WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Politique coloniale de lutte contre le paludisme. Cas de l'ancienne province de Léopoldville (1888-1960)

( Télécharger le fichier original )
par Leslie SABAKINU LUKWIKILU
Université de Kinshasa RDC - Licence en sciences historiques 2011
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

0.5. Revue de la littérature

Les problématiques des recherches sur les maladies en Afrique se sont enrichies et diversifiées22. De nouvelles approches ainsi que des perspectives nouvelles ont été élaborées. De même, de nombreuses sources se sont progressivement ouvertes aux investigations des chercheurs.

Ainsi des chercheurs belges, français et anglophones constitués des historiens, anthropologues, sociologues et médecins ont consacré leurs travaux sur les problèmes de santé.

Avec l'apparition des nouvelles maladies d'une part, tel que le VIH/SIDA, et la recrudescence des maladies telles que le paludisme, la tuberculose, le choléra, d'autre part, un intérêt croissant s'est manifesté { l'égard des épidémies et des endémies dévastatrices. Ainsi, plusieurs travaux ont été exécutés dans ce domaine. Parmi eux, nous pouvons citer les ouvrages de J.P. Bado qui consacra son étude sur l'essor de la médecine coloniale en Afrique23 ; J.P. Dozon et L. Vidal24, ainsi que C. Becker et J.P. Dozon25 ont consacré leurs études sur la maladie du VIH/SIDA. Les travaux de Macleod et Milton26 , J. Ford J27 et M. Lyons M.28 ont également ouvert des nouvelles perspectives

21 GRMEK, M.D., Art. cit, p. 1476.

22 BARDET, J.P., BOURDELAIS et alii (sous la direction), Peurs et Terreurs face à la contagion. Choléra, Tuberculose, Syphilis, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayart, 1988, 442p.

23 BADO, J.P., Médecine coloniale et grandes endémies, Paris, Karthala, 1996, 432p.

24 DOZON, J.P. et VIDAL, L., Les sciences sociales face au SIDA, Paris, Orstom, 1995,300p.

25 BECKER, C., DOZON, J.P. et al, Vivre et penser le sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, 707p.

26 MACLEOD, R., MILTON, L., Disease, Medicine and Empire, London and New-York, Routledge, 1988, 339p.

dans les études des maladies. Toutefois, il existe très peu d'études en histoire et en sciences sociales sur le paludisme en Afrique. Les rares études que nous connaissons sont celles de Packard et Randall M. (2001)29, Mc Gregor, Jo Anne et Ranger T. (2000)30, ainsi que celles de Ndoye T. et Pourtrain V. (2004)31. Mentionnons également une étude effectuée dans le cadre d'un travail de DEA en sociologie << Urbanisation et malaria à Kinshasa : essai d'une sociologie de santé publique en République démocratique du Congo32.

Au Congo, la plupart des études sur le paludisme pendant l'époque coloniale ont été l'oeuvre des médecins et des missionnaires et apparaissent dès la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Parmi eux, nous retiendrons les noms de Van Campenhout et Dryepondt (1901)33 : cette étude est une des premières recherches scientifiques sur le paludisme au Congo belge. Les auteurs analysent aussi bien la propagation du paludisme que le traitement et la prophylaxie. Un grand nombre d'observations de cas de fièvres paludéennes ainsi que de fièvre bileuse hémoglobinurique sont présentés ; A. Duren (1937) : se basant sur diverses études, l'auteur traite de l'importance du paludisme dans la pathologie générale chez les Européens et chez les Congolais. Il tente d'établir un indice malarien pour l'ensemble du Congo. Pour la prophylaxie du paludisme, il distingue les grands travaux, les divers moyens palliatifs, la protection mécanique (la pulvérisation de produits insecticides, la plantation d'arbres { quinquina, la quininisation. L'étude aborde la thérapeutique, la législation ainsi que l'éducation du

27 FORD, J., The role of trypanosomes in African ecology, Oxford, Oxford University Press, 1981, 568p.

28 LYONS, M., << The colonial Disease. A social history of sleeping sickness in northern Zaïre », in MACLEOD, R., MILTON, L., Op. cit.

29 PACKARD, RANDALL, M., << Malaria blocks development revisited: The role of disease in the history of agricultural development in the Eastern an Transvaal Lowveld, 1890-1960 » in Journal of African historic, 34(2001)2, pp. 271-292.

30 GREGOR, Mc, Jo Anne et RANGER, T., << Displacement and disease: Epidemics and ideas about malaria in Matabeleland, Zimbabwe, 1945-1960 », Past and Present,(2000) 167, pp. 203-237.

