WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Education et Mondialisation : les conséquences de la libéralisation de l'éducation prônée par l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) ; illustration sur la base de la position canadienne et belge

( Télécharger le fichier original )
par Ahmed Seghaier
Univeristé de Genève - diplôme d'études approfondies en études du développement 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.5-La libéralisation de l'éducation et la cohésion sociale

« L'école représente le salut car seule l'éducation peut rompre la chaîne héréditaire de l'exclusion »80(*). Cette école dont parle Suzy Halimi se trouve menacée par la mondialisation néolibérale qui veut réduire l'éducation au statut d'une marchandise. Cela peut être conçu comme une grande menace pour l'homme dans son universalité et dans sa différence culturelle.

D'après l'UNESCO, avec 86281(*) millions d'illettrés dans le monde, l'illettrisme est encore loin d'être éradiqué, même dans les pays avancés. Les nouvelles formes d'analphabétisme dans le monde des temps modernes comme l'incapacité de se servir des langues et aussi le fait d'ignorer les connaissances fondamentales en informatique viennent s'ajouter aux problèmes économiques, sociaux et culturels, déjà existants comme l'augmentation du taux d'analphabétisme, l'abandon scolaire, l'inadéquation de formation des jeunes, la pauvreté, l'exclusion, le racisme envers certaines ethnies, la xénophobie et autres.

D'après le directeur de l'UNESCO « il est évident que surtout dans un contexte général de mondialisation de plus en plus rapide que les individus et les communauté dont le niveau d'éducation est insuffisant risquent non seulement d'être marginalisés au sein de leur propre société mais aussi d'être exclus de la société planétaire »82(*).

La mondialisation néolibérale qui génère la pauvreté dans plusieurs secteurs du monde, notamment les régions qui ne sont pas compétitives, favorise aussi l'accroissement des inégalités entre les inclus et les exclus dans les sociétés humaines et au sein de la même société83(*). C'est dans ce cadre compétitif de mondialisation que les jeunes, qui sont socialement et économiquement les plus exclus, essayent de développer, dans la plupart des cas, une culture d'opposition, de révolte et de violence.

L'institution scolaire publique qui était toujours un lieu de socialisation qui fait apprendre aux jeunes l'art de vivre ensemble selon des valeurs qui fondent une société démocratique se trouve menacée par l'AGCS qui engage une politique de libéralisation de l'éducation au profit des entreprises privées qui ne cherchent que leur profit commercial.

Rappelons aussi que l'école avait toujours comme mission la réduction des inégalités, la limitation du nombre des sorties sans qualifications et la garantie de l'égalité des chances pour accéder à une meilleure qualité de vie. C'est l'ensemble de ces acquis qui est actuellement mis en danger.

Il est également important de souligner que c'est à travers l'éducation et l'école que « les valeurs et les normes de référence sont définies et transmises »84(*) d'une génération à une autre pour assurer la continuité de la société et de sa culture. « L'homogénéité culturelle qui est assurée par l'école est considérée comme le ciment social qui maintien l'ordre social »85(*). C'est à travers la scolarisation dans l'école de l'Etat que les jeunes réalisent leur socialisation collective par leur soumission à une expérience commune pour des nombreuses années puisque « l'éducation est l'activité institutionnelle qui regroupe le plus grand nombre de personnes »86(*). Dans ce cadre, seule l'école de l'Etat peut fournir une matière éducative capable de garantir l'homogénéité culturelle et l'intégration économique et sociale de la jeunesse dans la société.

Finalement, si l'AGCS ne veut connaître que les aspects économiques et professionnels de l'éducation, cela mène obligatoirement à la dévalorisation de la culture et à la marginalisation des références et des institutions sociales qui permettent aux différents acteurs de s'élever et de se développer convenablement. Dans le cadre de la même logique marchande prônée par l'AGCS, la mobilité des travailleurs et travailleuses dans les rangs des professions libérales à haute qualification est remarquablement facilitée. Ce qui va aboutir à une forte émigration de cadres et des personnes hautement qualifiées vers les pays à économies riches qui offrent généralement des conditions meilleures de rémunération, d'emploi et de vie. Ce qui provoque une grande perte pour les pays en développement au niveau du personnel dont ils ont le plus besoin.

* 80 Suzy Halimi, Education et cohésion sociale, Forum du comité de l'éducation, Strasbourg, 2000, p. 16

* 81 D'après le rapport de UNESCO Institute for education 2000 sur l'analphabétisme dans les pays en voie de développement et dans le monde en général.www.unesco.org, 13.11.2002, p.1

* 82Interview fait avec Mr Koîchiro Matsuura le directeur de l'UNESCO publié le 22.01.2001 par la revue de politique étrangère Al-Siassa Al-Dawliya (Egypte), p.2.

* 83 Pierre Bourdieu et Patrick Champagne, Les exclus de l'intérieur, Résumé, www.ehess.fr

* 84 Walo Hutmacher, systèmes éducatifs et intégration des sociétés, p.21.

* 85 Ibid., p. 21.

* 86 Rapport annuel 2002 sur le droit à l'éducation, ONU, Genève, 2002, p. 22.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net