WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le finencement des pme pour la création d'emplois et la réduction de la pauvreté


par Khadim NGOM
Université Cheikh Anta Diop de Dakar - Maitrise  2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I : Le financement des PME au Sénégal

Selon la charte des Petites et Moyennes Entreprises, le concept de PME englobe, d'une part, la petite entreprise qui inclut la micro entreprise et la très petite entreprise et d'autre part la moyenne entreprise. La dite charte définit la PME par rapport aux quatre critères à savoir l'effectif, le chiffre d'affaire annuel hors taxes, la transparence dans la tenue de la comptabilité et l'investissement.

Au Sénégal les PME constituent la base du tissu économique. Elles représentent 80 à 90% du tissu industriel et contribuent à hauteur de 20% du PIB et 30% à la création d'emploi dans le secteur moderne et occupe l'essentiel des secteurs porteurs notamment l'agro-industrie, le tourisme, la pêche, les télécommunications, le bâtiment, les travaux publics etc.

Cependant elles sont confrontées à de nombreuses contraintes relatives à l'accès au financement et au marché à un environnement juridique et institutionnel, à la faiblesse de leurs capacités technique et organisationnelle, à la rigidité du marché du travail (condition de licenciement encore rigide, qualifications de la main d'oeuvre).Ces obstacles à l'émergence d'un secteur privé fort sont encore plupart dans le secteur informel, qui renferme la population la plus importante des PME.

En définitive, ces dernières, bien que dynamiques n'offrent pas de réelles garanties d'une croissance pro pauvre. Fort à ce constat, le gouvernement du Sénégal à pris de nombreuses initiatives pour développer le secteur privé plus particulièrement les PME. Il s'agit, notamment de la mise en place de structures d'appui et de financement du secteur privé de l'adoption de la charte des PME et de la lettre de politique sectorielle des PME, de la mise en place du FPE, des fonds de contrepartie etc. En outre le gouvernement du Sénégal a pris des mesures conséquentes tendant à améliorer l'environnement des affaires dans le cadre du conseil présidentiel de l'investissement (CPI).

Malgré ces nombreuses initiatives, le développement des PME demeure encore timide, à cause principalement de des difficultés, d'accès au financement. Ce problème majeur, surtout dans un contexte de crise économique et financière risque de prendre des ampleurs plus inquiétantes. Au Sénégal les PME ont certes des atouts considérables mais elles sont confrontées à des faiblesses énormes leur empêchant de jouer véritablement leur rôle dans le développement économique et social du pays.

SECTION1 : ANALYSE DE LA DEMANDE DE FINANCEMENT DES PME

1. Comment la PME est-elle définie au Sénégal ?

Les petites entreprises (PE) regroupent les micro-entreprises et les très petites entreprises répondant aux critères et seuils suivants :

- Effectif compris entre un (01) et vingt (20) employé;

- Tenue d'une comptabilité allégée ou de trésorerie certifiée par un Centre de

Gestion Agréé (CGA) selon le système comptable en vigueur au Sénégal ;

- Chiffre d'affaires hors taxe annuel n'atteignant pas les limites suivantes définies dans le cadre de l'impôt « synthétique » :

· 50 millions de FCFA pour les PE qui effectuent des opérations de livraison de biens ;

· 25 millions de FCFA pour les PE qui effectuent des opérations de prestation de services ;

· 50 millions de FCFA pour les PE qui effectuent des opérations mixtes telles que définies par les textes relatifs audit impôt.

Les moyennes entreprises (ME) répondent aux critères et seuils suivants :

- Effectif inférieur à deux cent cinquante (250) employés ;

- Tenue d'une comptabilité selon le système normal en vigueur au Sénégal et certifiée par un membre inscrit à l'Ordre National des Experts Comptables et Comptables Agréés (ONECCA) ;

- Chiffre d'affaires hors taxes annuel compris entre les limites fixées ci-dessus et 15 milliards de FCFA ;

- Investissement net inférieur ou égal à 1 milliard de FCFA.

précédent sommaire suivant