WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Authentification et protocole PPPOE: le cas de l'accessibilité à  l'internet via "ringodialeré"

( Télécharger le fichier original )
par Charles Emmanuel Mouté Nyokon
Université de Yaoundé I - Master 2 en réseaux et applications multimédias 2011
  

précédent sommaire suivant

2.3 Les protocoles triple-A

2.3.1 Les généralités

Les protocoles implémentant le concept triple-A sont essentiellement utilisés par des opérateurs offrant des services de télécommunications à des utilisateurs. Ces protocoles leur permettent, notamment, de :

- contrôler l'accès à leurs réseaux;

- administrer et configurer leurs ressources;

- assurer la traçabilité des actions;

- facturer l'utilisation des leurs ressources selon le temps de connexion ou selon la quantité d'informations téléchargées.

En effet, dans le cas de l'administration et de la configuration des ressources, si l'on
effectue une administration individuelle sur chaque ressource, le changement d'un simple
mot de passe peut devenir, à lui seul, un travail chronophage et monumental; sans parler

des risques d'erreur de configuration liés à la répétition des procédures.

Ainsi, l'intérêt des protocoles triple-A est-il de permettre un fonctionnement sur un modèle client/serveur, lequel résout par construction même les problématiques de répétition de configuration sur chaque équipement.

En pratique, une architecture client-serveur triple-A permet de rendre l'ensemble de ces services, comme il est établi ci-dessous et illustré en la figure 2.2 :

- les serveurs triple-A, dans les domaines mère et visité, sont en charge de la gestion des utilisateurs et du traitement de la problématique triple-A pour tous les équipements du réseau;

- les clients triple-A, hébergés sur des équipements (routeurs ou serveurs d'accès au réseau), sont en charge de la récupération des informations de connexion et de leur transmission3 par l'intermédiaire de protocoles triple-A au serveur.

FIGURE 2.2 Architecture triple-A

3. Voir l'annexe E à la page 74 pour un exemple de flux de messages de protocole triple-A

2.3.2 Les exemples de protocoles triple-A

Les deux protocoles plébiscités pour la communication entre un client et un serveur triple-A sont RADIUS et TACACS+. Toutefois nous pouvons mentionner d'autres, notamment DIAMETER et TACACS.

2.3.2.1 Le protocole RADIUS

Protocole d'authentification à distance mis au point par la société Livingston Enterprises, RADIUS est conçu pour gérer les connexions d'utilisateurs à des services distants par combinaison de services d'authentification et d'autorisation. Ce processus d'authentification, entièrement chiffré et relié à une source d'informations, souvent un annuaire LDAP4, est basé sur un système client/serveur chargé de définir l'accès au réseau notamment via PPP ou VPN.

Protocole de prédilection des fournisseurs d'accès à Internet car il apparait comme un standard et propose des fonctionnalités de « comptabilité » permettant aux FAI de facturer précisément leurs clients. Le protocole RADIUS s'appuie sur le protocole UDP pour transmettre les données sur le réseau. Il a été normalisé par l'IETF5 et trouve sa définition complète dans deux RFC6 : la RFC 2865 (RADIUS authentication) et la RFC 2866 (RADIUS accounting) de juin 2000.

Dans les faits un paquet RADIUS est encapsulé dans un paquet UDP, et chaque paquet

4. LDAP (Lighweight Directory Access Protocol) est un annuaire permettant de simplifier la gestion des utilisateurs en ne leur demandant qu'une seule authentification (SSO : Single-Sign-On) pour accéder à l'ensemble des applications, services et système de l'entreprise.

5. IETF (Internet Engineering Task Force) : Groupe international informel, ouvert à tout individu, qui participe à l'élaboration de standards pour Internet.

6. Les Request For Comments (RFC) littéralement « demande de commentaires », sont une série numérotée de documents officiels décrivant les aspects techniques d'Internet. Peu de RFC sont des standards, mais tous les standards d'Internet publiés par l'IETF sont des RFC

RADIUS contient les informations illustrées à la figure 2.3 et explicitées ci-dessous.

FIGURE 2.3 Format d'un paquet RADIUS

Source: (PFEIFFER et al, ESIAL); Protocole AAA, Principes et implantations;
Figure 2, page 4

Les informations contenues dans un paquet RADIUS sont les suivantes :

- Code: Octet contenant la requête/réponse RADIUS 7 ;

- Identifier: Octet utilisé pour comparer la requête et la réponse;

- Length: Longueur du paquet tenant sur 2 octets;

- Authenticator: Valeur utilisée pour authentifier la réponse du serveur RADIUS, et utilisée dans l'algorithme de masquage du mot de passe;

- Attributes: Données appartenant à la requête ou à la réponse.

Le protocole RADIUS présente néanmoins quelques limites notamment :

- une limitation du nombre d'équipements pris en charge, donc du nombre d'utilisateur supporté;

- une limitation du chiffrement des mots de passe à 16 bits;

- un manque de prise en charge explicite des communications inter-domaines (utilisateurs venant d'opérateurs différents);

- un manque de mécanisme d'identification du serveur, favorisant l'usurpation de l'identité de ce dernier dans le but d'une collecte de couples nom utilisateur, mot de passe; - une insuffisance de sécurité car la sécurité relative du protocole repose sur le seul secret

partagé (shared secret), qui impose la sécurisation des échanges entre client et serveur par sécurité physique ou VPN;

- des problèmes de disponibilité ou de timeout sur les périphériques, lorsqu'ils tentent de contacter le serveur.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy