WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-2-1 Le modèle de Healy (1985)

Healy (1985) était le premier qui a analyse la gestion du résultat par le biais des accruals. Il a affirmé que les stratégies de publication des résultats sont effectuées en fonction du niveau du résultat avant la détermination des accruals discrétionnaires qui représentent les cash flow plus les accruals non discrétionnaires. Il considère que les accruals normaux (non discrétionnaires) sont les accruals de l'année précédente qui sont supposés être constant, alors que les accruals discrétionnaires correspondent aux variations des accruals d'une année à l'autre. Selon Healy (1985), les accruals non discrétionnaires (ACNDt) de l'entreprise (i) à l'année (t) sont nuls, Healy (1985) approxime dés lors, les accruals discrétionnaires (ACDt) de l'entreprise (i) pour l'année (t) par les accruals totaux (TACt) de l'entreprise (i) à l'année

(t).

(ACNDt) = 0 (ACDt) = (TACt)

Healy (1985) considère que la gestion du résultat comptable intervient chaque année de façon systématique.

La limite majeure adressée à ce modèle est qu'il ignore l'effet des facteurs économiques pouvant expliquer les variations des accruals notamment l'importance des immobilisations, des chiffres d'affaires. En fait, ce modèle suppose que le niveau des accruals non discrétionnaires est constant dans le temps. Par ailleurs, l'utilisation de la moyenne des accruals totaux comme proxy des accruals discrétionnaires a fait l'objet de critique de la part de plusieurs chercheurs.

2-2-2 Modèle de DeAngelo (1986)5(*)

Consciente de la limite de modèle de Healy (1985), DeAngelo (1986) a développé un autre modèle de détermination des accruals comptables dans lequel elle considère la période d'estimation (ou on suppose qu'il n'ya pas des accruals discrétionnaires) est l'année antérieure à l'année d'observation. Ce modèle représente alors un cas particulier du modèle de Healy (1985), alors toute variation dans le niveau des accruals totaux entre deux périodes est entièrement attribuée à la discrétion des managers. En d'autres termes, elle a estimé les accruals non discrétionnaires comme suit :

(ACNDt) = (TACt-1) (ACDt) = (TACt) - (TACt-1)

(ACDt): les accruals discrétionnaires de l'année t.

(TACt) et (TACt-1): le total des accruals respectivement de l'année t et t-1.

Ce modèle ignore également l'impact des circonstances économiques sur la variation des accruals non discrétionnaires qui sont supposés constants dans le temps.

2-2-3 Modèle de Jones (1991)6(*) :

Selon Draief (1010) les accruals «englobent tous les ajustements qui permettent de passer d'une comptabilité de caisse à une comptabilité d'exercice, qu'il s'agit des dotations, des provisions ou encore des changements de méthodes comptables... ils sont reliés aux activités d'exploitation ».

Dans le modèle de Jones (1991)  les accruals non discrétionnaires sont estimés après le contrôle de la variation de l'environnement économique dont évolue l'entreprise. Plus précisément, le modèle inclut les immobilisations et la variation du chiffre d'affaires comme variables explicatives afin d'estimer la partie non discrétionnaire des accruals.

Les accruals non discrétionnaires sont calculés ainsi :

ANDi,t /TAi,t-1= ás (1/TAi,t-1)+âs (IMMOi,t / TA i,t-1) + äs ((ÄCA i,t) / (TA i,t-1))

ANDi,t = les accruals non discrétionnaires de l'entreprise i de l'année t

TAi,t-1 = Actif total de le firme i pendant l'année (t-1).

ÄCAi,t =Variation du chiffre d'affaire de le firme i pendant l'année (t) et (t-1).

IMMOi,t = Immobilisation amortissables brutes de la firme i pendants l'année (t).

á, â et ä sont estimés sur la base des données d'un échantillon d'entreprises pour laquelle nous envisageons calculer les accruals non discrétionnaires a partir de la régression suivante :

TACi,t /TAi,t-1= ás (1/TAi,t-1)+âs (IMMOi,t / TA i,t-1) + äs ((ÄCA i,t) / (TA i,t-1)) + åi,t

Avec :

TACi,t = Accruals totaux de le firme i pendant l'année (t).

ás, âs et äs sont les estimateurs d' á, â et ä de la régression.

Une fois la partie non discrétionnaire des accruals (AND) déterminée, nous calculons la partie discrétionnaire ainsi :

ADi,t /TAi,t-1= TACi,t /TAi,t-1- ANDi,t /TAi,t-1

ADit : les accruals discrétionnaire qui mesurent la gestion des résultats sont estimés par le modèle de Jones (1991).

Comme tout modèle de mesures de gestion du résultat, le modèle de Jones (1991) présente quelque limite, car il suppose que la relation entre les accruals non discrétionnaires et ventes est stationnaire durant le temps. Or, les coefficients des variables explicatives peuvent varier, ce qui affecte la relation présumé.

* 5 Cité per Dechow, Sloan et Sweeney(1995) « detecting earnings management », the accounting review, vol 72, N 2, pp 193-225

* 6 Cité par Hrichi, Y, (2013) , « Les effets de l'adoption obligatoire des normes IFRS sur la gestion du résultat

comptable : une analyse de 100 entreprises françaises », La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion N 263-264 - Comptabilité pp 163-170.

précédent sommaire suivant