WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Littérature Hypertextuelle, analyse et typologie

( Télécharger le fichier original )
par Aurélie CAUVIN
Université de Cergy Pontoise - Maitrise de lettres Modernes 2001
  

précédent sommaire suivant

4. le codex vs hypertexte

L'hypertexte comme support remet en cause la représentation du livre ou plus précisément celle du codex. Cette révolution du livre est difficile à concevoir. L'hypertexte nous l'avons constaté dans son approche terminologique est représenté par sa non-linéarité d'écriture et de lecture. Pour simplifier les oppositions : au codex se substitue l'écran, à la séquentialité et à la linéarité s'oppose l'hypertextualité (différente de celle de Genette) et la norme non séquentielle, à la structure habillée typographiquement la structure visible à nu, à la fixité de la forme et du texte la malléabilité de la forme, au texte limité le texte illimité, à l'unité l'indétermination du réseau, au principe du bon parcours de lecture l'ouverture à des parcours multiple, à l'auteur et à sa prééminence la possible intervention du lecteur et sa prééminence.  Internet comme on l'a vu trouble les limites des genres. C'est ce que Roger Chartier a décrit dans un article, Du codex à l'écran :

« Si elle ouvre des possibilités neuves et immenses, la représentation électronique des textes modifie totalement leur condition : à la matérialité du livre elle substitue l'immatérialité de textes sans lieux propres ; aux relation de contiguïté établies dans l'objet imprimé elle oppose la libre composition de fragments indéfiniment manipulable ; à la saisie immédiate de la totalité de l'oeuvre rendue visible par l'objet qui la contient. Elle fait succéder la navigation au très long cours dans des archipels textuels sans rives ni bornes. »66(*)

Cette représentation du livre et du texte était déjà en germes dans les esprits de Deleuze et Derrida, comme chez Barthes et Genette, ou encore chez les théoriciens de l'hypertexte. Ces distinctions établis, il est intéressant de pouvoir maintenant comprendre l'influence de ce nouveau média qu'est l'hypertexte mais aussi l'hypermédia sur l'hyperfiction.

* 66 Roger, Chartier « Du Codex à l'écran les trajectoires de l'écrit », Paris, revue écart numéro 2, textualité et nouvelles technologies, pp 41-47

précédent sommaire suivant