WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche exploratoire de la relation de conséquence : description et implémentation

( Télécharger le fichier original )
par Sébastien Druon
Université Toulouse 2 - DEA de Sciences du Langage 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2 La relation de conséquence

Après avoir défini la notion de conséquence et en nous appuyant sur cette définition, nous allons circonscrire et définir ce qui fait l'objet de notre mémoire: la relation de conséquence.

2.2.1 Qu'est-ce qu'une relation de conséquence?

2.2.1.1 Conséquence vs. relation de conséquence

Il ne faut pas confondre conséquence et relation de conséquence. En

2. Préalables théoriques

 

éventualité. En revanche, la relation de conséquence est, comme son nom l'indique, une relation, donc le lien entre le point de départ de ce raisonnement et sa conséquence.

2.2.1.2 Définition préliminaire

Avant de détailler plus en profondeur la relation de conséquence, nous allons en donner une définition provisoire, qui nous permettra de travailler.

Définition 2.5 -- Relation de conséquence (provisoire): La relation de conséquence est une relation rhétorique1 unissant deux étapes d'un raisonnement: le point de départ d'un raisonnement et sa conclusion.

2.2.2 Verbes et relation de conséquence

Observons l'exemple suivant:

(2.2) Les restrictions budgétaires des années 1980 ont engendré des

coupures massives d'abonnements.

(2.3) Ily a eu des restrictions budgétaires dans les années 1980 donc

ily a eu des coupures massives d'abonnements.

Certains, comme GARCIA (1998), voient dans le lien causal directement exprimé dans l'exemple 2.2 par le verbe engendrer une relation de conséquence. Nous ne sommes pas de cet avis et nous rejoignons le point de vue de Jackiewicz:

Les connecteurs2, au contraire des verbes, «sont utilisés davantage pour étayer et justifier les propos en tant que marqueurs d'acte de parole que pour créer un contenu informatif

1Voir la section 1.1.

2Pour plus de précisions sur les connecteurs, voir DRUON (2000) et le chapitre 3.

2. Préalables théoriques

 

(causal) nouveau, en tant qu'opérateurs» bien qu'«ils expriment la causalité» JACKIEWICZ (1998), p. 82

En effet, nous voyons dans les verbes comme engendrer3 une façon de créer un contenu causal nouveau, et non un moyen d'exprimer une relation rhétorique4. Le locuteur établit un lien causal, mais son raisonnement n'est pas marqué.

En revanche, ce type de verbe en association avec d'autres indices peut tout à fait participer à l'établissement d'une relation rhétorique, comme c'est le cas dans l'exemple suivant:

(2.4) Utilisez une petite échelle d' ohms sur un ohmmètre pour que la

tension appliquée par l' ohmmètre soit faible . Ceci réduira les dommages possibles sur les composants sains.

De plus, considérer qu'un verbe puisse exprimer une relation rhétorique nous obligerait à prendre en compte des segments de discours minimaux plus petits que la proposition. À partir de maintenant, nous considérerons donc que la relation de conséquence est une relation qui relient des segments de taille au moins égale à la proposition.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net