WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des dégàąts causés par l'exploitation forestières sur les tiges d'Avevir: cas de l'ufa 10 060 de la SCTB, est Cameroun


par Lionel Constantin FOSSO
Université de Dschang, FASA - Ingénieur des Eaux, Forêts et Chasses/Master II Professionel 0000
  

précédent sommaire suivant

4.2.5 Dégâts sur le peuplement résiduel dus au débardage

Le débardage est l'opération qui consiste à trainer une bille de bois de son lieu d'abattage jusqu'au parc de stockage. Les pistes de débardage sont tracées par le commis de débardage et toute l'équipe de débardage en collaboration avec l'équipe de prospection. Ces pistes sont tracées de sorte que l'engin qui y passe ne trouve pas d'obstacle à tirer le bois. Il a été observé que les pistes tracées par ces derniers ne sont pas toujours empruntées par les conducteurs d'engins, qui se frayent eux même leur chemin parfois non loin de celles du prospecteur. Par conséquent on observe des pistes très longues parfois en forme de V, de X et de Y. On compte dans les deux parcelles d'étude huit pistes de débardage. Elles ont une longueur de 2,120 km soit en moyenne 265 m par piste. La figure 8 nous montre quelques photographies des pistes de débardage dans les parcelles d'étude.

Piste principale Piste secondaire

Figure 7: Photo des pistes de débardage dans les parcelles d'étude

Le tableau 25 illustre les dégâts enregistrés sur les pistes de débardage dans les parcelles d'étude.

Tableau 25:Répartition des tiges dégradées par l'opération de débardage en fonction de leurs diamètres et par parcelle

Classe de diamètre

B1-218

Pourcentage (%)

B1-222

Pourcentage

(%)

Total général

Pourcentage

(%)

I

614

29,83

95

4,62

709

34,45

II

355

17,25

123

5,98

478

23,23

III

113

5,49

47

2,38

160

7,77

IV

149

7,24

128

6,22

277

13,46

V

107

5,20

34

1,65

141

6,85

VI

43

2,09

69

3,35

112

5,44

VII

66

3,21

49

2,38

115

5,58

VIII

23

1,12

2

0,10

25

1,21

IX

9

0,44

1

0,05

10

0,48

X

13

0,63

2

0,10

15

0,73

XI

2

0,10

2

0,10

4

0,19

XII

4

0,19

1

0,05

5

0,24

XIII

0

0

1

0,05

1

0,05

XIV

2

0,10

2

0,1

4

0,24

XVI

2

0,10

0

0

2

0,1

Total général

1502

72,98

556

27,02

2058

100

Il ressort du tableau 25 que la parcelle B1-218 a subit le plus de dégâts (72,98%) que la parcelle B1-222 (27,02%). Ceci est dû à la forte densité des tiges d'avenir dans la parcelle B1-218 qui, semblerait-il, entre en exploitation pour la première fois contrairement à la parcelle B1-222 qui aurait déjà été exploitée plus d'une fois. Les tiges dégradées sont à 57,68% des tiges de moins de 30 cm de diamètre, ce qui confirme la fragilité des tiges de faible diamètre. Nous avons pu recenser 2058 tiges dégradées par l'opération de débardage, représentant 8,40% des dégâts totaux sur le peuplement initial. Nous pouvons conclure à partir de ces chiffres que le débardage est l'opération la plus destructrice des tiges d'avenir dans l'exploitation forestière. Les plus gros arbres sont moins atteints car seulement 1,55% des tiges dégradées appartiennent à la classe de diamètre supérieur à 100 cm. Les types de dégâts subis par le peuplement résiduel sont présentés dans le tableau 26.

Tableau 26: Répartition des tiges dégradées en fonction des types de dégâts et par classe de diamètre

Classe de diamètre

Cassé

Déraciné

Ebranché

Ecorcé

Ecrasé

Renversé

Total général

I

33

92

52

72

132

328

709

II

45

40

82

63

83

165

478

III

0

6

27

63

38

26

160

IV

7

28

7

0

147

88

277

IX

0

0

1

9

0

0

10

V

5

26

12

77

10

11

141

VI

1

55

5

37

5

9

112

VII

4

60

1

37

5

8

115

VIII

1

20

2

2

0

0

25

X

0

0

0

5

0

10

15

XI

0

0

0

3

0

1

4

XII

0

0

0

3

0

2

5

XIII

0

0

0

1

0

0

1

XIV

0

0

0

4

0

0

4

XVI

0

1

0

1

0

0

2

Total général

96

328

189

377

420

648

2058

Pourcentage (%)

4,66

15,94

9,18

18,32

20,41

31,49

100

Il ressort du tableau 26 que les tiges dégradées par l'opération de débardage ont été à 31,49% renversées par le passage des engins, à 20,41% écrasées par le passage des engins, à 18,32% écorcées, 15,95% déracinées, 9,18% ébranchées et seulement 4,66% cassées. Ces données semblent normales car le débardage se passe dans le sous bois sans besoin d'ouvrir la canopée. Ainsi l'engin qui se déplace écrase tout sur son passage et les tiges en bordure de la piste sont écorcées. Les tiges écorcées, ébranchées et cassées sont abimées (soit 32,16%) et peuvent se reconstituer par la dynamique forestière naturelle, tandis que les tiges déracinées, écrasées et renversée sont perdues (soit 67,84%). On peut ainsi relever que le débardage a endommagé 41,16 tiges/ha qui sont pour la plupart perdues (67,84%). Le tableau 27 présente les classes de diamètre endommagées par toutes les opérations d'exploitation forestières.

