WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La moralité, fondement de l'humanité dans fondements de la métaphysique des murs d'Emmanuel Kant.

( Télécharger le fichier original )
par KRIMINATCHA KONE
UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOUET-BOIGNY (ABIDJAN- COCODY)  - Master 2016
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2

UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOU·T-BOIGNY

(ABIDJAN-COCODY)

UFR : SCIENCES DE L'HOMME ET DE LA SOCIÉTÉ
DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE
Parcours B : Philosophie politique et morale
Année académique 2015/2016

LA MORALITÉ, FONDEMENT DE L'HUMANITÉ

DANS FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MOEURS D'EMMANUEL KANT

Mémoire de Master

PRÉSENTÉ PAR :

DIRECTEUR :

KONÉ Kriminatcha

M. KOUASSI Kpa Yao Raoul

Licencié en Philosophie

Maître de Conférences

PARCOURS B : PHILOSOPHIE POLITIQUE ET MORALE

LA MORALITÉ, FONDEMENT DE L'HUMANITÉ

DANS FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MOEURS D'EMMANUEL KANT

Mémoire de Master

4

SOMMAIRE

INTRODUCTION GÉNÉRALE..... 5

PREMIÈRE PARTIE : LE CONCEPT DE MORALITÉ .. ....16

CHAPITRE I : L'UNIVERSALITÉ DE LA MORALITÉ 18
CHAPITRE II : DES ACTIONS DE BONNE VOLONTÉ

À LA VOLONTÉ BONNE 32
DEUXIÈME PARTIE : LA MORALITÉ ET LE FONDEMENT

DE L'HUMANITÉ 43
CHAPITRE I : LA MORALITÉ DANS LA NATURE

DE L'HOMME 45
CHAPITRE II : LA MORALITÉ ENTRE LIBERTÉ

ET CONTRAINTE. 55
TROISIÈME PARTIE : LA MORALITÉ ET SON RAPPORT

À L'ÉDUCATION DANS LA SOCIÉTÉ 69

CHAPITRE I : LA CONSISTANCE DE L'ÉDUCATION 71

CHAPITRE II : LA FIN DE L'ÉDUCATION

ET LA MORALITÉ DANS LA SOCIÉTÉ 83

CONCLUSION GÉNÉRALE 94

BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE 99

TABLE DES MATIÈRES 104

INTRODUCTION GÉNÉRALE

5

6

La philosophie politique et morale est un vaste domaine de connaissance de la Philosophie. Ce domaine de recherches comporte des disciplines diverses et variées, à savoir la Science politique, l'Éthique, la Philosophie des droits de l'Homme, les Théories de la justice, etc. Dans ce grand domaine de connaissance, sont abordés des problèmes liés à l'existence humaine. Chaque domaine de connaissance renferme une multitude de réflexions d'auteurs concernant les problèmes qui minent la vie des hommes. Dans cette vision du monde, l'inaction serait considérée comme une faiblesse pour l'homme, d'autant plus que sa nature constitutive lui donne les moyens pour modeler son existence.

De cette manière, l'homme se doit de prendre en charge son existence avec rationalité. En effet, cette exigence impose qu'il soit soumis aux valeurs pouvant s'inscrire dans l'ordre du salut de l'humanité. C'est ainsi que le siècle des Lumières fut marqué par le triomphe de la raison. À cette époque, une métamorphose suggère l'idée que seul le tribunal de la raison peut guider les hommes vers le progrès. Dans cette mouvance, Emmanuel Kant écrit dans une intention pédagogique1, les Fondements de la métaphysique des moeurs, pour éveiller les consciences, à cultiver les valeurs humaines, pour le plus grand bien de l'humanité. Ainsi, convaincu de la puissance rationnelle et intellectuelle de l'home, Emmanuel Kant préconise le traitement de l'homme comme fin en soi :

L'homme et en général tout être humain existe comme fin en soi, et non pas simplement comme moyen dont telle ou telle volonté puisse user à son gré ; dans toutes ses actions, aussi bien dans celles qui le concernent lui-même que celles qui concernent d'autres êtres raisonnables, il doit toujours être considéré en même temps comme fin en soi2.

