WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-1-2-2- Seuil des variations nulles (volonté d'éviter la baisse des résultats)

Selon cette hypothèse, les dirigeants gèrent les résultats dans le but de publier des résultats en augmentation régulière. Dans ce cadre, Myers et Skinner (1999) stipulent que le marché accorde des primes aux entreprises qui présentant une augmentation régulière des bénéfices ce qui peut constituer une motivation aux managers pour gérer les résultats. En effet, ces derniers ont recours à la manipulation des résultats afin d'atteindre le « résultat N-1» et donc de maintenir la croissance des bénéfices. Jeanjean (2011) postule que les dirigeants des entreprises françaises dont le résultat se trouve en dessous du bénéfice de l'année précédente seront motivés à gérer les résultats afin d'augmenter le résultat via les accruals discrétionnaires dans le but d`atteindre le seuil.

2-1-2-3- La volonté d'atteindre les Prévisions des analystes financiers  (évitent de publier des résultats inférieurs aux prévisions des analystes)

Dans ce cadre, les entreprises évitent de publier des résultats inférieurs aux prévisions des analystes. Selon Degereoge et al (1999) les managers des entreprises ont recours à la gestion du résultat afin d'atteindre les prévisions des analystes. L'étude de Kasznik (1999) a fait preuve d'une gestion du résultat à la hausse pour les firmes de son échantillon via les accruals discrétionnaires et ceci pour publier des résultats qui sont conformes aux prévisions des analystes dans le but de limiter les erreurs de prévisions et d'un autre coté, pour que le marché ne réagisse pas négativement en cas de atteinte du seuil cible.

Selon Matsumoto (2002), l'objectif d'afficher des résultats dépassant les prévisions des analystes peut être atteint par la gestion des résultats à la hausse pour atteindre les seuils et aussi en gérant les prévisions des analystes à la baisse à la date des bénéfices. D'un autre coté, la gestion par seuils peut être expliquée par la théorie politico-contractuelle. Dans ce contexte, Dechow et al (2003) ont attribué à la gestion des résultats pour atteindre le seuil un comportement opportuniste de part des dirigeants de la firme. En fait, ces dirigeants gèrent le résultat non pas pour signaler une bonne performance de la firme mais plutôt pour retarder l'annonce des mauvaises nouvelles.

précédent sommaire suivant