WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problematique de l'assurance-vie dans la ville province de kinshasa

( Télécharger le fichier original )
par André LUBANZA MUKENDI REMO YOSSA Michel
Université de Kinshasa - Licence 2009
  

sommaire suivant

0. INTRODUCTION

0.1 Problématique

L'existence humaine est pleine de risques, la personne de chacun est à la merci d'événements imprévus ; les maladies, les accidents corporels, les accidents de circulation entrainant de manière inopinée des invalidités, des incapacités de travail, des décès prématurés et les préjudices matériels et moraux qui en résultent pour la victime et ses proches

D'autres événements inattendus frappent l'homme dans ses biens ; incendies, accidents, provoquant des dégâts matériels et des pertes de revenu. Parfois, le patrimoine global de l'intéressé est menacé, lorsqu'il est entraîné à exposer des frais imprévus, ou que sa responsabilité est mise en cause à l'occasion d'un fait de sa vie privée ou professionnelle ou du fait d'une personne ou d'une chose dont il répond

Pour celui qui en est victime, la réalisation d'un risque imprévu peut être une catastrophe. De nombreux procédés ont été mis au point en vue soit de réduire les chances de survenances du sinistre, soit d'en atténuer les effets.

La prévention est une première technique souvent utilisée; rouler prudemment réduit les risques d'accidents sur la route. Interdire de fumer et installer des extincteurs minimise les risques de destruction d'un bâtiment par incendie ; avoir une bonne serrure pour faire obstacle à un cambriolage. A la limite, la prévention élimine le risque mais d'une façon générale le risque n'est qu'atténué.

Il existe d'autres techniques qui ont pour objet de soulager l'infortuné de la victime si le risque se réalise.

Dans les groupes humains où règne un certain esprit de solidarité, il existe autant de mécanismes d'assistance qui viennent en aide à ceux qui subissent les coups du sort : secours des parents, des amis, de la tribu, d'organismes religieux ou philanthropiques, de l'Etat ou de l'entreprise. Avant le sinistre, celui qui se sait menacer peut aussi lui-même, seul ou avec d'autres ; prendre certaines mesures de prévoyances afin que le risque s'il devait se produire, ne l'affecte pas ou l'affecte partiellement.

Le premier mode de prévoyance consiste à constituer une épargne suffisante pour éviter d'être pris au dépourvu en cas de sinistre. Le compte bancaire, le livret de dépôt, le paquet d'actions permettront de compenser la perte du salaire, de remplacer l'objet volé, de réparer le véhicule endommagé ; dans les entreprises, les provisions sont inscrites au passif du bilan par exemple les provisions pour créances douteuses, pour parer à la survenance de certains événements préjudiciables

D'autres formes de prévoyance résident dans le report sur autrui de la charge du risque. Les techniques disponibles sont nombreuses ; tel peut être par exemple l'objet de clauses contractuelles. Il ya encore une forme de prévoyance qui réside dans l'assurance, avec un champ d'application plus vaste ; en s'assurant, l'assuré reporte sur l'assureur, en contrepartie du paiement de primes, le poids des sinistres dont il pourrait être victime.

L'assurance apparait ainsi comme l'un des nombreux procédés par les quels l'homme se prémunit contre les risques qui le menacent. Elle occupe une place privilégiée parmi les procédés, car elle peut couvrir les risques extrêmement variés et elle est susceptible d'apporter une protection complète en cas du sinistre ; c'est pourquoi M.FAUTAINE., (1997, p.7) dit que « l'assurance joue un rôle économique et social de première grandeur.»

C'est ainsi qu'est créée par l'ordonnance-loi n°66/622 du 23/11/1966, la société nationale d'assurances (SONSA) pour permettre à toute personne la chance d'être protégée par l'assureur au moyen d'un contrat, mais en contre partie de paiement d'une prime donnée.

La société nationale d'assurances a mis à la disposition de la population congolaise une gamme de produit non obligatoire pour permettre à chacun de souscrire selon son choix et ses moyens financiers.

Les clients les plus concernés pour cette catégorie de l'assurance sont les chauffeurs qui désirent vite assurer leurs véhicules (assurance automobile) tout en oubliant de s'assurer eux-mêmes (assurance vie), pourtant la plupart des accidents se font pendant que les chauffeurs sont en activité, ceci veut dire que les chauffeurs sont aussi victimes. Selon le rapport annuel de la commission nationale de prévention routière  pour l'année 2007, il y a eu 3.674 accidents de circulation routière enregistrés dans la ville province de Kinshasa dont 282 accidents ayant causés des pertes en vies humaines où il y a 13% des chauffeurs;

Le même rapport parle de 4.483 accidents en 2008 dont 335 accidents ayant causé des pertes en vies humaines où il y a 14% des chauffeurs.

Selon la société nationale d'assurances le taux des chauffeurs ayant souscrit pour l'assurance vie est faible et pourtant beaucoup d'entre eux meurent régulièrement dans leur profession, en laissant derrière, des veuves et des orphelins qui, pour la plupart se prennent difficilement dans la vie.

A cet effet, la question fondamentale que nous nous posons est celle de savoir, pourquoi les chauffeurs préfèrent souscrire seulement à l'assurance automobile que l'assurance vie? C'est-à-dire pourquoi ces derniers préfèrent-ils assurer leurs véhicules en oubliant volontairement de s'assurer eux-mêmes alors qu'à tout moment ils peuvent être aussi victimes dans leurs corps physiques ?

sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.