WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'agriruralité, entre rêves et réalités

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Lyon II Lumière  - Master 2 Aménagement et Développement Rural 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5. Des motivations des créateurs d'entreprises agrirurales à l'émergence de nouvelles dynamiques agricoles, sociales, économiques et culturelles au niveau local

Après confrontation entre les entretiens menés dans les monts du Forez auprès des candidats à l'installation agrirurale, des créateurs d'entreprises agrirurales22 et des études réalisées ces dernières années en France23, on peut dégager quelques tendances pour identifier les porteurs de projet agriruraux.

> Qui sont les porteurs de projets agriruaux dans les Monts du Forez

Notons tout d'abord qu'il s'agit d'une population globalement assez hétérogène ; toutefois, les caractéristiques citées ci-après ne sont en aucun cas exhaustives et n'ont aucune valeur générale

21 Voir la grille d'analyse des créateurs d'entreprises agriruraleen annexe.

22 Annexe 5 : grilles d'analyses

23 VINATIER-ROCHE, 2006 ; Terres Vivantes 34, 2004 ; DERMENJIAN M., 2003

mais elles peuvent donner quelques pistes quant-aux motivations des sujets qui réalisent de tels projets.

On rencontre le plus souvent des personnes qui ne sont pas issues du milieu agricole ; neuf porteurs de projets agriruraux sur les dix interrogés dans la Loire ne sont pas issus du milieu agricole, et six créateurs sur sept dans les Monts du Forez ne sont pas non plus issus du milieu agricole. Les créateurs d'entreprises agrirurales sont souvent des néoruraux qui ont exercé une activité professionnelle différente dans le passé mais qui ont toujours eu un lien avec le monde agricole de par leur formation ou leurs expériences professionnelles (ouvrier agricole, conseiller dans une ADASEA, ingénieur agronome, ...). Pour les porteurs de projets agriruraux la plupart se situent dans la tranche d'âge 30 - 45 ans, eux aussi ont exercé une activité professionnelle différente de leur projet actuel (animateur environnement, infirmière, instituteur, commercial, animatrice en arts plastiques, peintre, monitrice d'équitation, ramasseur laitier...), certains souhaitent l'exercer parallèlement à leur installation dans le cas d'installations progressives ou souhaitent que leurs conjoint gardent une activité salariée à l'extérieur pour plus de sécurité. Toutefois, tous souhaitent mobiliser des compétences personnelles et réinvestir les méthodes ou les acquis (montage de projet, gestion, animation...) appris de leurs expériences passées dans au moins une activité du projet. C'est aussi l'avantage de l'agriruralité qui permet avec la combinaison d'activités au créateur d'entreprise de s'épanouir et de se réaliser à travers plusieurs "métiers" . L'agriruralité permet également d'adapter le projet au plus prés des volontés et des compétences des entrepreneurs.

> Quelles sont leurs motivations?

Les motivations qui ressortent le plus pour monter de tels projets sont l'adéquation entre la recherche d'une qualité de vie et l'intention « d'être son propre patron ». Les foyers sont souvent pluriactifs (pluriactivité du chef d'exploitation et/ou autre activité du conjoint) et plus de la moitié commercialisent tout ou partie de leur production en vente directe, de plus les productions et les activités sont souvent diversifiées. La majorité a suivi une formation agricole, souvent un diplôme de niveau V, mais peu d'entre eux ont accès à la DJA, par choix ou par inadéquation avec les critères d'attribution (formation, âge, ...). Une majorité des exploitants a choisi un statut d'individuel plutôt que de sociétaire, et les investissements de départ sont généralement plus faibles que pour les installations classiques.

Le projet de vie est la caractéristique principale à retenir de ces systèmes. En effet, la réalisation d'un projet de vie implique la prise en compte dans la mise en place des activités, du choix de vie du porteur de projets mais aussi de ses envies et de ses convictions. Ainsi, nous avons le plus souvent à faire à des systèmes originaux, par rapport au modèle classique d'une activité économique, agricole ou rurale. Cette originalité est souvent liée au développement d'activités qui permettent de maîtriser au maximum l'approvisionnement et la vente (connaissance des circuits et des personnes impliquées). Un autre facteur d'originalité peut être la combinaison au sein du même système de plusieurs activités, qui deviennent interdépendantes, et dont l'articulation en devient la clé du voûte. Enfin, comme signalé précédemment, ce type de système nécessite souvent un lien fort au territoire, par le développement d'activités de vente ou d'accueil destinées à la population environnante, ou par le développement d'activités touristiques.

> Vers l'émergence de dynamiques socio-culturelles

L'agriruralité peut notamment permettre de redonner ou de maintenir un dynamisme socioéconomique important dans les zones rurales ou péri-urbaines. Les projets agriruraux sont issus d'un équilibre entre le porteur de projet et sa famille (projet de vie), les activités mises en place (production et/ou service), et le territoire d'installation. Ces trois points ont plus ou moins d'importance les uns par rapport aux autres selon les systèmes rencontrés, et sont également confrontés à la logique économique relative à tout projet de mise en place d'une activité génératrice

de revenu.