Cette vision pleine d'humanisme et d'altruisme, traduit le cri de coeur qu'Emmanuel Kant émet pour la cause de l'espèce humaine. En effet, il nous exhorte à traiter l'homme avec beaucoup de respect et de considération. Sa philosophie morale, militant par excellence contre l'ignorance, le fanatisme, et les

1 Ralph Walker, Kant, Paris, coll. « Folio Essais », 2002, p. 6.

2 Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs, trad. de l'allemand par Victor Delbos, Paris, Delagrave, 1984, p. 148.

7

formes d'autorités injustes, privilégie le respect de la personne humaine. Au lieu de considérer l'homme comme un moyen, il enseigne à y voir plutôt en lui une fin en soi. Elle tiendrait lieu de dignité humaine, valeur intrinsèque qui, en l'homme, incite au respect. De plus, il avance que les hommes doivent s'émanciper par une véritable libération du potentiel intellectuel et rationnel, en privilégiant l'homme en toutes choses.

Dans cet élan de considération, le concept de moralité prend toute son importance dans l'esprit du philosophe. Il s'inscrit dans le contexte socio politique du siècle des Lumières qui consacre le renouveau de l'éducation, ayant pour objectif de changer les façons de penser et s'efforcer de faire sauter partout les barrières que la raison n'avait point posées. Mieux, il faut traiter l'humanité avec respect et dignité. D'où nous formulons notre sujet comme suit : « La moralité, fondement de l'humanité dans Fondements de la métaphysique des moeurs d'Emmanuel Kant ».

1- Le thème

Le thème principal qui ressort de ce sujet est la moralité. Il s'agit ici, de comprendre que la moralité, en tant que propriété des êtres raisonnables constitue le fondement de l'humanité. Elle a partie liée avec le réel, car elle se propose de penser les conduites et pratiques humaines, loin d'en faire le procès. D'un côté, ce thème en raison de sa connexion avec l'humanité, est toujours d'actualité. Nous l'avons choisi pour penser la mesure dans laquelle l'humanité peut triompher. De fait, il est compréhensible que le thème de la moralité occupe une place importante dans la compréhension de l'homme.

Cette importance se justifie par tout le sens loyal et principiel qu'Emmanuel Kant lui reconnaît. Dans les Fondements de la métaphysique des moeurs, la moralité sert d'une part de loi assortie de respect parce qu'elle fait partie des « concepts moraux qui ont leur siège et leur origine complètement a priori dans la

8

raison »3, de tous les êtres raisonnables sans exception aucune. D'autre part, elle crée « la nécessité inconditionnée, véritablement objective, par suite d'une nécessité universellement valable »4, dans un rapport au fondement de l'humanité. Ainsi, la moralité doit porter l'humanité. Par conséquent, ce sujet nous invite à la compréhension de la moralité qui est le thème de notre Travail d'Études et de Recherche.

La recherche de compréhension de la moralité nous amène à nous interroger de la manière suivante : Qu'est-ce que la moralité ? La moralité a une étymologie latine : moralitas. Elle est relative aux moeurs, et désigne la conformité des conduites humaines à l'idéal moral5. En effet, parler de moralité, c'est s'interroger sur la portée ou la valeur des actions humaines. Or, on ne saurait point concevoir des relations humaines aussi dignes soient-elles sans le témoignage d'une bonne somme de respect mutuel. Elle est la marque distinctive d'un hommage rendu à l'humanité. La moralité prônée par Emmanuel Kant dans les Fondements de la métaphysique des moeurs, a pour but de nous inciter à rechercher par tous les moyens le bien dans la vie. Pour tout dire, la moralité doit orienter et porter l'existence humaine.

En ce sens, l'actualisation de la pensée morale d'Emmanuel Kant, dans le contexte actuel de notre civilisation postmoderne, est opportune pour une incitation à la culture du bien. En cultivant la moralité, c'est la paix qui est promue ainsi que le triomphe de l'humanité. Ainsi, nous pensons qu'Emmanuel Kant est un repère dans un monde sujet à toutes sortes de maux indignant la personne humaine. Nous le considérons à juste titre comme un maître de la conduite humaine. Si la valeur morale réside dans la façon de se tenir dans les rapports sociaux, alors quel pourrait être le cadre théorique de ce Travail d'Études et de Recherche ?

3 Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs, Op. cit., p. 120.

4 Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs, Op. cit., 128.

5 Jacqueline Russ, Dictionnaire de Philosophie, Paris, Bordas, 2003, p. 283.

9

sommaire suivant