WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Les origines du travail social

Le travail social, et donc l'action des services sociaux spécialisés, est le produit d'une évolution. Les fondements du travail social déterminent le point de départ de la construction de l'action sociale et des discours politiques, qui se sont transformés au fil du temps dans l'ensemble des sociétés.

1. Fondements du travail social - les traditions d'aide

Les différentes cultures de travail social qui se sont développées en Europe ont leur origine dans les traditions d'aide chrétiennes du moyen âge et de l'époque de la Réforme, des traditions d'aide laïques issues du siècle des lumières et des traditions d'aide nées des mouvements sociaux et politiques des 19ème et 20ème siècles.

1.1. La tradition d'aide chrétienne du moyen âge

Au moyen âge, la charité était considérée comme une vertu de la miséricorde chrétienne et de l'amour du prochain. Faire l'aumône était l'expression de la foi des riches qui croyaient qu'ils allaient être généreusement récompensés dans la vie future pour ce qu'ils avaient accompli dans la vie présente.

Selon Rudolph Bauer82(*), la charité médiévale se fonde sur la thèse théologique que la pauvreté comme la prospérité sont des manifestations de la volonté divine. De la vertu de la charité théologiquement légitimée et religieusement motivée est née la tradition d'aide corporatiste des « bonnes oeuvres » pour les pauvres.

1.2. La tradition d'aide luthérienne et calviniste

Au courant de l'époque de la Réforme, le précepte de la vertu, qui avait contraint les riches du moyen âge à la charité, s'applique désormais aux pauvres : la tradition d'aide protestante et calviniste qui se développe fait la différence entre les pauvres vertueux « pudiques » et les pauvres « impudiques ».

La tradition d'aide prenait alors deux formes : celle du contrôle social paternaliste et éducatif et celle de la stigmatisation répressive. La forme paternaliste de cette tradition d'aide agissait sur le principe de l'inclusion et soumettait les pauvres « pudiques » à une surveillance éducative. Les pauvres devaient manifester de la pudeur, c'est-à-dire avoir honte de leur condition. La forme répressive agissait sur le principe de l'exclusion sociale : elle se servait, d'une part, du refus d'aide aux pauvres « impudiques », d'autre part de la pénalisation de la mendicité. La pauvreté des mendiants était interprétée comme conséquence du péché et d'une vie immorale.

* 82 Prof. Dr. Rudolph Bauer, Soziale Dienste und spezifische Zielgruppen, insb. Migrant/inn/en, Observatorium für die Entwicklung der sozialen Dienste in Europa - Arbeitspapier Nr. 3, Frankfurt am Main, Dezember 2001

précédent sommaire suivant