WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La francophonie et la prévention des conflits post électoraux en Afrique:cas de la Côte -d'Ivoire

( Télécharger le fichier original )
par Stéphane Aloys MBONO
Université de Lyon 3 - Master  2011
  

précédent sommaire suivant

SECTION 2 : L'accompagnement des actions d'autres acteurs par la

Francophonie

Le scrutin présidentiel des 31octobre et du 28 novembre2010 a marqué un tournant dans la vie politique ivoirienne. Il devait permettre au pays de sortir enfin d'une décennie de crise. C'est ce qui explique le fait que bon nombre d'observateurs avaient focalisé leur attention sur cette consultation électorale. Les principaux acteurs politiques ivoiriens semblaient avoir entendu raison quant à la nécessité de s'affronter politiquement à travers les élections plutôt que militairement ou par la terreur. Etant entendu qu'ils ne se font pas mutuellement confiance quant à leur capacité à assurer eux même le processus électoral, ils vont faire appel aux étrangers par le truchement des Organisations internationales et organes d'observation pour, non seulement observer le processus, mais aussi le crédibiliser. Parmi ces Organisations, figure la Francophonie qui travaille en étroite collaboration avec les autres acteurs. Il sera alors question d'établir comment l'OIF accompagne les autres acteurs dans cette mission commune. Pour ce faire, il sera question de traiter de l'accompagnement des actions des Nations Unies (paragraphe1) d'une part, et de l'accompagnement des actions des autres acteurs d'autre part (paragraphe2).

Paragraphe 1 : L'accompagnement des actions de l'ONU par la Francophonie

Tout d'abord, il faut dire que l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire(ONUCI) a travaillé de concert avec toutes les organisations et observateurs présents sur le terrain .C'est dans ce cadre que la mission d'information et de contacts de la Francophonie a bénéficié de l'appui logistique de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI).Mais l'accompagnement de ces actions peut se vérifier à travers les rencontres avec les responsables de l'ONUCI(A) et l'explicitation du mandat de certification(B).

A- Les rencontres avec les responsables de l'ONUCI

L'ONUCI a mis en place une plate-forme de partenariat avec les observateurs Internationaux, facilitant à la fois les aspects logistiques et sécuritaires et les échanges entre les délégations. Son travail a assurément bénéficié à la mission de la Francophonie. La mission s'est également entretenue à différentes reprises avec le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies(RSSG), M. Young Jin Choi, et certains de ses collaborateurs. M. Choi a exposé l'appui logistique que l'ONUCI a apporté aux autorités ivoiriennes, et particulièrement à la Commission électorale indépendante, tout au long du processus électoral. Déjà intense pour le premier tour, cette assistance, notamment axée sur le transport du matériel électoral et des procès-verbaux de dépouillement, a été encore renforcée pour le second tour. Le RSSG a par ailleurs insisté sur les impératifs de transparence des opérations électorales, qui sont, pour lui, des garanties de leur crédibilité - un impératif d'autant plus important pour M. Choi qu'il est détenteur d'un mandat de certification du processus électoral. Lors des entretiens, celui-ci a explicité son mandat de certification du processus électoral ainsi que la méthode utilisée pour y arriver. Il a explicité sa méthode de certification, fondée pour cette étape des résultats, sur trois éléments : l'utilisation de 700 bureaux témoins pour les observations de tendance ; l'analyse des résultats de la CEI par région ; l'analyse de tous les procès-verbaux de dépouillement reçus par l'ONUCI. L'acceptation des résultats est, pour M. Choi, un élément clé du processus électoral.

Avant le premier tour, les participants avaient noté que les confusions planant sur les modalités de décompte des voix ainsi que les délais de publication des résultats pouvaient nuire à la transparence du processus électoral. A cet égard, Choi Young a indiqué que la transparence pouvait être confortée par un affichage des PV dans les bureaux de vote. Le RSSG a également insisté sur la médiation que la communauté internationale pourrait avoir à mener auprès des candidats déçus. Cette médiation aura plus de poids et d'efficacité, dit-il, si la Francophonie y est associée.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.