31 NDOYE, T., POURTRAIN, V., << L'évolution des savoirs et pratiques médicales : l'exemple de la lutte contre le paludisme au Sénégal » in VIDAL, L. (éd), L'expérience des professions médicales face au paludisme, à la tuberculose et à la prévention en milieu urbain, Autrepart, n° 29, 2004, pp. 81-98.

32 MBALANDA, L.W., Urbanisation et malaria à Kinshasa : essai d'une sociologie en santé publique en République Démocratique du Congo, mémoire de DEA en sociologie, Faculté des Sciences sociales, politique et administratives, Université de Kinshasa, année académique 2007-2008, 216p.

33 VAN CAMPENHOUT, DRYEPONDT, Rapport sur les travaux du laboratoire médical de Léopoldville en 1899-1900.

corps médical et du public. Par ailleurs, dans une autre étude de 1951, l'auteur rassemble les données fournies par plusieurs chercheurs qui ont tenté de déterminer l'importance du paludisme comme cause de la mortalité au Congo belge34 ; J. Schwetzs(1938) pour sa part, effectue des recherches sur le paludisme du Bas-Congo et du Kwango comme il présente, en collaboration avec H.Baumann (1941), les résultats de recherches sur le paludisme dans les villages et les camps de la division de Mongwalu des Mines de Kilo (Congo belge) 35. Clôturons cette brève présentation par J.Rodhain (1933) 36 et (1951) qui reste une grande autorité en la matière : non seulement il fait une note clinique sur la malaria des Européens rentrant du Congo belge, mais également il présente le rapport des travaux des commissions chargées d'étudier l'organisation de la lutte contre le paludisme au Congo belge37.

Il faut reconnaître ici le rôle joué par l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers qui s'est investi dans les recherches sur les endémies et les épidémies de 1906 à nos jours. Il est devenu le lieu d'accumulation des connaissances historiques et de formation sur les maladies tropicales. Il en a résulté de nombreux travaux de grande valeur scientifique38. Les mémoires présentés au sein de cette institution sur les grandes endémies et épidémies depuis 1909 demeurent des références utiles aux recherches sur les maladies. Et nombre de ces études ont été publiées par l'IRCB, l'ARSC et l'ARSOM.

34 DUREN, A., << Un essai d'étude d'ensemble du paludisme au Congo belge », in Institut Royal Colonial belge(IRCB), v(1937), 86p ; << Essai d'étude sur l'importance du paludisme dans la mortalité au Congo belge », in IRCB, xxii(1951)1, pp. 704-718.

35 SCHWETZ, J., << Recherche sur le paludisme endémique du Bas-Congo et du Kwango », in IRCB, vii(1938)1, p. 164.

36 RODHAIN, J., << Notes cliniques sur la malaria chez les Européens rentrant du Congo belge », in Ann. Soc. Belg. Méd. Trop, (1933)13, pp. 421-427.

37 RODHAIN, J., << Compte-rendu des travaux des commissions chargées d'étudier l'organisation de la lutte contre le paludisme au Congo belge », in IRCB, (1951)22, pp.701-750.

38 Citons notamment : LEJEUNE, P.L.(1958), Contribution { l'étude du paludisme endémique des villages riverains du Kwango ; SCHLESSER, E.(1947), La lutte antimoustique à Matadi de 1939 à 1945; VINCKE,I.H.(1937), Note sur la lutte antipaludique à Léopoldville ; ZANETTI, V.(1931), Note préliminaire sur la lutte antimalaria et antimoustique à Léopoldville ; LICHERI, A.(1927), Considérations sur la malaria au Congo ; VALCKE,G.J.O.H.(1922), Prophylaxie antipaludique ; BARTHÉLÉMI,V.(1921), Action de l'électrargot dans le paludisme.

Il convient de mentionner que jusqu'en 1909, il n'existait pas de structure administrative pour les problèmes de santé bien que la première organisation du service sanitaire de l'Etat ait été régi par le Décret Royal du 5 Août 1888, dont la couverture médicale se limite aux centres les plus importants, au fur et à mesure des progrès de l'occupation et de l'accroissement des ressources financières de l'Etat39. Et les commissions d'hygiène instituées { partir de 1889 dans les chefs- lieux de district ne fonctionnaient que de manière très limitée, et ne couvraient pas l'ensemble de l'Etat Indépendant du Congo. Signalons que nous n'avons pas pu consulter le Fonds << Gouvernement Général » aux Archives Africaines et aux Archives Générales du Royaume en Belgique, dans lequel se trouve de nombreuses sources inédites relatives notamment au service de l'hygiène (1889-1946), à la prophylaxie de la malaria (1906- 1940), aux commissions permanentes de la malaria et du quinquina (1931-1945)40 à cause de leur éloignement en Belgique.

