WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Planification urbaine et enjeux de développement local :étude rétrospective-prospective de la ville de Ghomrassen

( Télécharger le fichier original )
par Haithem GHOURABI
Université de Carthage  - Diplôme national en urbanisme et aménagement 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5- Le logement /l'habitat :

Le mode d'occupation du logement porte dans l'ensemble sur la propriété privée.

En effets, les propriétaires représentent presque 98%. Par ailleurs, des logements occupés sont de différents tailles et varient de l'habitation à 3 pièces à celle possédant 5 ou 6 pièces. Cette diversité dans la taille du logement répond à la variation de la composition et du niveau de vie des ménages.

Photo.4 : Une villa propriété d'un émigré en France (9 mois inoccupé)

En 2004, Ghomrassen compte 6027 logements avec une moyenne de 4 Pièces/Logement. Nous estimons une moyenne de 123m2 de surface couverte dans chaque logement et d'une valeur de 25 000 DT comme coût de construction de chaque logement. Mais aussi on peut trouver des palais de dizaine de chambres et de valeur qui dépasse des millions de dinars (Geurida, Karoui...)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Schéma.4 : Un palais construit sur un terrain de 10 975 m2 dont 2817 m2 couverte.

Graphique.9 : Evolution des logements à Ghomrassen

La répartition par type d'habitation dénote d'une tendance vers les logements de type villa et avec 10% des constructions de type traditionnel édifié par la SNIT et 90% sont du type isolé réalisées par les particuliers.

Photo.5 : Aucune harmonie dans le cachet architectural Photo.6 : Façade massivement décorée

4Notons par ailleurs un grand investissement dans le secteur du bâtiment de la part de la population de Ghomrassen et surtout des émigrés.

Certains jeunes et mémes des hommes âgés (de Matmata,de Beni Kédeche et d'El- Hama...) sont venus à Ghomrassen pour travailler dans les chantiers de construction.

A cause de leur niveau social modeste, ils ont choisi de louer pour habitat, des petits locaux essentiellement à vocation commerciale au plein centre ville de Ghomrassen et à proximité de la place de l'Indépendance (Une place ou se réunissent ces travailleurs avec leurs outils de travail en attendant un entrepreneur ou un habitant de la ville qui cherche des ouvriers pour un chantier de construction).

Ces petits locaux ne renferment méme pas les besoins nécessaires d'un espace à vivre (Eau potable, Electricité, Assainissement ...)

Photo.7 : Changement de vocation de
locaux commerciaux par la vocation résidentielle.

6- L'urbanisation :

La morphologie urbaine peut être définie comme l'ensemble des formes que prend la ville ou son agglomération sous la double influence de son site géographique et de l'histoire de son développement.

a) Histoire du développement urbain de la ville :

Noyau urbain ancien :

Le site de Ghomrassen a été décrit avec précision par le voyageur Attijeni dans son voyage, il souligne :

`' La distance de Ghomrassen contient un grand nombre de citadelles (Kalâa) dont les plus connues sont la Kalãa de Neffik et celle de Hamdoun . .Celle de Neffik est la plus forte et c'est dans cette Kalãa que les populations des environs se réfugient lorsqu'elles sont menacées par une armée ou un ennemi quelconque. Cette Kalâa se dresse au sommet d'un éperon rocheux très élevé dans le ciel. Sur ce mont ont été aménagés des sentiers d'accès difficils et très exigus et qu'on ne peut emprunter que difficilement. Les habitants de Ghomrassen et leurs troupeaux de moutons et de chameaux se sont habitués à les emprunter et à y circuler à l'aise et sans risque. Ces sentiers amenaient à des maisons creusées dans les montagnes en étages superposés et qu'on appelle `'Ghiren `' (1).

Description de Ghomrassen d'après Attijeni (1286 ap JC /706 H, 1287 ap JC / 707 H)

Schéma.5 : Le premier noyau urbain

(1) Abd El Wahab (H.) : Rihla d'Attijeni, Tunis-Libye, 1980. : Traduction M.H.GHRABI

b) Processus d'urbanisation :

D'après les photos prise par un militaire français en 1900, on peut remarquer clairement que jusqu'a cette date la vallée de Ghomrassen (Le site actuel de cette ville) n'est pas encore urbanisée. Les habitations sont encore localisées près du noyau urbain ancien suite à la création du nouveau quartier Ibn Arafa, où il se dresse jusqu'à maintenant la plus ancienne mosquée de la ville.

