WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La protection de l'écosysteme forestier congolais: cas de la réserve naturelle d'Itombwe

( Télécharger le fichier original )
par Moussa RUBUYE MUSAFIRI
Universite Officielle de Bukavu - Licence en Droit 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Paragraphe 9ème : Des aires protégées

En République Démocratique du Congo, on distingue quatre principaux types d'aires protégés : les parcs nationaux, les domaines de chasse et les réserves apparentées, les réserves de la biosphère et les réserves forestières. A ces aires protégées s'ajoutent les jardins zoologiques et botaniques ainsi que les secteurs sauvegardés.

L'objectif du gouvernement est de porter à 15% de la superficie du pays l'étendue des aires protégées soit 350.000 km², de manière à représenter dans ce réseau les différents écosystèmes naturels qui traduisent la diversité biologique propre au Congo.

Les aires protégées comprennent sept parcs nationaux notamment les parcs de la Garamba, de Kahuzi-Biega, de Kundelungu, de la Maiko, de la Salonga, de l'Upemba, de Virunga et soixante deux domaines et réserves de chasse, dont cinq sites classés parmi les sites du patrimoine mondial par l'UNESCO17(*), à savoir la réserve de faune des Okapi ( 1966), le parc national de Virunga (1974) le parc national de la Garamba ( 1980), le parc national de Kahuzi-Biega (1980) et le parc national de la Salonga. Elles comprennent en outre, une réserve de faune, sept réserves et vingt et huit domaines de chasse. Ces sites sont administrés par l'ICCN.

Sur le plan biogéographique et écologique, ce réseau couvre assez bien les principaux écosystèmes du pays mais certaines lacunes subsistent.

Il ne protège pas certaines régions qui abritent pourtant des espèces endémiques :

- La région forestière du Mayombe, l'extrémité des forêts atlantiques ;

- Les forêts inondées et inondables du centre de la Cuvette Centrale ;

- La région de la Haute Maringa et de la Lopori dans la Cuvette Centrale ;

- Les galeries et savanes du Kasaï ;

- Les forêts de l'interfluve Lomami- Lualaba ;

- L'Itombwe, la zone la plus riche des montages du Rift Albertin. Aujourd'hui déclaré réserve naturelle.

La gestion de ces aires protégées est extrêmement difficile par le fait que l'ICCN est dépourvu de moyens humains, techniques et financiers :

- Certains parcs nationaux créés dans les années 70 n'ont jamais été équipés ;

- Les infrastructures existantes ont souvent été détruites par les guerres ;

- Le personnel très mal rémunéré, est mal formé et vieillissant du fait qu'il n'y a pas d'argent pour la mise à la retraite

- L'insécurité permanente réduit les moyens d'action.

Tableau 3 : Importance des aires protégées au Congo18(*)

TYPE

NOMBRE

SUPERFICIE APPROXIMATIVE (Ra)

% PAYS

Parcs nationaux :

- Opérationnel

- En projet

8

4

8.491.000

2.244.266

3,6

0,9

Domaines de chasse

57

10.984.266

4,7

Réserves de la biosphère

3

267.414

0,1

Réserves forestières

117

517.169

0,2

Jardins zoologiques et botaniques

3 et 3

Plus ou moins 1.000

0,0 +

Secteurs sauvegardés :

- Sites de reboisement

- Réserves naturelles

-

1

112.000

36.000

0,0+

0,0+

TOTAL

196

225.653.474

9,6

* 17 C.WILUNGULA BALONGUELA, La biodiversité de la RDC et ses parcs nationaux, in Gestion durable des forêts en RDC, suite de la conférence de Bruxelles du 26 au 27/02/2000

* 18 Source : compilation ICCN/MAB- CONGO (2000)

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net