WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La francophonie et la prévention des conflits post électoraux en Afrique:cas de la Côte -d'Ivoire

( Télécharger le fichier original )
par Stéphane Aloys MBONO
Université de Lyon 3 - Master  2011
  

précédent sommaire suivant

SECTION2 : Les enjeux de l'élection présidentielle ivoirienne de 2010

Dans toute élection, il existe toujours un ou plusieurs enjeux. L'enjeu pouvant être entendu ici comme l'élément qui conditionne le succès ou la réussite d'un projet. Mieux, on peut dire que l'enjeu est ce qui structure la réussite d'un évènement. Dans notre cas, un certain nombre d'enjeux structurent le jeu électoral ivoirien. Ils peuvent être répartis en deux formes. On a l'enjeu de participation (paragraphe1), mais aussi l'enjeu de contrôle (paragraphe2).

Paragraphe1 : L'enjeu de participation

Pour mieux comprendre cet enjeu qui est celui de la participation, il convient de l'étudier sous deux prismes complémentaires. La participation de tous les leaders politiques(A), et la participation des électeurs(B).

A- La participation de tous les leaders politiques

En ce qui concerne la participation de tous les leaders politiques, il faut dire qu'elle constitue un enjeu dans la mesure où, certains ont été exclus d'une manière ou d'une autre, lors de la dernière consultation électorale, mais surtout que cette exclusion est une des causes de la situation qui prévaut jusqu'ici dans le pays. En effet, les deux principaux rivaux du Président ivoirien, à savoir Alassane Dramane Ouattara et Henri Konan Bédié avaient été mis hors course lors de l'élection présidentielle de 2000 pour des raisons diverses47(*). Pour cette consultation électorale, l'une des revendications des rebelles est bien la participation de tous les acteurs aux élections, et donc la révision du fameux concept d'ivoirité. Nombreux sont les partisans de ces deux personnalités qui revendiquent, parfois de façon violente, la prise en compte en terme de participation de ceux-ci. Leur participation est une condition de réussite de cette élection, à en témoigne le fait que tous les Accords conclus48(*) pour arriver à cette élection ont pris en compte cette nécessité49(*). Que tous ces leaders participent à l'élection constitue en plus une belle attraction car cela va permettre non seulement de pouvoir juger du poids politique véritable des uns et des autres, mais en plus cela donne une belle opportunité de jauger le niveau d'avancée de la démocratie dans ce pays. Au de là du poids supposé conféré par les propres propos de ces leaders, on a là une belle opportunité de vérifier leur poids réel conféré par les électeurs à travers les urnes. Les électeurs constituant eux même un enjeu indéniable.

B- La participation des électeurs

La participation massive des électeurs au vote a toujours constitué un enjeu très important pour toute élection. En effet, elle constitue à plus d'un titre un point très important pour la réussite ou non d'une élection. La participation massive des électeurs renseigne sur le niveau de participation politique des citoyens d'un pays. En clair, c'est un instrument de mesure de l'adhésion des individus à la situation politique de leur pays. C'est un élément permettant d'évaluer le niveau d'intégration des citoyens dans la société. C'est également un élément qui permet l'évaluation du niveau d'intéressement des populations à la gestion de leur cité, à la défense de leurs intérêts, au suivi de leurs affaires, à la conscience de leur rôle dans le façonnement de leur existence présente, mais aussi de leur devenir. La participation des électeurs étant un facteur démontrant le niveau de participation, c'est aussi et surtout un facteur très important dans le fondement de la légitimité. En effet, un dirigeant est d'autant plus légitime lorsqu'il tient son pouvoir à la suite de la désignation par un grand nombre d'électeurs ayant voté pour lui. Dans le cas ivoirien, il est clair le pouvoir du Président Gbagbo a été dans le temps contesté et querellé avec pour raison qu'il n'était pas suffisamment légitime. Ce reproche lui était adressé à cause non seulement du fait que tous les leaders n'avaient pas participé, mais en plus que le taux de participation des électeurs à cette élection était relativement faible. D'où la réalité suivant laquelle la participation massive des électeurs constitue un véritable enjeu pour cette élection. Surtout encore que les lois permettent dorénavant de faciliter la procédure et les pièces nécessaires pour se faire inscrire sur les listes électorales. La participation massive des électeurs peut aussi permettre de juger de la volonté des ivoiriens de sortir de cette décennie de crise afin de se tourner résolument vers les chemins de la tolérance, d'une paix durable faite de cohésion de tout le tissu social.

A coté de cet enjeu que constitue la participation, il faut y joindre l'enjeu de contrôle.

* 47 Alassane Dramane Ouattara avait vu sa nationalité contestée tandis qu'Henri Konan Bédié faisait l'objet d'une interdiction de territoire national et n'avait donc pu produire un certificat de santé dûment rempli par des autorités médicales ivoiriennes.

* 48 On se souvient bien des éléments avancés par les rebelles pour justifier la prise des armes, à savoir le rejet de l'ivoirité qui serait un moyen d'exclure les « nordistes », ceci faisant référence à Alassane Ouattara qui est ressortissant de cette zone du pays.

* 49 En effet, on peut constater que les deux principaux leaders politiques ivoiriens que sont Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara qui ont été mis hors course lors de la présidentielle de 2000 ont été associés lors des débats qui ont précédé la signature des Accords de Marcoussis, d'Accra, Pretoria notamment.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.