WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche exploratoire de la relation de conséquence : description et implémentation

( Télécharger le fichier original )
par Sébastien Druon
Université Toulouse 2 - DEA de Sciences du Langage 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.4.2 La propension à l'interprétation causale

Pendant que certains préfèrent une solution privilégiant les lois causales comme mécanisme d'interprétation d'une relation de conséquence, d'autres prônent une solution radicalement opposée, ne faisant pas du tout appel à d'éventuelles lois causales. C'est le cas de NAZARENKO (2000),

2. Préalables théoriques

 

45-48. En effet, d'après elle, nous avons naturellement tendance à voir une relation causale entre deux événements mis en relation dans le discours:

« Dès lors que deux situations ou deux événements sont mis en relation par le discours, nous y voyons un lien de cause à effet» NAZARENKO (2000)

Nazarenko prend donc là une position opposée à celle d'ASHER (1993) qui veut que la relation entre deux segments de discours soit tout d'abord interprétée comme une narration, soit une simple succession temporelle de deux éventualités sans lien causal particulier (voir à ce sujet la note 13 page ).

De plus, ce principe de propension à l'interprétation causale semble beaucoup trop puissant car il permet de tout interpréter causalement. Comme le montre l'exemple suivant, l'existence d'un lien de causalité sous-jacent dans une relation n'implique pas forcément une relation de cause ou de conséquence:

(2.33) L'employée a été licenciée quand on a découvert les malversations.

Nazarenko voit dans cet exemple une relation de cause implicite, l'interprétant comme «L'employée a été licenciée parce qu'on on a découvert les malversations». Effectivement, il existe un lien de causalité entre le licenciement et les malversations, mais il n'implique aucunement une relation rhétorique de cause entre les deux. En effet, l'établissement d'une relation de cause nécessiterait qu'un raisonnement soit marqué ce qui n'est pas le cas.

Afin de pouvoir repérer une relation de conséquence dans un texte, il va donc nous falloir délimiter plus précisément ce qui nous permet de

2. Préalables théoriques

 

l'interpréter comme telle et non pas se fier à un principe trop général qui permettrait l'interprétation consécutive de n'importe quel couple de propositions.

2.4.3 Vers une autre stratégie

Nous devrons donc adopter d'autres stratégies afin de voir comment on peut repérer une relation de cause à effet. En effet, il existe d'autres moyens pour interpréter une relation de discours comme relation de conséquence que de faire à chaque fois appel aux connaissances de sens commun. La solution de Nazarenko, quoi que séduisante au premier abord, est beaucoup trop puissante car elle peut permettre de tout interpréter causalement. De plus, la relation de conséquence est une relation créée par le discours et elle est relativement indépendante des lois du monde réel. Il est donc légitime de chercher des indices de sa présence dans les textes car ce n'est que là qu'elle est présente. Nous nous proposerons donc dans les chapitres suivants de chercher d'autres moyen de repérer une relation de conséquence en cherchant les indices linguistiques qui nous permettent cette interprétation.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net