WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4. La place du service social spécialisé dans le dispositif d'accueil

Concernant la place que le service social spécialisé occupe au sein du dispositif d'accueil, beaucoup d'interrogations sont formulées par les travailleurs sociaux : « Ben, moi, depuis ces derniers temps, franchement, je vois pas trop, personnellement, je ne vois pas trop vraiment ma place ! » ; « Est-ce qu'on re-deviendra un service social de catégorie, puisque ça va être une catégorie particulière, ces primo-arrivants accédant à un titre de séjour ? »

Les « anciens » vivent une perte d'autonomie, une perte de reconnaissance de leurs compétences par les autorités : d'un statut de maître d'oeuvre, le service social spécialisé est passé à un statut de participant parmi d'autres. Mais est-il aussi reconnu comme partenaire à part entière ? Rien n'est moins sûr, si on peut croire les discours des travailleurs sociaux. En effet, interrogés sur leur place dans le dispositif, on sent une grande résignation et un certain fatalisme chez certains professionnels. Ainsi, une assistante sociale nous dit que le service social spécialisé « [...] a sa place sur la plate-forme, ça me paraît évident mais pas la place que l'Etat décide de lui donner ».

Or, une place, on la prend, on l'affirme, on l'investit en fonction de ses propres compétences. Comment se fait-il qu'un service social, qui a comme objectif de rendre ses usagers acteurs de leur propre intégration, ne se voit pas lui-même acteur pour prendre sa place au sein du dispositif d'accueil ? Comme cette déléguée régionale nous dit : « Bien voilà, d'être vraiment offensive, d'être dans une démarche créative, dans une démarche de dire : on a une place, on la prend et on s'en saisit pleinement, tu vois, au lieu d'attendre qu'on nous dise ce qu'on a à faire. Mais bon après, je te dis, c'est chacun, c'est individuel. Alors, bon, le travail social, c'est très particulier ».

S'agit-il vraiment d'un positionnement individuel du travailleur social ? N'est-il pas aussi du devoir de l'institution de prévoir des instances qui permettent un soutien et un encadrement de l'intervention sociale ? C'est en tout cas ce que pensent les travailleurs sociaux : « Je pense qu'on a, le service aura à travailler sur sa place ».

Ces propos nous renvoient au rôle de l'encadrement technique des travailleurs sociaux du service social spécialisé.

5. Le rôle de l'encadrement technique

Les délégués régionaux du service social spécialisé voient leur rôle d'accompagnement des équipes dans le dispositif d'accueil à plusieurs niveaux :

· lever les blocages dus aux craintes des travailleurs sociaux concernant leur place dans le dispositif ;

· faciliter la collaboration entre des intervenants qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble ;

· aider les travailleurs sociaux à prendre la distance par rapport aux problématiques repérées ;

· accompagner les travailleurs sociaux dans l'analyse des besoins des nouveaux arrivants et dans la construction de projets ;

· faire le lien entre le niveau local et le niveau national en vue d'échanges d'expériences et de pratiques.

Au regard des discours des assistants sociaux, ceux-ci comptent beaucoup sur l'encadrement technique pour cheminer dans leur positionnement : « Il faudrait que l'encadrement technique impulse quelque chose, on attend quelque chose de l'encadrement technique » (une assistante sociale). En effet, les assistants sociaux attendent de leur délégué régional

· une réflexion sur le positionnement des travailleurs sociaux dans le dispositif d'accueil en définissant les limites par rapport à leur profession ;

· la levée des blocages au changement ;

· l'analyse du dispositif et une réflexion sur le sens de l'action sociale ;

· la stimulation d'échanges sur l'adaptation de l'action sociale au contexte du dispositif d'accueil.

Le rôle de l'encadrement technique est d'autant plus important que « Un programme national vient parasiter l'action sociale menée entre travailleurs sociaux et usagers. Il engendre des blocages, une perte d'autonomie, voire de créativité chez les travailleurs sociaux. La démarche à engager bouscule les habitudes et la façon de concevoir son travail. L'origine de l'action n'est plus la demande (ou le besoin) de l'usager, mais celle de l'institution. Un travail d'analyse et de concertation entre les différents protagonistes permet une réappropriation et une compréhension de la construction du projet ».102(*)

Or, ce travail d'analyse ne semble pas toujours avoir eu lieu. En effet, 4 sur 10 assistants sociaux interrogés déclarent qu'ils n'échangent jamais sur leurs pratiques professionnelles, ni entre eux en réunion d'équipe, ni avec l'encadrement technique.

8 disent ne pas bénéficier d'un soutien technique, ni dans la mise en place de l'action sociale spécialisée en direction des nouveaux arrivants, ni dans l'affirmation de la place du service social spécialisé dans le dispositif.

Ces discours recueillis sur le rôle de l'encadrement technique nous amènent à un retour sur l'hypothèse de recherche : « Le rôle de l'encadrement technique est primordial pour assurer le maintien et le développement d'une action sociale spécialisée et l'affirmation de la place du service social spécialisé dans le dispositif d'accueil des nouveaux arrivants ».

* 102 ROUX Suzanne, op. cit., p. 61

précédent sommaire suivant