WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-2-4-Le modèle de Jones en coupe instantanée 1994 :

Defont et Jiambalvo (1994) ont estimé les paramètres du modèle de Jones (1991) sur les données en coupe instantanée. En désignant par (S) le secteur d'activité de la firme, le modèle s'écrit comme suit :

ANDi,t /TAi,t-1= ást (1/TAi,t-1)+âst (IMMOi,t / TA i,t-1) + äst ((ÄCA i,t) / (TA i,t-1))

Dans ce modelé, les paramètres sont estimés pur chaque firme en utilisant des données comptables relatives à la période d'événement pour un échantillon de firmes du même secteur d'activité. La modélisation du modèle de Jones (1994) en coupe instantanée permet d'augmenter le nombre d'observation par rapport aux séries temporelles et permet également de relâcher l'hypothèse de la stabilité des coefficients dans le temps et d'absence de manipulation comptables sur les autres exercices. Malgré sa supériorité par rapport à la version de séries temporelles, le modèle de Jones (1994) en coupe instantanée néglige les différences qui pourraient exister entre les firmes du même secteur d'activité, ce qui constitue une limite importante à ce modèle.

2-2-5- Le modèle de Jones modifier 19957(*) :

La version modifiée de Jones (1991) a été développée par Dechow et al (1995), en fait, selon ces auteurs, le chiffre d'affaires est manipulable mais c'est plus facile de gérer les résultats via le chiffre d'affaire à crédit que le chiffre d'affaire au comptant. Donc, Dechow et al (1995) ont modifié le modèle de Jones (1991) afin de tenir compte de la variation des comptes clients8(*). Ainsi, selon le modèle de Jones (1995), les accruals non discrétionnaires sont exprimés ainsi :

ANDi,t /TAi,t-1= á (1/TAi,t-1)+â (IMMOi,t / TA i,t-1) + ä ((ÄCA i,t - ÄCAC i,t) / (TA i,t-1))

Avec :

ANDi,t = les accruals non discrétionnaires de l'entreprise i de l'année t

TAi,t-1 = Actif total de le firme i pendant l'année (t-1).

ÄCAi,t =Variation du chiffre d'affaire de le firme i pendant l'année (t) et (t-1).

Ä CAC i,t = Variation du chiffre d'affaire à crédit de la firme i pendant l'année (t).

= solde du compte client (t)-solde du compte client (t-1).

IMMOi,t = Immobilisation amortissables brutes de la firme i pendants l'année (t).

t : L'indice année inclut dans la période d'estimation de l'entreprise i de l'année t

á, â et ä sont estimés sur la base des données d'un échantillon d'entreprises pour laquelle nous envisageons calculer les accruals non discrétionnaires a partir de la régression suivante :

TACi,t /TAi,t-1= ás (1/TAi,t-1)+âs (IMMOi,t / TA i,t-1) + äs ((ÄCA i,t - ÄCAC i,t) / (TA i,t-1)) +åi,t

Avec :

TACi,t = Accruals totaux de le firme i pendant l'année (t).

åi,t = une estimation des accruals discrétionnaires

ás, âs et äs sont les estimateurs d' á, â et ä de la régression.

Une fois la partie non discrétionnaire des accruals (AND) déterminée, nous calculons la partie discrétionnaire ainsi :

ADi,t /TAi,t-1= TACi,t /TAi,t-1- ANDi,t /TAi,t-1

ADit : les accruals discrétionnaire qui mesurent la gestion des résultats sont estimés par le modèle de Jones modifié (1995). De ce fait, on trouve divers auteurs tel que Klibi et Matoussi (2010), Safdar et al (2011), Naz et al (2011) et Kelly (2013).

Le modèle de Jones modifié (1995) n'est par exemple de critiques, en fait, Pea (2011) stipule que « le modèle des accruals discrétionnaires de Jones a fait l'objet de critiques pour son manque de puissance dans la séparation des accruals discrétionnaires des accruals totaux ».

Le modèle de Jones modifié (1995) ne prend pas en compte le facteur de la performance, qui est pour Kothari et al (2005), un des facteurs les plus importants pour la mesure de la gestion du résultat.

* 7 cité par Kelly, E. C,(2013) « Capital Structure, Earnings Management, and Sarbanes-Oxley: Evidence from Canadian and U.S. Firms», Journal of American Accounting Association , vol. 27, no. 2, pp. 301-318

* 8 Variation du chiffre d'affaire à crédit de la firme i pendant l'année (t) = solde du compte client (t)-solde du compte client (t-1).

précédent sommaire suivant