WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Assia Djebar ou l'ancrage dans l'entre-deux: l'ici et tout l'ailleurs ou l'impossible retour dans "la disparition de la langue française " (2003 )

( Télécharger le fichier original )
par Arézki Bellalem
Université A Mira de Béjaia Algérie - Magister 0000
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Assia Djebar ou l'ancrage dans l'entre-deux : l'ici et tout l'ailleurs ou
l'impossible retour, dans La Disparition de la langue française (2003).

BELLALEM AREZKI Université de Bejaia

Quelle patrie ai-je moi ? Ma terre, à moi, où est-elle ? Où est la terre où je pourrais me coucher ? En Algérie, je suis étrangère et je rêve de la France ; en France, je suis encore plus étrangère et je rêve d'Alger. Est-ce que la patrie, c'est l'endroit où l'on n'est pas ?1. Bernard Marie Koltès, Le Retour au désert.

D'emblé nous précisons au début de cet article qu'il s'agira d'une impression de lecture de l'avant dernier roman en date d'Assia Djebar (La Disparition de la langue française2), dans lequel nous poserons l'oeil sur quelques considérations évoquées dans l'intitulé, à savoir : l'ancrage dans l'écriture (l'entre-deux), le titre du roman (quelle disparition?), l'exil et la nostalgie, et l'impossible retour (du je à l'autre).

S'intéresser à Assia Djebar, c'est partir à la découverte d'une femme écrivain méditerranéenne hors du commun, non seulement pour l'ampleur de son oeuvre aux multiples facettes mais aussi pour sa renommée internationale par de nombreuses récompenses et prix. Encore, parler de Djebar comme romancière serait réducteur, car elle l'est certes, mais elle est aussi historienne, journaliste, poétesse, essayiste, sans oublier ses réalisations théâtrales et cinématographiques, ce qui fait la richesse de son oeuvre. Par ailleurs, cette richesse réside aussi dans les thèmes obsessionnels qu'elle aborde. D'abord, la guerre d'Algérie, mais aussi l'Algérie tout court : son pays d'origine, son passé, son présent et son avenir. Son passé douloureux, présent frustrant et son avenir incertain et inquiétant, ensuite sa francophonie ou son expérience vécue de la langue française comme l'écrit Annie Gruber : «seul legs de la colonisation dont elle s'empare avec fierté pour lui donner une place essentielle dans son travail d'écrivain, écrivain en langue française, en marge de l'arabe et de la langue de souche, [...], de la langue berbère»3, ses multiples discours sur l'altérité, sa double quête d'un espace pour la langue maternelle dans l'écriture, d'une part, et d'un espace pour sa « langue marâtre » dans sa langue maternelle, d'autre part, et enfin, l'expression d'un exil douloureux et d'un impossible retour, douleur que l'écriture seule peut apaiser comme l'écrit CLERC Jeanne-Marie : «L'écriture n'est plus déni de communication, fuite loin du pays natal : elle permet la découverte d'une communication plus profonde et plus essentielle qui transcende les frontières et la mort»4. Ces thèmes récurrents et omniprésents dans son oeuvre ne sont ni neutres ni anodins mais profondément et intimement liés à sa vie et à son expérience personnelle, et au-delà, font de Djebar une irréductible qui, inlassablement, comme l'écrit A. Gruber : «dit (non) ou mieux crie (non), un (non) de refus, d'opposition, de résistance, d'affrontement, de révolte aussi à tout ce qui l'indigne : l'opposition d'un Etat au pouvoir trop lourd, ou d'une tradition religieuse qu'elle perçoit pervertie par rapport à ses origines et qu'elle dénonce comme trahie et ( plombée)»5.

1- DJEBAR Assia, op.cit, p. 181.

2- DJEBAR Assia, La Disparition de la langue française. Paris, Albin Michel, 2003.

3- GRUBER Annie, « Assia Djebar, l'irréductible », in, Amoralité de la littérature, morales de l'écrivain, acte du colloque international organisé par le centre « Michel Baude - Littérature et spiritualité » de l'Université de Metz, les 26 et 27 mars 1998. Paris, 2000, p. 114.

4- CLERC Jeanne-Marie, Assia Djebar. Ecrire, transgresser, résister. Paris : L'Harmattan, 1997, p. 30.

5- Ibid, p. 114.

sommaire suivant