WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-2-6- Le modèle de Kothari et al (2005)9(*) :

Kothari et al (2005) ont proposé un modèle de calcul des accruals discrétionnaires ou ils ont introduit le facteur économique de performance. Ils ont démontré que le modèle de Jones (1991) et Jones modifié (1995) doivent être ajustés de la performance et que son effet sur les accruals discrétionnaire doit être contrôle pour obtenir une spécification plus précise du modèle.

D'après ces auteurs, le modèle Jones modifié (1995) et ajusté de la performance est le plus puissant au niveau de la détection des accruals discrétionnaires.

TACi,t /TAi,t-1= ás (1/TAi,t-1)+âs (IMMOi,t / TA i,t-1) + äs ((ÄCA i,t - ÄCAC i,t) / (TA i,t-1)) + a ROA i,t-1i,t

TACi,t = Accruals totaux de le firme i pendant l'année (t).

TAi,t-1 = Actif total de le firme i pendant l'année (t-1).

ÄCAi,t =Variation du chiffre d'affaire de le firme i pendant l'année (t) et (t-1).

Ä CAC i,t = Variation du chiffre d'affaire à crédit de la firme i pendant l'année (t).

= solde du compte client (t)-solde du compte client (t-1).

IMMOi,t = Immobilisation amortissables brutes de la firme i pendants l'année (t).

t : L'indice année inclut dans la période d'estimation de l'entreprise i de l'année t

á, â , ä et a sont estimés sur la base des données d'un échantillon d'entreprises

ROA i,t-1 : le rendement de l'actif de l'entreprise i de l'année t-1

åi,t :Le terme d'erreur de ce modèle représente la proportion des accruals discrétionnaires.

Ce modèle sert à détermination des accruals non discrétionnaires :

ANDi,t /TAi,t-1= ás (1/TAi,t-1)+âs (IMMOi,t / TA i,t-1) + äs ((ÄCA i,t - ÄCAC i,t) / (TA i,t-1)) + a ROA i,t-1

ANDi,t = les accruals non discrétionnaires de l'entreprise i de l'année t

Une fois les accruals non discrétionnaires sont calculés, les accruals non discrétionnaires constituent l'autre partie des accruals totaux, ils sont donc déterminés à l'aide d'une opération de soustraction. En d'une autre manière les accruals non discrétionnaires forment le résidu åi,t.

Conclusion :

La gestion de résultat est un courant de recherche qui a l'objet de plusieurs débats dans la littérature financière et comptable. En effet, ce courant est fondée sur plusieurs théorie qui ont été discutée dans le présent chapitre on cité principalement la théorie d'agence, du signal et de l'efficience de marché. Plusieurs motivations ont été proposées dans la littérature on cité motivations fondées sur la théorie politico-contractuelle, les motivations fondées sur la gestion des résultats par les seuils et le lissage du résultat. 

Dans le cadre de ce chapitre nous avons essayé de mettre en exergue le cadre théorique ou le fondement théorique de la gestion du résultat et nous avons également essayé de développer les motivations qui ont incité les chercheurs à faire des études dons ce domene tout en présentant les différentes modèles on cité : le modèle de Healy (1985), modèle de DeAngelo (1986), Les modèles de Jones (1991 ; 1994 ; 1995) et le modèle de Kothari et al (2005).

* 9 Cité par Hrichi, Y .(2013) 

précédent sommaire suivant