WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux de la Grande Distribution Helvétique : « Analyse socio-économique et stratégique de l'évolution des acteurs de la grande distribution alimentaire en Suisse »

( Télécharger le fichier original )
par Nicolas Mueller & Dominique Tinguely
Université de Genève, faculté des Sciences Economiques et Sociales - Baccalauréat Universitaire en Gestion d?Entreprise 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Comparaison des rapports de Gestion entre Migros et Coop

Nous avons compilé certaines informations des rapports d'exercice de Migros et de Coop de 1975 à nos jours. Pour ce faire, nous nous sommes rendus au siège de Migros Genève ; et pour Coop, nous avons demandé des fichiers informatiques.

Nous avons relevé l'ensemble des chiffres et en avons tiré des graphiques que vous pouvez consulter en annexe. Ces graphiques renseignent sur l'évolution de certains indices sans toutefois être très pertinents. Nous constatons une progression régulière dans tous les indices relevés. A noter que les rapports de Coop ont subis plusieurs modifications dans la comptabilisation des informations au cours des années, il en résulte quelques « sauts » dans les graphiques.

Relevés de Prix

Le 11 juillet 2007, les auteurs ont effectué un relevé de prix d'un panier type dans plusieurs magasins présents en Valais. Les enseignes suivantes ont été visitées : Pam à Martigny, Aldi à Viège, Manor à Monthey, Coop à Collombey, Migros à Monthey, Casino à Collombey, Denner à Martigny et à Monthey. Nous nous sommes focalisé sur des denrées de base. Nous avons par la suite pondéré nos achats avec des quantités standardisées. Vous trouverez les résultats détaillés en annexe. Il convient de noter qu'une petite différence de prix a rapidement des influences sur le classement. Aldi a été fortement handicapé par le prix de l'huile d'olive et du vinaigre balsamique. Nous remarquons que les enseignes qui ne disposent pas de produits premier prix pour un produit sont aussi rapidement pénalisées. Nous avons retiré du comparatif les boites de conserves car nous avions des soucis avec le poids ou les quantités, la Vodka non présente chez Migros et le gruyère mi-salé non présent chez Denner. Le classement obtenu nous semble toutefois assez objectif. Vous trouverez en annexe tous les détails par produits.

Il est intéressant de noter que tout ce joue dans un mouchoir de poche et que Denner est moins cher qu'Aldi, principalement à cause du vinaigre balsamique et de l'huile d'olive, non présent en premier prix chez Aldi. Le panier « Omniscient » sélectionne systématiquement, pour chaque produit, le prix le moins cher trouvé lors de notre enquête.

 

Omniscient

Denner

Aldi

Casino

Migros

Coop

Manor

Pam

Total panier CHF

50.99

60.50

62.76

64.39

64.61

67.23

72.67

77.19

%

-15.73

0.00

3.74

6.43

6.79

11.12

20.11

27.59

La Grande Distribution Helvétique à travers la boule de cristal

Il est pratiquement impossible de prédire ce que sera le paysage de la grande distribution dans 15 ou 20 ans mais certaines grandes lignes se dessinent néanmoins. Dans l'hypothèse d'une stabilité économique et politique, Coop et Migros seront toujours présentes dans les années à venir et sûrement pour les 30 et 40 ans à venir. Le statut de coopérative confère une sécurité à Migros et Coop face à certains effets économiques comme un rachat, une OPA ou une pression actionnariale tournée vers la rentabilité au mépris de l'investissement pour l'avenir.

De par leur héritage social, ces deux entreprises devraient continuer à investir pour la collectivité en prônant l'agriculture biologique ou en soutenant la culture. Il est fort probable que ces deux entreprises occuperont une place encore plus importante dans la politique et la gestion du pays de par leur pouvoir économique, les canaux de communication et le capital de sympathie qu'elles ont.

Que vont faire Migros et Coop des bénéfices réalisés chaque année ? Elles peuvent difficilement investir à l'étranger car leur statut les enferme en Suisse. Il serait difficile de faire passer à la population que Migros rachète une entreprise étrangère, en effet à qui iraient les bénéfices, le but de la coopérative étant de servir les coopérateurs. On peut imaginer élargir la base des coopérateurs vers l'étranger...

De plus, Migros a eu une expérience malheureuse en Autriche avec les magasins Familia et a perdu au passage pas mal d'argent. Le développement à l'étranger est depuis très limité, la Coopérative genevoise gère depuis 1993, deux supermarchés en France voisine, via Migros France S.A.. Migros France est en train de construire à Neydens (F), à côté de Genève, un super centre de loisirs, de détente et de commerce, sur le modèle du centre Säntis-Park en Suisse alémanique, dont l'ouverture est prévue en 2008.

La coopérative bâloise de Migros est également présente en Allemagne sous une Sarl, avec 3 supermarchés en zone frontière, ouverts en 1995, 2001 et 2002. Le but principal étant de récupérer une partie du tourisme commercial. Sur le site de Migros Allemagne, ouvert depuis mai 2007, il est indiqué que Migros est à la recherche de surfaces de vente dans des centres-villes de plus de 50'000 personnes dans toute la Bavière et le Baden-Würtemberg. Il semblerait que Migros ait décidé de se relancer à la conquête de L'Allemagne.

Coop et Migros sont tous deux des géants en Suisse, mais des « minus » et même des « ovnis » sur le plan européen et mondial. La croissance la plus plausible est donc interne, en Suisse.

Coop a, ces derniers temps, adopté une attitude de chasseur et rachète un peu tout ce qui est à vendre, un peu comme Swissair. Souhaitons un avenir plus radieux à Monsieur Loosli que celui de Monsieur Brugisser.

C'est ainsi que dernièrement, Coop a racheté Waro, EPA, Interdiscount, Radio/TV Steiner, Lumimart, Fust, et souhaite reprendre les hypermarchés de Carrefour/ex Jumbo.

Coop rachète et absorbe ces entreprises sous une direction commune et bien souvent, elle remplace les concepts et les enseignes en magasin Coop. Elle ne segmente pas le marché en marques différentes comme c'est le cas en France par exemple, où chaque type et taille de marché a sa marque. Un groupe comme Casino possède près de 10 enseignes différentes.

De son côté. Migros a racheté le groupe Globus par exemple, mais la gestion est restée séparée, elle en est propriétaire mais la vision stratégique est séparée de celle des magasins Migros. Il en va de même avec le rachat de Denner, la volonté affichée étant de conserver une direction séparée « Denner reste Denner », la Comco ayant transformé cette volonté en obligation.

Coop va-t-elle racheter les magasins de LVH et créer un pôle de petits commerces de proximité avec ses nombreux magasins de village ? LVH va-t-il racheter les petites Coop comme « Volg » qui a intégré 17 petites Coop en 2002 dans ses magasins ?

Il semblerait que LVH soit arrivé au bout de ses liquidités, de plus les magasins que LVH exploite ne sont pas faciles et ne dégagent pas d'énormes chiffres d'affaires comparés à Migros et Coop. Bien que la famille française Baud, milliardaire et fondatrice des magasins Franprix/LeaderPrice, semble derrière LVH, cette dernière est pour le moment une « minus » en Suisse avec 81 millions de capital action entièrement libéré. Elle pourrait hypothétiquement avoir quelques soucis en relation avec le conflit entre Casino et la famille Baud en France.

Magro S.A . semble bien se développer ces dernier temps en construisant de nouveaux supermarchés. Là encore, Monsieur Paul-Louis Chailleux reste un privé et n'a sûrement pas une puissance commerciale énorme.

Le rachat à 470 millions des 12 hypermarchés Carrefour est de loin inaccessible à LVH ou à Magro S.A.

Une société Migros - Coop

Il est en revanche plausible que l'on assiste à une omniprésence de Migros et Coop dans tous les domaines de la vie quotidienne des suisses. Chaque marché est doucement investi par ces deux acteurs : téléphonie mobile, cartes de crédit, banques, assurances, dépannage routier, ameublement, papeterie, concerts, billets d'avion ou de train, etc. Avec souvent au final, des prix plus bas pour les consommateurs. Migros a là aussi une petite longueur d'avance sur Coop qui suit plutôt son concurrent qu'elle ne s'attaque à de nouveaux marchés.

Par le passé, Coop a revendu le 20 décembre 1999 sa banque Coop à la banque cantonale bâloise ; en 2000, l'assurance Coop fusionne avec la Fribourgeoise et est ensuite reprise par la Nationale. De son côté, Migros possède sa propre banque et a des partenariats avec l'assurance Generali et, pour le dépannage routier, avec Elvia.

Spar Suisse est une entreprise familiale sous franchise de Spar International (Pays-Bas) qui possède 149 magasins et approvisionne 177 détaillants indépendants sous le concept Maxi. (92 Primo/Vis-à-Vis ont été repris en 2005 à Rewe). Cette entreprise reste familiale.

Nous pouvons distinguer 4 segments de marché : les magasins de proximité, les supermarchés urbains, les hypermarchés, les magasins de maxi-discompte.

Pour le segment des magasins de proximité, quatre groupes sont en train de reprendre la totalité du marché : PAM en Suisse romande, Volg et Spar en Suisse alémanique. Ces trois enseignes devraient rester stables, voire diminuer, car ce sont des petits magasins et des épiceries de quartier. On peut imaginer un rachat de petites Coop par ces groupes. Volg étant une coopérative, elle reste à l'abri d'un rachat. Qu'en sera-t-il avec LVH et Spar ?

Du côté des supermarchés urbains, le terrain est occupé par Migros, Coop et Magro. Manor restant un Grand Magasin et non un supermarché.

Quel avenir est réservé aux marchés Casino/Magro en Suisse ? L'entreprise en mains d'un homme d'affaires français est très active depuis son rachat en novembre 2004 et a ouvert récemment un nouveau magasin à Lausanne. Mais elle reste minuscule par rapport à Migros et Coop. On peut imaginer que cette entreprise est à l'abri d'un rachat par nos deux géants par l'arbitrage de la Commission de la concurrence (Comco). Les expériences passées nous ont montré qu'il est peu probable que la Commission de la concurrence s'oppose à un rachat de Magro, sa part de marché étant marginale. Que Magro soit indépendant ou pas, le marché ne devrait pas être influencé par ce rachat.

Les hypermarchés devraient être occupés par Migros, Coop et Casino avec 8 hypermarchés. Carrefour ayant annoncé la cessation de ses activités en Suisse, Coop est sur les rangs pour reprendre les 12 hypermarchés Carrefour. Migros étant en avance sur Coop dans le segment des hypermarchés.

La décision de la Comco est attendue sous peu, sans trop d'illusions une autorisation soumise à conditions envers les fournisseurs devrait être délivrée.

En effet, une interdiction pour Coop exclurait Migros également et qui d'autre resterait en ligne ? Maus Frères, partenaire avec Carrefour dans Distributis, propriétaire des 12 hypermarchés, ne reviendrait sûrement pas à la situation de 2000 en ressortant de ses cartons

l'enseigne Jumbo. Magro n'ayant pas la capacité financière de reprendre la totalité des hypermarchés ou seulement certains d'entre eux, nous pouvons imaginer, si Magro est intéressé, que certains Carrefour passent à Magro et que les autres soient repris par Coop.

Du côté des maxi-discomptes, Denner repris par Migros devra rester Denner et conserver son indépendance. Migros est habitué à ce genre de gestion, elle fait de même avec le groupe Globus. Denner est une enseigne historique de Suisse et occupe déjà de bons emplacements.

précédent sommaire suivant