Notre recherche repose essentiellement sur deux sources éditées :il s'agit d'une part des Rapports sur l'Administration de la colonie du Congo Belge pendant les années 1909-1958 présentés aux Chambres Législatives, et d'autre part les Rapports sur l'Hygiène Publique au Congo Belge pendant les années 1925-1958 produits par la Direction Médicale du Gouvernement Général.

En effet, les Rapports aux Chambres, élaborés, chaque année, sous la direction du Gouverneur Général sur la base des rapports des provinces et présentés au nom du Roi des Belges par le Ministre des Colonies au Parlement Belge, fournissent des analyses et des indicateurs officiels de l'ensemble des activités de l'administration coloniale. On y trouve un chapitre consacré soit au Service Médical et { l'Hygiène, soit au Service de l'Hygiène qui décrit, par province, et par district, la situation sanitaire de la population

39 VELLUT, J.L, << La médecine européenne dans l'Etat Indépendant du Congo (1885-1908) », in JANSSENS, P.G., KIVITS, M., VUYLSTEKE, J., Médecine et hygiène en Afrique centrale de 1885 à nos jours, Vol. I, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1992, p.65.

40Ces informations sont tirées des Inventaires des Archives Africaines nous communiquées aimablement par Monsieur Claude Dandoy.

blanche et de la population noire dans les principaux centres urbains, industriels et dans les milieux ruraux.

Il faut attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour que l'Hygiène et la Santé Publique soient réduites au niveau d'une section du troisième chapitre consacré { l'Action Sociale.

D'une manière générale, les statistiques des différentes endémies et épidémies que présentent les Rapports aux Chambres nous renseignent, notamment sur les causes principales qui ont régi la morbidité et la mortalité enregistrées dans la colonie. En outre, ce rapport recense les missions d'études, les instituts de recherches et de formations médicales ainsi que les instructions officielles du Service Médical. Une référence sur le personnel, le matériel, les hôpitaux, les laboratoires y est également consacrés.

Toutefois, il nous faut signaler que l'utilisation des données des Rapports aux Chambres dans une étude historique doit tenir compte de la couverture médicale (effectifs du personnel), du budget et des contextes politiques et économiques de chaque année, car leur richesse et signification en dépendent. Pour mesurer le progrès réalisé dans le contrôle et la lutte contre les fléaux dévastateurs de la population, ces rapports procèdent parfois à la correction des statistiques des années antérieures, ce qui permet de les apprécier.

Si les Rapports aux Chambres fournissent des synthèses de la situation globale qui prévalait, chaque année, dans la colonie, les Rapports annuels sur l'Hygiène Publique sont une mine de données d'une part sur les maladies et leurs conséquences, et d'autre part sur toutes les activités publiques et privées touchant au secteur médical et à l'Hygiène Publique. Ils ont été produits en effet dans le cadre de la nouvelle organisation du Service Médical décidée en 1922 accordant une grande autonomie au service médical et créant des services provinciaux41. Nous avons pu accéder à tous les rapports annuels de 1925 à 1958 qui sont conservés à la Bibliothèque Africaine du Ministère des Affaires Etrangères et à la Coopération au Développement sous la forme

41 Rapport sur l'Hygiène Publique, 1925, p. 1.

des photocopies, grâce au concours des Professeurs Sabakinu Kivilu et Munayeno Muvova à qui nous présentons nos sincères remerciements.

Ces Rapports, imprimés, produits par la Direction Médicale du Gouvernement Général, ont connu les intitulés suivants : Rapport annuel sur l'Hygiène Publique au Congo Belge de 1923 à 1947, et de Rapport annuel de la Direction générale des Services Médicaux du Congo Belge de 1948 à 1960. Par leur consultation, nous sommes ainsi informée de la politique sanitaire mise en place par l'administration coloniale, de la morbidité et de la mortalité au sein de la population blanche et congolaise, la localisation des épidémies et endémies dans les différentes provinces, districts, stations, centres industriels et urbains, prisons, la Force Publique, dans les milieux ruraux, sur les institutions soignantes, les écoles de formation, les laboratoires de recherches médicales, le personnel, le budget. Ils sont publiés sous la responsabilité des Médecins en Chefs42.

