WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'agriruralité, entre rêves et réalités

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Lyon II Lumière  - Master 2 Aménagement et Développement Rural 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. L'étape d'émergence : détecter des potentiels, croiser et élargir les champs des possibles

Le travail de détection des potentiels commence par une présence sur le territoire dans le but effectuer une veille territoriale.

1. La veille territoriale

Les Sites de proximité sont marqués par un élément très important : ils sont présents physiquement sur les territoires. Cette particularité leur permet d'être en contact régulier avec les acteurs du territoire, afin d'être informés des éléments important s'y déroulant sur ce dernier (vente d'un bien, porteur de projets détecté...), cela leur permet également de nouer des relations de confiance avec les élus et les autochtones et d'adopter une démarche de développement endogène.

Effectuer une veille territoriale continue est la première étape de l'émergence des activités agrirurales, elle permet de détecter des potentiels ou des situations à risques. C'est notamment ce que nous apprend la formation proposée par le CRDR : Y a-t-il des potentiels d'activité dans tous les territoires?

Concrètement, au niveau de la mise en place des facteurs favorisant la création d'offres d'activités sur St Didier sur Rochefort, la veille territoriale nous a permis d'élargir les champs des possibles, en apprenant notamment qu'un élu était en train de développer sur la Communauté de Communes des Montagnes du Haut Forez une démarche de rassemblement des producteurs, en vue de constituer un réseau de circuits courts. Cette veille territoriale a été principalement menée par le dialogue avec les élus de la commune de Saint Didier et les élus de la Communauté de Communes à diverses occasions : rencontre officielle avec les élus, journée projet de territoire, rendu du diagnostic cédants... Les informations ont ensuite été consignées sous forme de relevés de conclusions56.

A partir de cet élément, ne peut-on pas imaginer relier cette démarche et la notre, en construisant par exemple une offre d'activité agrirurale, basée sur un projet de maraichage avec vente directe et rassemblement des produits locaux, par le biais d'un magasin de producteurs rattaché à l'exploitation agrirurale?

La veille territoriale permet notamment à l'agent de développement de s'adapter aux problématiques du territoire et de travailler en complémentarité avec les partenaires techniques.

2. Travailler en complémentarité et dans l'échange réciproque avec les autres acteurs

Dans le paysage local, les sites de proximité apparaissent tel un trait d'union faisant le lien entre les collectivités locales, les institutions publiques et les organismes professionnels.

Les actions des sites de proximité reposent sur la volonté de maintenir et de créer des activités économiques. Ils disposent d'une relative autonomie d'action vis-à vis des élus. De plus, ils se situent au-delà des logiques professionnelles sectorielle, ce positionnement relativement large leur confère la possibilité de développer des activités agrirurales.

Par le biais de conventions et de partenariats sur des actions ponctuelles, la Maison des Services entretient un dialogue permanent avec les organismes professionnels (chambres de commerce, chambres des métiers et de l'artisanat, ADASEA). L'un des objectifs des sites est de décloisonner les secteurs d'activités pour faciliter le parcours d'accompagnement. Il s'agit notamment d'établir un lien de confiance entre les partenaires et la Maison des Services, afin de faciliter la transmission d'information entre les acteurs. Ainsi, l'enjeu est de passer d'un territoire structurant à un territoire en action.

Au niveau de l'agriruralité, nous avons adopté avec l'ADASEA et les autres partenaires techniques, une démarche de transparence et d'échange. Il s'est agi notamment d'effectuer auprès des organismes qui nous avaient communiqué des noms de porteurs de projets, un retour sur les entretiens menés afin qu'ils puissent remettre à jour leurs bases de données.

Etablir la confiance entre les acteurs et leur faire comprendre que nous agissons pour le territoire et l'établissement de porteurs de projets est un enjeu fort. D'autant plus, que les compétences de la Maison des Services sont généralistes, les partenariats avec des organismes spécialisés sont nécessaires pour obtenir la confiance des professionnels notamment dans le monde agricole. Tout l'enjeu des conventionnements est donc de mêler les expertises généralistes et globales dans le but d'élargir le champs des possibles avec des partenariats techniques spécialisés. Travailler en complémentarité avec un acteur technique nous a notamment permis d'effectuer un croisement d'informations sur les éléments réalisables ou non d'un projet agricole, cela nous a aussi permis d'analyser à plusieurs les potentiels détectés.

56 Voir Annexe 6 : relevé de conclusions

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net