WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les Modes et Les Moyens de Formation Des Termes Biochimiques

( Télécharger le fichier original )
par Houssam Abu Mussallam Houssam El-Yafi
Université Lumière Lyon 2 - DEA en Langues et Cultures étrangères (LTMT) 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
II. Qu'est-ce que la terminologie ?

Pour élaborer un travail terminologique, il nous a fallu dans un premier temps comprendre ce que signifiait la Terminologie et le terme. La Terminologie est un terme qui peut avoir différentes significations. En effet, Terminologie désigne un ensemble de publications (dictionnaires, glossaires) où les termes d'un domaine sont représentés. Ce terme peut également designer l'ensemble des termes d'un domaine du savoir. Dans ce cas, on parlera des Terminologies qui sont les ensembles de vocabulaires spécialisés d'un domaine ou d'une discipline

GOUADEC29(*) voit la Terminologie comme étant une discipline qui étudie le lexique. De ce fait nous pouvons déduire que la Terminologie est une science interdisciplinaire, qui a essentiellement recours à la théorie de la linguistique.

Après ces éclaircissements sur les diverses notions de Terminologie, nous considérons que la Terminologie est avant tout « une activité intellectuelle qui se consacre à l'étude scientifique des termes. ».30(*)

Ainsi, la Terminologie étudie un vocabulaire spécialisé. Plus justement, la Terminologie s'intéresse aux unités Terminologiques en tant que désignations d'un concept appartenant à un système conceptuel Nous comprenons par  système conceptuel, l'ensemble des termes d'un même domaine de spécialité qui - comme l'affirme Claude GERMAIN31(*) - est nécessaire au développement d'une discipline et permet une compréhension plus approfondie de celle-ci.

Alain REY32(*) considère que le travail terminologique consiste à nommer, à distinguer au moyen de signes du langage une réalité. DE BESSÉ33(*) définit le travail terminologique comme consistant à délimiter, à distinguer et à définir des concepts. Ces deux réflexions sont complémentaires dans la mesure ou elles confirment que I'activité terminologique a pour but d'organiser, de structurer, de classifier et de nommer les concepts d'un domaine du savoir.

III. La Terminologie et la Lexicologie 

La Terminologie et la Lexicologie peuvent être traitées comme des disciplines ayant des affinités entre elles. RONDEAU distingue la Lexicologie de la Terminologie par le fait que "la lexicologie s'intéresse au mot sous toutes ses formes et la terminologie n'étudie qu'un sous-ensemble des mots : les termes »34(*). Le lexicologue s'occupe donc de l'unité lexicale, c'est-à-dire, de I'unité qui vise le niveau d'analyse du lexique alors que le terminologue isole et décrit !`unité terminologique en tant que « symbole conventionnel représentant une UR définie dans un certain domaine du savoir ». 35(*)

Ainsi, le lexicologue étudie le lexique englobant différentes théories linguistiques et méthodes qui peuvent être descriptives, appliquées, historiques, structurales, et sociales, entre autres.36(*)

En effet, pour le lexicologue, le lexique, c'est-à-dire, « l'ensemble virtuel des mots d'une langue »37(*) est l'objet d'une étude globale de la langue courante. Alors qu'au contraire, le lexique est "de spécialité" pour la Terminologie.

GUILBERT38(*) parle de lexique spécifique pour une langue de spécialité. Par lexique spécifique, nous comprenons que c'est un vocabulaire propre à un domaine d'application.

De plus,  la Terminologie valorise la monosémie c'est-à-dire, le fait qu'un terme se rapporte à un seul référent. GUILBERT39(*) parle de « monosémie référentielle».

RONDEAU40(*) qualifie le rapport entre la dénomination du terme et une notion de monoréférentiel. C'est-à-dire que " pour un terme donné, une dénomination correspond une notion et une seule" De cette façon, un terme se compose d'une dénomination et d'une UR.

D (dénomination)

Terme = -------------------------------------------

N (notion) / UR

Guy RONDEAU, qui représente 1'ecole québécoise, définit le terme comme : «  essentiellement un signe linguistique à double face (notion et dénomination) faisant partie d'un ensemble notionnel donné et se définissent par rapport à cet ensemble dans un domaine scientifique ou technique excluant la langue commune ».41(*)

Il est utile sur ce stade de noter que la monosémie est possible, mais parfois dans la pratique un concept peut être dénommé par plusieurs désignations, ce qui veut dire, qu'un terme donné à des synonymes, soit : des termes d'une langue désignant la même notion et se situant à un même niveau de langue ou à un même niveau de conceptualisation.

