WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Notion de système formel. Prolégomènes à  une logique cognitivisme à  partir de Donald Davidson

( Télécharger le fichier original )
par Tamis MUAMBA NGUESHE
Université de Kinshasa - Licence 2010
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

Ce troisième chapitre de notre mémoire a porté sur la logique cognitiviste. Pour ce, nous avons commencé par scruter les notions de cognitivisme et des sciences cognitives. Ensuite, nous avons concrètement traité de la logique cognitiviste dans ses deux dimensions.

Ainsi, au terme de cette investigation et en dépit de nos efforts les plus sincères, fort est de constater que notre logique souffre d'une insuffisance, celle relative à son caractère internationaliste.

En effet, la logique cognitiviste, telle que nous l'avions présentée, au delà de son aspect démonstratif, étudie, certes, l'agentivité, c'est-à-dire elle rationalise les raisons d'agir d'un agent.

Cependant, tout se passe comme-ci le sujet agissant est isolé et désincarnée du monde. Du coup, il s'établit une relation sujet-objet entre l'agent et la communauté illimitée des agents possibles.

Il faudrait donc à la logique cognitiviste une troisième dimension, la dimension interagentive qui aurait pour tâche,d'une part, de dégager la structure logique des dialogues intelligents possibles (aussi bien entre agents humains que logiciels) et, d'autre part, de présenter le schéma logique du processus des actions concertée entre agents afin d'établir une relation sujet-cosujet entre les différents acteurs engagés dans une interaction.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net