Photo.8 : Ghomrassen en 1900 Photo.9. Ghomrassen : vue de la vallée (1900)

A partir les années 30 et 40 du 20éme siècle, la politique coloniale et surtout après l'Indépendance, les autorités ont obligé les habitants des montagnes à descendre vers la plaine (précaution sécuritaire) et ont encouragé les habitants des espaces ruraux dispersés dans la région à se localiser dans la ville pour minimiser les coüts d'infrastructures.

Cette nouvelle politique de dépeuplement de l'ancien noyau urbain et d'installation de la population locale dans la vallée inondable n'étant pas sans conséquences sur l'économie agraire locale. En effet, cette vallée était à l'époque un espace où on dénombre un grand nombre de puits et où les habitants pratiquaient une agriculture très riche d'oasis et diversifiée qui produisait les besoins de la population.

Schéma.6 : Processus de l'urbanisation

Depuis quelques années et à cause de la forte densité démographique et urbaine et la rareté des espaces urbanisables dans la vallée de Ghomrassen, on a remarqué le retour de l'urbanisation sur les flans des montagnes et même sur les plateaux qui dominent le site.

Photo.10 : Habitat sur les flancs de montagne Photo.11 : Urbanisation des plateaux hauts de la ville

c) Les fronts d'urbanisation :

L'urbanisation dans cette ville est orientée par deux moyens :

- La topographie montagneuse du site : La ville actuelle de Ghomrassen est encerclée par les reliefs montagneux, ce qui oriente l'urbanisation vers deux directions uniquement.

Soit vers l'est de la ville, où se trouve le niveau topographique le plus bas du site ,ou vers l'ouest ou se localisent d'importantes réserves foncières sur les palataux hauts de la ville.

- / F SMCAIAiPQ RdEs RVINSIF eCAs : La tendance de minimiser la densité démographique et urbaine dans le plein centre de ville, a entrainé l'implantation de plusieurs équipements sociocollectifs et surtout scolaires dans les espaces urbanisables. Cette politique urbaine locale est réussie, car on voit clairement la naissance de nouveaux noyaux urbains autour de ces équipements, citons à titre d'exemple le quartier près de l'hôpital local de Ghomrassen ou les quartiers situés autour des équipements scolaires implantés sur les palataux hauts de la ville (Quartier El-Rosfa, la cité nouvelle et la route de Guermassa).

Carte.4 :La topographie oriente l'urbanisation. Source : Réalisation personnelle à partir de la carte topographique.

Concernant l'urbanisation de la Chabaà d'Insifri, on voit que la topographie a influé sur la trame urbaine du quartier, et que l'extension urbaine a dégradé les anciens espaces agricoles (rasage des oliviers, de palmerais) et a détruit les puits.

 

Schéma.7 : Chaàbat Insifri : La coté Sud de la ville de Ghomrassen

On note que l'installation des équipements administratifs et éducatifs dans le plateau Nordouest de la ville a encouragé l'urbanisation dans cet espace. En plus, l'absence des contraintes topographiques et naturelles a entrainé une trame en échiquier.

Schéma 8 : La cité nouvelle : Le côté Nord-Ouest de la ville de Ghomrassen

Ghomrassen est caractérisée par une forte densité démographique avec 27.53 hab. /km2 en 2004 contre une densité de 3.69 hab. /km2 au niveau du gouvernorat. On note également que 62 % de la population de Ghomrassen est urbanisée.

Graphique.10 : Densité démographique en hab/km2

Graphique11 : Répartition de la population sur le milieu

L'espace urbain dans la ville souffre de plusieurs problèmes fonciers, surtout au niveau du partage de terrains à propriété commune entre les différentes familles de la délégation. Ce qui entraine la spéculation foncière et l'élévation de la valeur foncière surtout au plein centre ville dont le m2 peut coûter près de 100 DT.

d) La planification urbaine :

La commune de Ghomrassen dispose d'un plan d'aménagement urbain dont la révision était achevée en février 2008 :

Le périmètre d'étude de la révision du P.A.U de la ville couvre une superficie totale d'environ : 2588 ha dont 150 ha sont réservés à la zone résidentielle.

D'après les indicateurs, on relève que la planification a contribué une forte tendance vers le logement individuel isolé.

En effet près de 3750 logements d'une moyenne de 400m2 ont été programmés ce quisurestimé les besoins réels de la commune en logement additionnels. 4Gaspillage des réserves foncières dans une ville où le taux de croissance est négatif.

Photo.12 : Une centralité axiale à Ghomrassen

4 Cependant et sur le plan de la centralité, la localisation des différents équipements administratifs et éducatifs sur l'axe principal de la vile à renforcer la densité urbaine et la centralité axiale dans la ville.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net