WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des crédits et encaissements documentaires à l'importation: techniques, analyses et perspectives à AMEN BANK

( Télécharger le fichier original )
par ange de luvincent TAPE
Ecole Supérieure des Sciences de Gestion- Université Internationale de Tunis - Mastère spécialisé en gestion des organismes financiers et bancaires 2006
  

précédent sommaire suivant

TITRE II : ANALYSES DE GESTION ET RECOMMANDATIONS PRATIQUES

Cette dernière étape de notre travail nous permettra de faire le dépouillement de tous les enseignements reçus de nos investigations dans la littérature bancaire et de notre implication dans la gestion des crédits et encaissements documentaires dans l'environnement professionnel que constitue l'intermédiaire agrée Amen Bank.

En effet les réflexions menées sur le domaine technique, managérial et commercial ont permis de tracer le cadre de l'analyse que nous exposerons dans la première section. Ensuite, il sera question de confronter cette analyse aux évolutions et tendances en matière de crédits et encaissements documentaires afin de faire des recommandations qui ne soient pas décalées des contraintes et des opportunités de la banque (Section 2).

Enfin, afin de faciliter l'évaluation de ces recommandations, nous ferons la lumière sur les conditions dans lesquelles nous avons réalisé notre étude et qu'elles en sont les limites (Section 3).

Section I : Les analyses de gestion

Les procédures que nous avons décrites précédemment n'ont cours qu'à AMEN BANK ; chaque banque ayant sa propre'' cuisine interne `' en la matière.

Dans cette section, notre objectif n'est pas d'analyser des procédures mais de porter des critiques sur trois aspects importants à notre sens, qui interviennent en amont et en aval du traitement des crédits et encaissements documentaires ; il s'agit :

- de l'aspect technique

- de l'aspect managérial

- et de l'aspect commercial

I. Analyse de l'aspect technique

L'aspect `'technique'' dont il est question ici est étroitement corrélé à la maîtrise dans l'application :

§ des Règles et Usances relatives aux crédits (RUU 500) et aux encaissements (RUE 522) documentaires.

§ Des règlements et procédures internes

§ Et des réglementations des changes et du commerce extérieur

Toutes les opérations documentaires auxquelles nous avons pu participer, ont été traitées en stricte conformité avec les RUU 500 et RUE 522.

Ces textes sont un véritable outil de travail pour les spécialistes documentaires d'autant qu'ils s'y réfèrent dans chacune de leurs actions.

Ce fait reflète, à notre sens, un grand professionnalisme de la banque vis-à-vis de ses clients mais aussi de ses relations bancaires étrangères, quant on sait que le développement durable à l'international d'une banque est en partie lié aux relations qu'elle entretient avec ses partenaires. Néanmoins, nous pensons que travailler uniquement en fonction de deux brochures parmi les nombreuses publications de la CCI, révèle une technicité peu prononcée de la part des spécialistes de la banque.

En outre, aucune organisation digne de ce statut, ne saurait exploiter une activité sans s'être au préalable dotée de procédures fiables permettant à ses acteurs d'interagir efficacement.

Notre banque ne déroge pas à cette règle fondamentale de management, et disons le, ces dernières sont pour beaucoup dans le succès des opérations documentaires. Mais le constat que nous avons fait est que ces procédures fixent le cadre opérationnel des activités documentaires sans pour autant favoriser une éventuelle évolution. En d'autres termes, nous sommes en présence de procédures peu évolutives et peu évoluées qui contraignent les spécialistes, à n'être que de simples « exécutants » alors que leur formation les prédispose, et à exécuter et à faire évoluer les pratiques bancaires en la matière.

Enfin, la parfaite connaissance de la réglementation des changes et du commerce extérieur, ainsi que la pratique assez bonne des langues étrangères notamment l'anglais, sont des qualités indéniables qu'il faut reconnaître aux spécialistes de la division documentaires.

En résumé, comme nous avons pu nous en apercevoir, l'aspect technique de la gestion des crédits et encaissements documentaires est peu critiquable du fait qu'il repose totalement sur la stricte application des textes internationaux de la CCI, des textes nationaux en matière de change et des procédures internes de la banque. Cette trilogie de règlements ne laissent hélas pas de place à la créativité et à l'initiative. En est -il de même pour l'aspect managérial ?

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.