WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des dégàąts causés par l'exploitation forestières sur les tiges d'Avevir: cas de l'ufa 10 060 de la SCTB, est Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Lionel Constantin FOSSO
Université de Dschang, FASA - Ingénieur des Eaux, Forêts et Chasses/Master II Professionel 0000
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

2.2.3.3 Abattage

L'abattage fait partie des activités qui peuvent causer des impacts sévères au peuplement restant (FAO, 2003a). Les dégâts d'abattage dépendent directement du nombre de tiges prélevées à l'hectare et naturellement de la taille de l'arbre abattu. De ce fait, les dégâts peuvent être très variables au sein d'un même massif forestier. Les études réalisées dans ce domaine démontrent dans l'ensemble qu'il est difficile de limiter de façon significative l'impact de l'abattage sur le peuplement restant. L'abattage directionnel constitue une solution pour éviter ou limiter les dégâts sur les tiges d'avenir mais cette technique ne peut pas réduire les dommages dans leur ensemble (Sist, 2000).

Une étude réalisée en RCA par de Madron et al. (2000) dans une forêt primaire riche en Méliacées a donné les résultats regroupés dans le tableau 1. Ici, l'exploitant prélève de 0,4 à 3,3 arbres/ha. Le diamètre moyen des arbres étant de 118 cm.

Tableau 1 : Dégâts d'abattage et de débardage en fonction du nombre d'arbres abattus par hectare

Nombre de tiges abattues par hectare

0,24

0,44

0,6

0,76

0,88

1,2

1,2

1,3

1,4

1,68

1,76

1,84

2,32

3,28

Surface affectée par l'abattage et le débardage

3,71

3,79

7,21

4,35

6,11

9,4

9,05

7,9

9,17

12,4

14,6

10,95

15,68

19,9

Source : de Madron et al. (2000).

De ces travaux, il ressort que le pourcentage de surface atteinte par les dégâts d'abattage et de débardage est lié, selon un modèle à un paramètre (nombre de tiges abattues). Le modèle s'exprime ainsi :

S (%) = 100 (1 - 1/[1 + 0,186 N]0,465) avec S la surface affectée par les dégâts et N le nombre de tiges abattues par hectare.

Ainsi, plus le nombre de tiges exploitées est important, plus le pourcentage de surface au sol perturbée augmente. L'allure de la courbe montre que lorsque le nombre de tiges abattues par hectare devient important, les trouées ont tendance à se recouvrir et la surface d'une trouée ramenée à chaque arbre diminue avec l'intensité de l'exploitation.

Les études menées par Jardin (1995) révèlent que pour 187 arbres exploités ayant provoqués une place d'abattage distincte, 408 autres tiges sont endommagées, soit un ratio de 2,2 tiges par arbre abattu. L'étude a dénombré 176 sites d'abattage correspondant à 187 arbres exploités. La surface moyenne des sites d'abattage est de 523,9 m2 avec une surface globale de 9,2 ha.

2.2.3.4 Débardage

Le débardage constitue la première étape du transport des bois en grumes de la souche au parc à bois en forêt. Tchouto et al. (2008) ont réalisé une étude dans 20 parcelles de 50 m×50 m le long des pistes de débardage dans deux blocs d'exploitation de l'AAC 1-4 de l'UFA 00 004 de TRC avec un taux de sondage de 4,26 %. Il ressort de cette étude que pour un taux de prélèvement d'environ un arbre par hectare, les tiges endommagées représentent 1,1% et la surface perturbée par le débardage atteint 2,3% de la superficie exploitée. Sur 1,1% des tiges affectées, 35% représentent les tiges mortes, 15% les arbres avec un tronc cassé, 10% les arbres déracinés, 30% les arbres avec les branches cassées et 10% les arbres écorcés. Kwopi (2000) trouve pour un prélèvement de 0,52 arbres par hectare que le débardage est l'opération la plus dangereuse de l'exploitation représentant à elles seules 40,91% des dégâts en nombre de tiges et 4,1% de surface perturbée. Ce même constat a été fait par Mbolo (1994) qui a relevé 50,04% des dégâts en nombre de tiges.

précédent sommaire suivant