L'agriruralité peut également permettre de recréer des dynamiques culturelles et sociales sur un territoire ; ces dernières sont à prendre en compte dans la réflexion de la construction d'offre d'activités car ce sont elles qui permettent de fixer sur le territoire les entrepreneurs ruraux sur le long terme si l'on en croit les créateurs d'entreprises agrirurales installés depuis les années 1980 :

"On était une bande de néo-ruraux avec la ferme de la Gilbernie, la ferme du Phaux et d'autres on s'est installés presque tous en même temps et heureusement, c'est ça qui nous a fait tenir, on a réfléchi ensemble sur des moyens de commercialiser nos produits, pour faire des livraisons communes. C'est vrai que c'est lourd quand on est pas d'ici, il y a des gens qui restent un an, deux ans mais ça ne passe jamais on ne se sent pas intégré. Ce qui compte beaucoup pour nous c'est cette bande de copains de néo-ruraux, avec qui on peut parler sans se sentir gêné, sans se dire que ce que l'on dit va faire le tour du pays et que ça nous reviendra par les oreilles ; c'est pas tant pour la technique c'est pour le coté humain."

Entretien avec un créateur d'entreprise agrirurale - Les Salles - le 7 juillet 2010

Ce sont également ces éléments humains qui peuvent être attractifs pour des porteurs de projets. Lors des entretiens réalisés auprès des porteurs de projets agriruraux, nombreux sont ceux qui avouent chercher un territoire qui favorise le lien social, beaucoup recherchent un lieu d'installation où d'autres créateurs d'entreprises sont installés et sont dans une dynamique du partage. L'idée de ces porteurs de projets étant d'ajouter à la dynamique locale leurs compétences et leur envie de faire. Cela peut passer par des formes variées : mise en place d'une activité particulière, création d'un marché local en circuit court, organisation de festivals ou de concert, création d'un atelier théâtre...

_ "Pourquoi cette envie de vous installer ici?

_ Mme : moi je suis d'ici donc ça me plait ; toi tu n'es pas d'ici mais ça te plait aussi...

_ M. : oui c'est vrai, je le dis : c'est une des plus belles régions que je connaisse, entre les hautes chaumes, les paysages, c'est assez sauvage et pas perdu, il y a Montbrison... il y a tout ce que l'on veut pas loin. C'est bien desservi, c'est sauvage, c'est beau au niveau des points de vue.

_ Mme : et puis il y a aussi les connaissances que l'on a, ça donne encore plus envie de s'investir, ça donne encore plus envie de se greffer à ce maillon de colonies, c'est vrai hein?

_ M. : c'est vrai que ca ne donne pas envie de repartir, de tout recommencer à zéro.

_ Mme : c'est vrai qu'il y a aussi les enfants, ils ont leurs copains, leur école, on pourrait partir à 300 km mais on a pas envie de recréer tout ces liens.

on disait que l'on pouvait faire des journées à thème sur des métiers : producteurs de fromages, moulin des maçons (huile), on a une amie qui est guide de moyennes montagnes aussi. On connait des gens : c'est plus facile ça aide...

on a aussi une amie qui fait des alcools de plantes... On peut faire des visites a thèmes...

_ M. : ... ça fait 3 producteurs, après on a un collègue en lait de chèvre ; bon! Il transforme pas, mais il y a pas mal de choses dans le coin.

_ Mme : nous on apporterait autre chose."

Entretien avec un couple porteur de projets, 3 mai - St George en Couzan

De plus, tous les créateurs d'entreprises et tous les porteurs de projets rencontrés souhaitent lier leurs activités à des projets locaux de développement. En dialoguant avec le créateur d'entreprise on se rend bien compte que l'enjeu qui consiste à ouvrir l'exploitation au public par l'agritourisme (ferme pédagogique, vente directe, goûter a la ferme...) voire par des activités culturelles plus larges (concerts de jazz, atelier théâtre, résidence d'artistes...) est importante pour le créateur d'entreprise à deux niveaux : elle permet tout d'abord au créateur de réaliser une activité

qu'il affectionne dans des espaces ruraux où les loisirs ne sont pas nombreux : c'est notamment ce que nous a confié J.P. DUSSUPT de la ferme du Phaux24 qui organise avec ses associés des concerts de Jazz par goût et pour créer des loisirs au niveau local, elle permet ensuite au créateur de se faire connaître et de s'intégrer dans la société locale. Le tout permet de créer une dynamique culturelle au niveau local.

Si l'on poursuit cette réflexion on se rend compte qu'il ne faut pas négliger ces dynamiques culturelles car bien qu'elles ne produisent pas forcément des richesses au départ elles permettent de faciliter l'intégration des créateurs d'entreprises dans un premier temps. Dans un second temps elles peuvent rendre le territoire attractif. A terme, ces dynamiques peuvent constituer un terreau favorable pour l'établissement sur le territoire d'activités culturelles et sociales génératrices d'emplois et de revenus.

Figure 14 : Programmation culturelle organisée par la ferme du Phaux (Noirétable)

Source : La ferme du Phaux - 2010

Notons toutefois que ces dynamiques culturelles n'interviennent bien souvent qu'en bout de course, une fois que l'exploitation est structurée autour d'une production agricole qui se tient car il s'agit bien souvent de développer les activités de façon systémique dans le temps.

A la suite des entretiens réalisés on se rend compte que l'agriruralité tend vers l'innovation en matière de développement des activités. Bien souvent les agriruraux développent des activités qui ont été oubliées ou abandonnées du fait qu'elles n'étaient plus rentables, ils les redécouvrent et les remettent au goût du jour.

24Voir le relevé d'entretien en annexe

précédent sommaire suivant