WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion des infrastructures logistiques du transport marchand au Brésil : comment l'optimiser pour en faire un levier de compétitivité des activités import-export brésiliennes ?

( Télécharger le fichier original )
par Helenildo Bonhuil
INSEEC - Master Achats Internationaux et Logistique  2012
  

précédent sommaire suivant

2.2.4 - Etude de cas : Le port de Santos avant la mise en place du PAC1

2.2.4.1 - Le port de Santos et ses problèmes d'accessibilité terrestre et de stockage

La photographie ci-dessous correspond à la route d'accès au port de Santos, elle a été prise un dimanche, à 7h00 du matin, donc journée sans grand trafic urbain. En observant la voie de droite nous pouvons constater des camions qui attendent pour entrer dans le port, cette voie est encombrée par des camions 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 laissant ainsi une seule voie pour la circulation urbaine. Cette photographie illustre aussi l'autre grand défi auquel le port de Santos est confronté, c'est-à-dire son incapacité à faire évoluer la taille de son retro port car les terrains adjacents sont très urbanisés.

2.2.4.2 - Le port de Santos et son problème d'accessibilité maritime

La photographie ci-dessus correspond à la voie maritime d'accès au port de Santos.

Baie de Santos

Sur cette photographie nous pouvons noter que le port fut construit sur deux canaux, les navires arrivent par le canal da Barra (flèche rouge) et sortent par le canal Alamoa (flèche orange), le courant marin suivant lui aussi cette même trajectoire. Notons aussi que le canal se rétrécit à la hauteur de la Torre Grand (flèche bleu), ce qui a pour effet d'accélérer le courant marin, à cause de cette accélération abrupte, le courant charrie sable et détritus de la baie de Santos vers l'intérieur des canaux , le sable et les détritus marins y stationnent réduisant ainsi significativement la profondeur des canaux à l'entrée sa profondeur est de 14,55 mètres alors qu'elle n'est que de 12,33 mètres à sa sortie).

2.2.4.3 - La République Fédérative du Brésil contre les 27 provinces : La loi 101 dite loi de responsabilité civile

Par tradition, la République Fédérative du Brésil a toujours octroyé à ses provinces la liberté de mettre en place des lois et des politiques économiques locales. Le Sénat brésilien part du principe que les gouverneurs des provinces sont des spécialistes régionaux et de ce fait ont la connaissance nécessaire pour implémenter les politiques spécifiques à chaque province. S'il est incontestable que le partage de tâches est essentiel pour l'administration de ce pays continent, il est néanmoins aussi capital de coordonner et de contrôler les politiques mises en place afin de s'assurer de leur cohérence vis-à-vis de la politique mise en place par le pouvoir central. De par son histoire, le Brésil n'a jamais eu un pouvoir central assez fort. Aussi, il était fréquent de voir les gouverneurs des provinces défier le pouvoir central. En 2000, fort de l'appui du Sénat, le président Fernando Henrique Cardoso reprend le contrôle du pouvoir politique du pays en faisant voter la loi 10132(*), dite loi de responsabilité civile, administrative et pénale. D'après cette loi, tout gouverneur et haut fonctionnaire doit rendre compte à Brasilia, capitale du pays. Brasilia, qui a pu ainsi asseoir son pouvoir. C'est grâce à cette prise de pouvoir que le président a pu mettre fin aux batailles juridiques que les provinces livraient contre sa politique d'unification physique et fiscale du pays.

* 32 Auteur: Sénateur brésiliens « Lei numéro 101 du 30 may 2000»PLANALTO.GOV.BR

http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/LCP/Lcp101.htm consulté 05/12/2011

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.