WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion des infrastructures logistiques du transport marchand au Brésil : comment l'optimiser pour en faire un levier de compétitivité des activités import-export brésiliennes ?

( Télécharger le fichier original )
par Helenildo Bonhuil
INSEEC - Master Achats Internationaux et Logistique  2012
  

précédent sommaire suivant

2.5 - Cartographie des blocages politiques et constitutionnels et leur impact sur les infrastructures du transport de marchandises au Brésil

Le Brésil a encore besoin de passer par diverses révolutions sociales et culturelles. Néanmoins la plus urgente est relative au besoin du changement d'attitude vis-à-vis de l'Etat. Les entreprises brésiliennes doivent apprendre à être moins dépendantes du gouvernement. Les hommes politiques ne peuvent plus prendre en charge toutes les demandes des entreprises et ces dernières devraient donc se tourner vers les marchés de capitaux. Conscients de ces nouveaux impératifs, les hommes politiques doivent mettre en place les instruments juridiques permettant aux entreprises de se financer auprès des marchés de capitaux à un taux beaucoup plus raisonnable

2.5.1 - Le poids de la dépense publique brésilienne dans la constitution du PIB 

Les pays jouissant des taux de croissance les plus élevés sont justement ceux où l'état participe le moins dans la constitution du PIB. Au Chili, le total des dépenses publiques dans la constitution du PIB se situe aux alentours de 20 % alors que celui-ci est de 34%'au Brésil. Le poids de l'état brésilien est encore trop grand. Pour réduire les taxes et les impôts, il faut que l'état parvienne à réduire ses dépenses. La réduction de la machine d'état est une condition sine qua non à tout changement durable.

La décision relative à la réduction du poids de l'état brésilien n'est pas une tâche facile car sa présence est encore nécessaire pour doter le pays des infrastructures basiques dont a besoin l'initiative publique pour se développer.

2.5.2 - La Banque Centrale Brésilienne et son rôle dans le financement du PAC

La BACEN « Banque Centrale du Brésil » a atteint un tel niveau d'évolution et d'autonomie que de nombreux d'économistes estiment que sa tutelle par le conseil monétaire national est devenue une aberration. Néanmoins bien que moins dépendante que par le passé la BACEN n'est pas encore complètement indépendant de la pression politique et cette instrumentalisation politique empêche la BACEN de mettre en place une vraie politique de modernisation du marché financier au Brésil.

En 2008, lors de la crise de liquidité qui a frappé l'économie mondiale, la BACEN a fait un pas très important en refusant d'injecter de la liquidité dans un marché en déroute. Pour la première fois de son histoire, la BACEN a défié ouvertement les hommes politiques brésiliens. La BACEN estimait qu'au vu de l'article 192 de la constitution brésilienne de 1998, elle n'avait plus le devoir de transférer vers le Trésor National les 107 milliards d'euros réclamés par les hommes politiques. La BACEN a aussi fait valoir que la remise en cause de son autorité risquerait d'affecter sa crédibilité et par ricochet celle du Brésil. En effet, les dirigeants de la BACEN ont très clairement expliqué à l'ensemble de la société brésilienne que leur politique était complémentaire à celle du PAC1, la BACEN oeuvrant pour réduire le risque pays du Brésil, lui permettant ainsi d'abaisser le taux d'emprunt sur les marchés financiers internationaux, en empruntant à moindre prix le Brésil et ses entreprises pourraient enfin se doter des infrastructures et équipements dont ils avaient besoin.

Taux directeur de la BACEN (De 1994 à 2010)

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.