Tableau 27: Classes de diamètre endommagées à l'issue de toutes les opérations d'exploitation forestière

Classe de diamètre

Total

Pourcentage

Pourcentage cumulé

I

1821

38,62

38,62

II

1082

22,95

61,57

III

504

10,69

72,26

IV

539

11,43

83,69

V

242

5,13

88,82

VI

226

4,79

93,61

VII

199

4,22

97,83

VIII

38

0,80

98,63

IX

16

0,34

98,97

X

20

0,42

99,39

XI

6

0,13

99,52

XII

8

0,17

99,69

XIII

2

0,04

99,73

XIV

6

0,13

99,86

XV

1

0,02

99,88

XVI

2

0,04

99,92

XVII

3

0,06

99,98

Total général

4715

100

100

Il ressort du tableau 27 que 72,26% des tiges endommagées par toutes les opérations d'exploitation forestière ont moins de 40 cm de diamètre, et que seulement 1,03% de ces arbres endommagés ont un diamètre supérieur à 100 cm.

4.3 Estimation du taux des dégâts causés par toutes les opérations d'exploitation forestière

Le tableau 28 présente la répartition des dégâts orchestrés par toutes les opérations d'exploitation forestière sur les tiges d'avenir par type et classe de dégâts.

Tableau 28: Répartition des dégâts par opération d'exploitation, par type et classe de dégât

Classes et types de dégâts

Route principale

Route secondaire

Parc à bois

Abattage

Piste de débardage

Total général

Abi

484

36

57

432

662

1671

1

178

0

0

207

377

762

2

156

0

57

225

189

627

3

150

36

0

0

96

282

Per

399

83

325

841

1396

3044

4

310

0

321

527

328

1486

5

0

0

0

93

648

741

6

89

83

4

221

420

817

Total général

883

119

382

1273

2058

4715

(%) /peuplement résiduel (24421)

3,62

0,49

1,56

5,21

8,43

19,31

(%) / peuplement initial (24507)

3,60

0,49

1,56

5,19

8,40

19,24

N.B. : - abi : abimée pour les tiges ayant subit les dégâts de type I (1= écorcé, 2= ébranché, 3= cassé), - per : perdue pour les tiges ayant subit les dégâts de type II et III (4= déraciné, 5= renversé, 6= écrasé). (Voir annexe 5 pour la répartition par parcelle et par classe de diamètre).

Du tableau 28, il ressort que le débardage est l'opération la plus destructrice en exploitation forestière. Elle dégrade à elle seule 8,40% des tiges sur le peuplement initial. L'abattage est la deuxième opération qui cause le plus de dégâts sur le peuplement résiduel. Elle compte pour 5, 19% des dégâts totaux sur le peuplement initial. Les opérations d'ouverture des routes et des parcs sont moins destructrices que celles de l'abattage et du débardage.

Le taux des dégâts causés par l'exploitation total qui ressort de cette étude est de 19,24% sur le peuplement initial et de 19, 31% sur le peuplement résiduel. Il est largement supérieur au taux des dégâts d'exploitation fixé par la législation forestière (7%).

Comme présenté dans le tableau 28, le débardage et l'abattage sont responsables de plus de 70,65% des tiges endommagées. Pour ce qui est des dégâts d'exploitation sur le peuplement résiduel, le débardage vient en tête devant l'abattage et l'ouverture des routes. Le tableau 29 présente la répartition des dégâts relative aux opérations forestières.

Tableau 29: Taux et nombre d'arbres endommagés par type d'opération

Opérations

Nombre de tige

% par rapport au nombre de tiges endommagées

% par rapport au peuplement résiduel

% par rapport au peuplement initial

Route principale

883

18,73

3,62

3,60

Route secondaire

119

2,52

0,49

0,49

Parcs à bois

382

8,10

1,56

1,56

Abattage

1273

27,00

5,21

5,19

Pistes de débardage

2058

43,65

8,43

8,40

Total général dégâts

4715

100,00

19,31

19,24

Total peuplement résiduel

24421

-

-

-

Total peuplement initial

24507

-

-

-

Les dommages causés sur le peuplement résiduel sont sans distinction du type d'essence. Les tiges de petits diamètres subissent plus de dégâts que celles de gros diamètres. Ceci est dû aux précautions accordées par les conducteurs d'engins aux arbres de gros diamètres qui représentent pour eux des tiges à exploiter dans les prochaines années. La figure 8 représente la répartition des dommages par type d'essence.

Figure 8 : Répartition des dommages par type d'essence

La figure 8, montre que 54% des arbres endommagés sont des essences principales et/ou exploitées. La table des effectifs des tiges endommagées par classe de diamètre, par opération et par parcelle, récapitule tous les résultats présentés plus haut (voir annexe 5). Les surfaces ont été dénudées sur les parcelles d'étude suite aux opérations d'exploitation telles que l'ouverture des routes, des parcs et les pistes de débardage. Il a été possible de mesurer approximativement les surfaces dénudées, et les résultats sont contenus dans le tableau 30.

Tableau 30: Surfaces dénudées par les opérations d'exploitation

Opération

Longueur

Largeur moyenne

Surface (m²)

Route principale

572

8,5

4862

Route secondaire

270

6m

1620

Pistes de débardage

2800

4

11200

Parcs à bois sauvages

20

20

400m²*3=1200

Parcs à bois bord (2)

40

30

1200m²*2=2400

TOTAL

21282 m² = 2,1282 ha, soit 4,2564% de la surface totale

Il ressort du tableau 30 que la superficie dénudée est environ 2,1 ha, ce qui représente 4,26% des deux parcelles d'étude (50 ha). Cette valeur est non négligeable quand on considère la régénération difficile sur ces surfaces. C'est ce qui explique pourquoi dans la plupart des cas, les sociétés forestières font recourt à la pose des nattes anti érosives pour faciliter la régénération naturelle.

précédent sommaire suivant