Mais, il est très difficile de distinguer les vrais synonymes des quasis - synonymes. En d'autres mots. Il est vrai qu'il est parfois difficile de considérer que deux désignations renvoient à un même concept. Voyons les noms de "Lion" l'animal en arabe où nous trouvons une centaine de désignations comme / dorgâm /, / Osâmâ/, / hamzah/, /gadanfar/ ...etc, il y a certainement une certaine nuances sémantiques entre ces désignations. Donc, nous parlons des quasi-synonymies et non pas des synonymies.

Plus simplement, RONDEAU42(*) qualifie la synonymie comme étant la possibilité de trouver pour une notion donnée plusieurs dénominations différentes, à I'intérieur d'une même langue.

La méthodologie utilisée par le terminologue est onomasiologique, c'est-à-dire qu'à partir d'un concept, il essaye de trouver la désignation correspondante. Le lexicologue utilise une méthodologie différente. En effet, sa méthodologie est purement sémasiologique.

Le lexicologue valorise la polysémie à savoir, un signifiant a plusieurs significations. La polysémie est alors équivalente de richesse lexicale et sémantique; la monosémie, une désignation par un concept, est un idéal, toujours plus improbable, que le terminologue veut attendre. Alors que le terminologue étudie les termes qui constituent une langue de spécialité, le lexicologue étudie le vocabulaire de la langue courante, c'est-à-dire un ensemble d'unités lexicales propres de la langue courante

Le lexicologue et le terminologue étudient le vocabulaire d'un lexique qui leur est propre, chacun respectant une méthodologie. Ainsi. Le terminologue s'intéresse au lexique « étudiant la dénomination des notions »43(*) et répond aux besoins d'une classe professionnelle. Alors que le lexicologue s'intéresse à la "description" d'un système mettant I'accent sur « les contrastes phonologiques et phonétiques, contrastes syntaxiques, morphologiques, contrastes lexico-sémantiques portant sur tout les éléments du lexique ».44(*)

Nous pouvons donc conclure que terminologie et lexicologie se différencient dans la mesure où l'une observe la relation entre l'UR et I' unité terminologique et l'autre observe I' unité lexicale. Elles se différencient aussi par le fait qu'elles utilisent une méthodologue différente.

* 29 GOUADEC (1990) : «  Terminologie Constitution des données ». AFNOR, Paris.

* 30 RAHAINGOSON, H (1985) : «  Lexicologie, Lexicographie, Terminologique », Guide de Recherche en lexicographie et Terminologie Agence de Coopération culturelle et technique. Paris. p13.

* 31 GERMAIN .C (1989) «Un cadre conceptuel pour la didactique des langues » ELA n2, p 75

* 32 REY, Alain (1992) (1ère éd. 1979) : « La terminologie : noms et notions », Paris, PUF, coll. Que sais je ?, 127p.

* 33 BESSE B.DE (1990): « La définition terminologique Actes du colloque : La définition » : Centre d'études du lexique.

* 34 RONDEAU, Guy (1991) : « Introduction a la terminologie », Québec, Gaétan Morin, p63.

* 35 FELBER H (1987) : «Manuel de Terminologia », UNESCO- INFOTERM, Paris. p3.

* 36 REY A (1976 b) "La terminologie : Réflexions sur une pratique et sur sa théorie " Terminologie.

* 37 GUILBERT, Louis (1975) : « La créativité lexicale ». Paris : Larousse.

* 38 GUILBERT, Louis (1973) : « La spécificité du terme scientifique et technique » ; Langue Française n°17: Larousse, Paris

* 39 Ibid.

* 40 RONDEAU, Guy (1991) : « Introduction a la terminologie », Québec, Gaétan Morin, p21.

* 41 Ibid., p43.

* 42 RONDEAU, Guy (1991) : « Introduction a la terminologie », Québec, Gaétan Morin,

* 43 RONDEAU, Guy (1991) : « Introduction a la terminologie », Québec, Gaétan Morin, pp 21-22..

* 44 REY, Alain (1992) (1ère éd. 1979) : « La terminologie : noms et notions », Paris, PUF, coil. Que sais je ? , p53.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net