WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Littérature Hypertextuelle, analyse et typologie

( Télécharger le fichier original )
par Aurélie CAUVIN
Université de Cergy Pontoise - Maitrise de lettres Modernes 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3. Le lecteur potentiel : des distinctions éclairantes

a) Narrataire/narrateur - Lecteur/auteur

Les théories de communications linguistiques distingue le fait linguistique selon deux aspects, l'énoncé, produit fini et clos, et l'énonciation, qui est l'acte de communication qui l'a généré. De la même manière cette distinction entraîne comme conséquence de ne pas confondre le texte et le hors-texte, linguistique et extra-linguistique, personnes réelles (écrivain, public) et personnes fictives qui semblent communiquer dans le texte (narrateur, narrataire). Il est peut être nécessaire ici d'établir une différence entre le narrataire et le lecteur. Le narrataire, comme en témoigne le suffixe -aire, morphème lexical lié désigne dans le schéma de communication le destinataire135(*) du message, la personne à qui s'adresse le message linguistique, le récepteur. Le mot narrataire désigne, ainsi, par analogie, le destinataire de la narration. Alors que le lecteur comme le laisse comprendre le suffixe -eur, morphème lexical lié, sert à désigner les noms d'agent, et dans ce cas précis celui qui lit pour son compte. Le lecteur est présent, dans les modes d'emploi, le paratexte mais, dès que le récit commence il devient un narrataire. Le roman ou l'oeuvre est pensé comme un lieu de communication, non pas entre le lecteur et l'auteur mais entre le narrateur et le narrataire. Ainsi l'oeuvre de papier ne permet pas une communication directe entre l'auteur et le lecteur, il n'y a pas de « feed-back »136(*) possible. Le « lecteur de papier » représente un lecteur potentiel constitué par l'ensemble des signes qui construisent la figure de celui à qui le narrateur raconte, désigné sous le nom de narrataire.

b) Le narrataire dans l'hypertexte de fiction

Les interlocuteurs sont enclos dans le texte, les exemples de conversation entre le narrataire et le narrateur sont nombreux dans la littérature « pré-électronique », comme, Italo Calvino, dans Si par une nuit d'hiver un voyageur , où il réintroduit la figure du lecteur, en juin 1985, dans le magazine littéraire il explique :

« L'écrivain ne peut se proposer comme pour seul but la satisfaction du lecteur (...) Il doit présupposer un lecteur qui n'existe pas encore, ou un changement dans le lecteurs tel qu'il est aujourd'hui. 137(*)»

L'écrivain se construit un modèle de lecteur, potentiel, imaginaire. Voici comment débute le roman :

« Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Ecarte de Toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer ; de l'autre côté la télévision est toujours allumée. Dis le tout de suite aux autres : « Non je ne veux pas regarder la télévision ! » Parle plus fort. (...) 138(*)»

Une des caractéristiques de ce dialogue narrateur-narrataire est l'apparition de la de la seconde personne du singulier ou du pluriel, marque de l'oral dans le texte. Certains narrateurs, dès les premières lignes du roman avertisse le lecteur, c'est le cas notamment de Lucie de Boutiny, qui au début, de son premier épisode écrit :

« Vous n'êtes pas prêts culturellement d'abandonner le livre papier et lire sur un ordinateur qui est, le plus souvent, un poste de travail, ne vous incite pas à   apprécier la littérature hypermedia.

Cette sélection d'extraits du 1er épisode de NON-roman a été conçue spécialement pour vous. Vous n'aimez absolument pas la sensation de digression permanente qui vous fait zapper de liens en liens. Vous trouvez cette lecture fragmentaire frustrante, et la juxtaposition textes/images vous paraît plus déroutante que profonde. »139(*)

Comme déjà Italo Calvino, Lucie de Boutiny, construit son lecteur, dans cette interpellation du narrataire. Elle lui donne le choix de rester, ou de partir, le conditionne, l'épisode Un est appréhendé comme une introduction à son oeuvre, où elle se situait déjà en 1997, sur le fait que le lecteur n'a qu'un aperçu partiel de son oeuvre, permis par l'hypertexte. De même le narrateur d'Écran Tota140(*)l, commence ainsi :

«  Lecteur, si tu es rétif
au bavardage, passe directement
à (la) Table. Peut-être,
abandonne Écran total
qui n'est pas fait pour toi. »

Ainsi les avertissements mettent en évidence d'une part le dialogue entre le narrateur et le narrataire : soit par l'apparition du « tu » ou du « vous ». Ils se construisent tous deux des lecteurs modèles, qui doivent accepter les conditions de la lecture hypertextuelle et hypermédia. Lucie de Boutiny et Alain Salvatore, comparent de plus la lecture hypertextuelle, à celle du zapping. Le lecteur « zappe » comme devant son poste de télévision. Écran Total, par le titre est un essai dont le personnage principal, lecteur, mais aussi utilisateur des nouveaux média : télévision, Internet...se trouve pris dans le flot continuel d'informations. Ces deux auteurs se rejoignent, premièrement sur le support, mais aussi sur les figures du lecteur. Ils ont choisi le roman satirique, l'analyse sociologique. NON, selon l'auteur, est un roman comique qui fait la satire de deux jeunes cadres supposés dynamiques. Les deux personnages Madame et Monsieur, utilise les moyens de communication dits « high tech ». La lecture s'apparente à celle d'un jeu, comme par exemple dans une collection de livres pour la jeunesse, « Le livre dont vous êtes le héros. ».

* 135 La notion de destinataire est apparu au milieu du XXème siècle.

* 136 Le feed-back, dans la théorie de la communication désigne la possibilité de réponse du destinataire au destinateur. Les rôles sont inversés, c'est le cas notamment dans la communication orale.

* 137 Cela rejoint la représentation du lecteur chez Umberto Eco, présentée dans le chapitre Du lecteur consulteur au lecteur interactif (Chapitre I, E.)

* 138 Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur, Paris, Seuil, Points, 1981 (traduction), 1995 (édition).

* 139 Lucie de Boutiny, NON [en ligne] : http://www.synesthesie.com/boutiny/# , 1997-2000

* 140 Alain Salvatore, Écran Total, [en ligne], http://alain.salvatore.free.fr/ ou http://www.multimania.com/ecrantot/palhtml/avert.htm

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net