon 2.

* 49 REY, Alain (1992) (1ère éd. 1979) : « La terminologie : noms et notions », Paris, PUF, coil. Que sais je ?. p 21.

* 50 Ibid.

* 51 Ibid

* 52 REY, Alain (1992) (1ère éd. 1979) : « La terminologie : noms et notions », Paris, PUF, coil. Que sais je ?.. p22.

* 53 LELUBRE, Xavier (2003-2004) : « Introduction à la terminologie arabe », séminaires et cours de DEA Lexicologie et Terminologie Multilingues ; Traduction, université Lumière Lyon 2.Chap.I.

* 54 LELUBRE, Xavier (1992) : « La terminologie arabe contemporaine de l'optique : faits - théories - évaluation », thèse de doctorat, université Lumière-Lyon 2. p11.

* 55 Ibid. p12.

* 56 Substance produite dans un organe (glande endocrine) et transportée par le sang dans un autre organe ou dans un tissu dont elle excite ou inhibe le développement et le fonctionnement

* 57 Collectif (1994) Dictionnaire de médecine Flammarion, 5e éd., 1010 p., Flammarion Médecine Sciences, Paris

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net