Comme on peut le constater, ces deux Rapports constituent des sources importantes pour étudier l'histoire du paludisme au Congo Belge.

Il nous faut par ailleurs mentionner les Rapports annuels du Fonds Reine Elisabeth pour l'Assistance Médicale aux Indigènes du Congo Belge(FOREAMI), créé par l'Arrêté royal du 8 octobre 1930. Cet organisme avait comme but général « d'entreprendre une mission curative et prophylactique intensive, afin d'y combattre les endémies et épidémies et à y promouvoir les oeuvres sociales en vue du développement de la race, tant qualitatif que quantitatif»43. Les actions du FOREAMI portaient sur les milieux ruraux, et étaient complémentaires à celles du gouvernement. Cet organisme avait une personnalité civile. Nous avons consulté les rapports annuels des années 1933 - 1957 conservés aux Archives Nationales du Congo : ils contiennent des données sur toutes les maladies épidémiques et endémiques sévissant dans les districts du Bas-Congo et du Kwango. Il nous faut signaler que la référence à ces données doit tenir compte des trames administratives auxquelles elles correspondent qui ne s'identifient pas aux subdivisions administratives.

42 Dr L. Trolli de 1925 à 1930, Dr L. Mouchet en 1931, Dr L. Van Hoof, de 1932 à 1944.

43 FOREAMI, Rapport annuel, 1938, p.9.

Une autre source à signaler concerne la correspondance du Gouverneur Général Pierre Ryckmans à son épouse, publiée par Jacques Vanderlinden, sous le titre : << Main- d'oeuvre, Eglise, Capital et Administration dans le Congo des années 30 ». En outre, nous avons exploité le travail de Léon Guebels, sur << Relation complète des Travaux de la Commission Permanente pour la Protection des Indigènes au Congo Belge, 1911-1951. » Cette source contient les rapports des sessions de la Commission tenues de 1911 à 1951. Son intérêt réside sur le fait que cette institution faisait des recommandations que le Gouvernement général de la colonie traduisait sous la forme d'instructions relatives notamment aux maladies et hygiène publique. Ce qui semble intéressant dans cette Relation, ce sont les débats suscités par des questions des maladies endémiques et épidémiques auxquels participent les représentants de différents groupes d'intérêts impliqués dans la protection des populations. Les Bulletins Officiels et Administratifs de l'Etat Indépendant du Congo et du Congo Belge contiennent différents rapports au Roi et instructions et décisions administratives diverses traitant de différents aspects de l'organisation médicale.

Pour clôturer cette revue de la littérature et la présentation des sources, nous voulons évoquer deux travaux relativement récents qui traitent du paludisme. Il s'agit tout d'abord de l'étude menée dans le cadre d'une thèse de doctorat en histoire par Nkuku Khonde44. Cette étude met en évidence la dimension épidémiologique et l'évolution des conséquences socio- démographiques du paludisme dans la colonie. Cette étude situe non seulement << la gravité du sévissement de l'affection, mais aussi et surtout les conséquences que le paludisme entraîne dans la société. » Tour à tour, Nkuku Khonde circonscrit les foyers du paludisme et examine les caractéristiques de leur environnement comme il étudie les groupes d'âge de la population les plus affectés par cette maladie. Cette recherche dégage aussi les stratégies élaborées par l'autorité coloniale pour combattre ce fléau. Une deuxième étude historique est celle de P.D. Curtin << Desease and Empire : The Health of European Troops in the Conquest of Africa », Cambridge, 1988. Cette étude évoque les désastres humains crées par l'endémie de malaria sur les armées coloniales. Cette étude prolonge celle publiée par l'auteur en 1989

sur la même thématique mais dans une perspective comparative (Afrique, Asie, Amérique)45. Nous avons également l'étude de M. Wery et P.G. Janssens sur le « Paludisme. Aperçu historique » publiée par la Fondation Roi Baudouin, dans Médecine et Hygiène en Afrique Centrale de 1885 à nos jours, sous la direction de P.G. Janssens, M. Kivits et J. Vuylsteke(1992). Une autre publication dans la même perspective, concerne l'histoire illustrée de Malaria réalisée par C.M. Poser et G.W. Bruyn46. Il nous faut enfin mentionner la récente étude de l'historien Jonathan Roberts qui met en évidence le rôle de la moustiquaire dans la lutte contre la malaria47. Il constate l'existence de différentes perceptions entre le discours officiel et les sources orales, il établi également la relation entre la race, l'environnement et la maladie.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour