WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6. Retour sur l'hypothèse de recherche

Pour vérifier notre hypothèse, nous avons classé les discours des travailleurs sociaux en deux catégories en fonction de la présence ou de l'absence d'encadrement technique. Nous pouvons alors faire trois constats :

(1) Les professionnels qui se limitent au cadre obligatoire du dispositif d'accueil et n'ont engagé aucune autre action en direction du public primo-arrivant souffrent d'une absence d'encadrement technique. Ces derniers ont également des difficultés à percevoir le sens de leur travail dans le cadre du dispositif.

(2) Les professionnels qui bénéficient d'un encadrement technique dans leur cheminement et leur positionnement dans le dispositif d'accueil mettent en place une offre de service en direction des nouveaux arrivants qui leur permet de garder le sens du travail social.

(3) L'absence d'encadrement technique n'engendre pas forcément l'absence de développement d'une action sociale spécialisée.

Quels sont donc les autres facteurs qui permettent d'assurer le maintien et le développement d'une action sociale spécialisée et l'affirmation de la place du service social spécialisé dans le dispositif d'accueil des nouveaux arrivants ?

A travers les discours des enquêtés, nous avons repéré deux autres éléments qui ont permis aux travailleurs sociaux de développer une action sociale spécialisée et de trouver une place dans le dispositif d'accueil : la cohésion de l'équipe et la bonne implantation départementale du service social spécialisé.

6.1. La cohésion de l'équipe

4 travailleurs sociaux nous font part de l'importance de leur équipe dans la mise en place d'une action sociale spécialisée, comme cette assistante sociale : « Pour ce genre de travail, il faut que l'équipe entière, je veux dire, adhère à ce projet parce que l'assistant social tout seul ne peut pas le faire ». Ces quatre professionnels trouvent un sens dans leur action et ont mis en place des actions qui débordent largement le cadre imposé du dispositif d'accueil.

En effet, une bonne cohésion d'équipe permet un appui technique paritaire, entre professionnels, par des échanges sur les pratiques. Ceci facilite la prise de distance, l'analyse des besoins des usagers et la transmission de connaissances et de méthodes de travail. En ce qui concerne notre échantillon, l'appui paritaire a remplacé, pour deux assistants sociaux, ou complété, pour deux autres, l'encadrement technique. Mais, la cohésion de l'équipe n'est pas un élément suffisant pour assurer la continuité de l'action engagée, car elle « reste très fragile parce que tout encadrant technique arrivant sur notre bureau départemental peut [la] remettre en cause ».

Selon Herzberg103(*), des bonnes relations au travail sont en effet un facteur important dans le management de l'équipe. Une bonne intégration au groupe, la solidarité, des réseaux de relations et de communication utiles, une bonne relation avec l'encadrement technique et hiérarchique sont des exemples d'enjeux positifs liés aux relations au travail.

La cohésion de l'équipe suppose deux conditions : la cohérence de la structure et la co-opération entre les membres. Selon E.Berne104(*), les indicateurs essentiels de la cohérence d'une structure sont l'adhésion de tous aux valeurs essentielles, des objectifs partagés, des règles de fonctionnement, une capacité à s'adapter et une culture commune.

* 103 HERZBERG F./ VORAZ C., op. cit.

* 104 BERNE E., Des enjeux et des hommes : psychologie des relations humaines, Paris, Stock, 1998

précédent sommaire suivant