WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-1-2 Les motivations fondées sur la gestion des résultats par les seuils:

La gestion du résultat par les seuils est guidée par la volonté d'atteindre un seuil prédéterminé (par exemple résultat zéro, résultat de l'année précédente et les anticipations des analystes). Elle permet de prendre en compte des motivations autre que l'opportunisme du dirigeant tel que les motivations contractuelles, les motivations réglementaires, Draief Chouaya (2010) et Olivier (2010). La gestion du résultat par les seuils est expliquée par la théorie des prospects et la théorie des coûts de transaction. Elle constitue la principale incitation à la gestion du résultat. Jeanjean (2011)

Burgstahler et Dichev (1997) ont utilisé un échantillon des entreprises américaines pour étudier les irrégularités de distribution des résultats comptables, et ont démontré qu'il ya deux seuils que le dirigeant essaye d'atteindre : le seuil du résultat nul (éviter de publier de faibles pertes), seuil des variations nulles (éviter de publier de faibles diminutions de résultat) et évitent de publier des résultats inférieurs aux prévisions des analystes. En plus deux seuils, Degeorge et al (1999) ont identifié un troisième seuil à atteindre qui est la volonté d'atteindre les prévisions des analystes financiers.

2-1-2-1- Le seuil du résultat nul (éviter de publier de faibles pertes)

Selon cette hypothèse, les entreprises dont leurs résultat sont inferieurs à zéro sont incités à gérer les résultats afin d'afficher un léger bénéfice. Hayn (1995) a conduit sa recherche sur un échantillon des entreprises qui ont publié des pertes, le chercheur a observé que le nombre des entreprises faiblement déficitaires est faible ce qui montre que les entreprises n'ont pas intérêt à publier un résultat légèrement négatif. En outre, il stipule que passer sous le seuil du résultat nul doit correspondre à la transmission d'un signal négatif vers le marché et dépasser le seuil du résultat nul correspond à la transmission d'un signal positif. Ceci peut être expliqué par le fait de gérer le résultat afin d'éviter une perte, Olivier (2013).

De leur part, Burgstahler et Dichev (1997) ont essayé de savoir, comment et pourquoi les firmes évitent de publier les réductions des bénéfices et les pertes. Par la suite, ils ont estimé qu'entre 8% et 12% des firmes avec des diminutions des bénéfices manipulent les résultats de manière à les augmenter, et entre 30% et 44% des firmes avec des pertes, Par ailleurs, Jeanjean(2011) a montré qu'afin d'éviter de publier des pertes, les firmes gèrent les résultats à la hausse.

précédent sommaire suivant