WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse comparée de la méthode ABC et celle des coà»ts complets dite des sections homogènes pour la détermination et la gestion des coà»ts dans une entreprise industrielle. Cas de la SODECO (Société de Déparchage et de Conditionnement )

( Télécharger le fichier original )
par Yvette BWIZIGIRO Gilbert NTAHOKAJA
Université du Burundi - Licence en économie 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE III : APPLICATION DE LA METHODE ABC A LA SODECO

Introduction

Concurrence de plus en plus vive, mondialisation, rapidité de communication accrue, fusions et acquisitions en chaîne, augmentation du nombre de lois et de réglementations... C'est dans ce contexte économique en perpétuelle évolution qu'évoluent les sociétés. Ces dernières, qu'elles soient multinationales ou P.M.E., publiques ou privées, sont ainsi confrontées à de fortes pressions économiques. Elles se voient réduire leur budget, augmenter les coûts directs et indirects. Tout cela oblige les entreprises à repenser leur système de modélisation, leur système de comptabilité.

De manière générale, les systèmes de contrôle interviennent trop tard et s'intéressent principalement aux coûts de production. De plus, il est habituel de regarder plus particulièrement la nature des coûts et non leur origine.

Or c'est la compréhension de l'origine des coûts qui est importante pour déceler les possibilités de réduction pour les entreprises. La méthode ABC Activity Based Costing est une technique de calcul des coûts qui propose de tenir compte de l'origine des dépenses et de repenser la représentation des sociétés à partir de ce principe.

D'après SAADA Toufik14(*), la méthode tend à remettre en cause la méthode traditionnelle des sections homogènes qui a perdu sa pertinence dans un contexte d'évolution du marché des techniques de production.

Ainsi John et Kaplan15(*), lorsqu'ils démontrent l'existence de relation entre l'évolution économique, les pratiques managériales et les systèmes de calcul et de contrôle des coûts, depuis le début de l'ère industrielle, ils concluent à un décalage des systèmes de coûts actuels par rapport aux besoins de l'industrie.

Encore SAADA Toufik souligne que la pratique actuelle des coûts complets par la méthode des sections a parfois pu induire un certain nombre d'effets pervers dont les praticiens et les chercheurs se sont inquiétés16(*).

Pour essayer de rompre avec ces erreurs, la méthode ABC peut être envisagée dans la mesure où elle met le concept d'activité au centre de la problématique des coûts. Elle cherche à garder la trace de la relation entre les coûts et les causes qui les déclenchent. C'est la trace de cette relation qui permet d'identifier les moyens d'optimiser les coûts. Or ces moyens ne se trouvent pas dans l'existence de tel produit ni dans son volume mais dans l'enchaînement des actions qu'il oblige à faire.

Ces actions sont donc le coeur du fonctionnement de l'entreprise ; ce sont elles qui consomment les coûts et les produits consomment les activités.

III.1. Principe de la méthode ABC

La méthode ABC est une méthode permettant d'analyser au travers des coûts consommés par les activités, la performance des processus transversaux et la contribution de chaque activité par objet de coûts.

On entend par objet de coût ce que l'on veut analyser : les clients, les produits, les services, les gammes, les unités de travail (business unit), les marchés....

Pour cela on a donc une double approche :

1) Approche analytique qui consiste à voir comment les ressources (humaines, financières, matérielles, intellectuelles) sont consommées par les activités (actions réalisées par plusieurs services d'une entreprise et faisant partie intégrante d'un processus). Dans un deuxième temps, on regarde quelles sont les activités qui sont consommées par chaque produit, client et service ; on obtient ainsi un prix de revient détaillé par activité.

2) L'approche fonctionnelle qui consiste à décomposer le métier en processus et ce processus en activités.

Le principe est d'analyser la performance du processus et de chaque activité, de constater les manquements ou les failles et de parfaire la fluidité des processus dans le but d'amélioration globale du fonctionnement de l'entreprise.

La méthode ABC consiste d'abord en une identification des activités de l'entreprise sous étude. La notion d'activité correspond à l'ensemble des tâches ou un regroupement des tâches homogènes imputables à une personne ou à un ensemble de personnes, à une machine ou à un ensemble de machines caractéristiques d'un processus de réalisation de la tâche de valeur et consommateur des ressources.

L'activité doit être mesurable et identifiable en termes de résultat. Exemple : l'ensemble des activités chaînées entre elles débouche sur la valeur des produits d'entreprise (on parle de chaîne de valeur).

Ex. Etude de marché, réception des marchandises, magasinage, ordonnancement, etc.

La méthode ABC distingue d'une part des activités primaires ou principales. Elles n'ont pas donc nécessairement une relation directe avec les produits mais si les produits déclenchent les activités qui à leur tour, appellent celles-ci, on pourra les relier aux produits en évitant les sous répartition de la méthode des sections homogènes.

D'autre part, on identifie des activités que l'entité considérée exerce conjointement à sa ou ses activités secondaires. Elles n'ont pas de relation avec les produits.

Pour chacune des activités élémentaires, on doit rechercher le facteur de causalité à l'origine de l'évolution de la consommation des ressources. Celui-ci est appelé inducteur des coûts (cost driver).

L'inducteur de coûts constitue une sorte d'unité d'oeuvre. Alors que l'inducteur repose sur la relation causale qui lie une activité à son coût, l'unité d'oeuvre privilégie une logique d'imputation des charges sur les produits.

Cet inducteur doit remplir la propriété de rendre visible la consommation des ressources par les activités.

La méthode ABC distingue ensuite les ressources directes et celles indirectes. Les ressources directes (par rapport aux produits) correspondent à tout élément qui peut être clairement identifiable au produit en fonction d'une relation de cause à effet.

Quant aux coûts des ressources indirectes (par rapport aux produits) mais directes par rapport aux activités, ils sont regroupés par nature et sont comptabilisés de la même manière que le sont les frais indirects de fabrication dans le cadre des méthodes de calcul de coût de revient traditionnel.

Enfin, on procède à l'affectation des charges indirectes aux produits et à l'attachement des coûts des ressources indirectes aux activités par l'intermédiaire d'inducteurs appropriés.

Lorsqu'une activité est commune à plusieurs unités organisationnelles de l'entreprise, la dépense sera saisie pour l'activité au sein de chaque unité. Il reste à imputer les coûts des activités au produit et ceux-ci ne sont imputés de tels frais que dans la mesure où ils font appel à ces activités.

* 14 SAADA Toufik, Comptabilité analytique et contrôle de gestion, Paris, PUF, 1993.

* 15 Johnson et Kaplan, Relevance lost, The rise and fall of management acconting,Harvard Business School Press ,Boston,1987.

* 16 T. SAADA, opcit

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !