WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Heidegger et le problème anthropologique: le statut du "dasein" dans l'ontologie fondamentale

( Télécharger le fichier original )
par Aimé MBAINDIGUIM GUEMDJE
Université Catholique d'Afrique Centrale - Institut Catholique de Yaoundé (UCAC-ICY) - maitrise en philosophie 2005
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

DEDICACE

A vous nos parents,

Charles GUEMDJE NADEHOUMAN et Odette MOKONYO DOROMAYE

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

REMERCIEMENTS

Parvenu à la fin de notre second cycle de philosophie à l'Université Catholique d'Afrique Centrale - Institut Catholique de Yaoundé (UCAC-ICY), nous voudrions adresser ici nos sincères remerciements à tous ceux et toutes celles qui, d'une manière ou d'une autre, nous ont soutenu dans la réalisation de ce travail. Nous nommons en premier lieu l'abbé Sosthène Léopold BAYEMI qui, malgré ses absorbantes et écrasantes tâches, s'est promptement rendu disponible pour diriger ce mémoire ; qu'il nous permette de dire que les mots nous manquent pour lui exprimer notre satisfaction. Nous adressons aussi notre gratitude à l'abbé Gabriel NDINGA, Doyen de la Faculté de Philosophie, de ladite institution qui nous a initié à la pensée forte, à M. Ernest-Marie MBONDA et abbé Michel KOUAM respectivement Vice-Doyen et Coordinateur des études du second cycle de la Faculté de Philosophie pour leurs précieux conseils et, par eux, tout le corps professoral qui s'est investi sans réserve pour notre croissance intellectuelle et humaine.

Nos profonds remerciements vont également à l'endroit de tout le personnel du Service des (Euvres Universitaires et Sociales (S.O.U.S.) et à la Coopération française sans lesquels notre parcours philosophique à l'UCAC-ICY serait resté inachevé.

A vous amis (es) philosophes de la faculté et camarades de classe que nous voulons surtout appeler « compagnons de la quête sapientielle », recevez ici toutes nos marques de gratitude pour vos divers encouragements, vos édifiants conseils dans nos différents moments d'épreuves.

Un merci aussi tout spécial au professeur Mme Sonia RODRIGUÈS de la communauté des Guadix, pour avoir mis à notre disposition sa bibliothèque personnelle pour la réalisation de notre mémoire.

Enfin, vous tous et toutes, parents, frères et s°urs dont le soutien matériel et l'attention particulière portée à notre personne restent à jamais inestimables et indescriptibles, retrouvez ici l'expression de nos sincères, filiaux et cordiaux remerciements.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

INTRODUCTION GENERALE

La philosophie dans son ultime intentionnalité se présente en tant qu'investigations archéologiques, c'est-à-dire quête du fondement de l'existence humaine (Archè). En remontant à ses origines égyptiennes et grecques, on s'aperçoit que dans cette quête du fondement, elle ne cesse de porter un regard particulier sur l'homme. Connaître l'homme tel qu'il est, savoir d'où il vient et où il va, a toujours été l'objet des préoccupations majeures de grands penseurs qui ont la mesure de l'homme. En ce sens, l'être humain est toujours placé au centre des recherches philosophiques. Dans cette perspective, on pourrait dire que la philosophie se caractérise par son audace de chercher les réponses les plus ardues aux questions essentielles et existentielles qui se posent à l'homme. Elle ouvre à un monde où les hommes organisent leur existence à partir des principes qui ont un sens, non seulement parce qu'ils font sens pour eux mais surtout parce qu'ils sont raisonnables. En tant que réflexion critique centrée sur l'homme et sur tout l'homme, la philosophie nous oblige de ne choisir pour nousmêmes et pour les autres que ce qui peut être jugé acceptable et raisonnable au regard de l'humanité de l'homme1.

Le parcours critique de différentes configurations des systèmes philosophiques atteste que de l'Antiquité égyptienne et grecque jusqu'à l'époque contemporaine, la tâche de la philosophie consiste en l'effort de comprendre l'essence (fondement) et le sens (signification et finalité) du réel. Mais dans l'ensemble du réel, la réalité humaine occupe une place centrale. D'où la pertinence du « connais-toi toi-même» de Socrate. C'est pourquoi l'une des tâches prioritaires de la philosophie a toujours été de penser l'homme et en l'occurrence « l'humanité de l'homme »2.

Si telle est sa mission ou sa vocation fondamentale, la philosophie devient par là même une anthropologie philosophique d'une part, et une anthropologie ontologique d'autre part. En effet, il s'agit de penser l'homme dans son rapport avec le monde, avec l'altérité et surtout dans son rapport avec l'être. Cependant, un regard critique posé sur l'histoire de la philosophie nous dévoile que l'homme est abordé selon des perspectives

1 E.-M. Mbonda, « La philosophie ouvre à un monde où les hommes organisent leur existence », in Tolle lege, la catho telle quelle, N° 26 avril-juin 2006, éd. Ama, Yaoundé (Cameroun), p. 13.

2 Idem.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

différentes, tantôt comme ego transcendantal ou moi pur, tantôt comme autrui dont il faut se soucier inconditionnellement et « asymétriquement ».

En effet, la modernité qui, du point de vue philosophique, débute avec le cogito cartésien et plus tard trouve son indépassable sommet dans l'ego transcendantal husserlien, a déjà, depuis longtemps, commencé à mettre fondamentalement en question la légitimité des structures d'intelligence qu'elle a promues et qu'elle est en passe aujourd'hui d'imposer à l'ensemble de la planète. Dans cette histoire, finalement encore très courte des temps modernes, qui a vu la détermination de l'homme, comme sujet, la fin du XVIIIè siècle en Allemagne, et notamment avec Edmund Husserl (1859-1938) semblait marquer son indépassable sommet. A partir de la deuxième moitié du XXè siècle, le projet d'une problématique « hétérologique » dont se réclament les nombreux disciples d'Emmanuel Lévinas (1906-1995) renverse radicalement celui d'une égologie, qui est parvenu à se maintenir comme idéal philosophique dominant de Descartes à Husserl.

Entre la question du moi qui fut la question directrice de la philosophie moderne de Descartes et Husserl, et la question de l'autre, qui paraît ébranler aujourd'hui jusqu'au tréfonds l'ensemble de la tradition philosophique, il y a en effet la question de l'être, que Heidegger se propose de reposer à neuf. Certes, il n'est pas sans importance que cette question ne soit pas présentée par lui comme une question nouvelle de la philosophie, mais au contraire une question laissée en suspens au commencement même de la tradition philosophique occidentale et qu'il s'agit aujourd'hui de reprendre. Heidegger se propose alors résolument de prendre part à la gigantomachie déjà nommée par Platon en son temps. Il ne s'y présente non pas en tenant de la philosophie existentielle, mais comme celui qui le repose avec acuité et de façon fondamentale. Et pour Heidegger, renouer avec la problématique ontologique, c'est s'attaquer au problème anthropologique ; c'est s'intéresser à cette sorte d'étant « qui est l'homme ». Cela se traduit par la « rebaptisation » de l'homme sous le vocable de « Dasein » tout au long de son ontologie fondamentale. Dès lors, il nous est légitime de nous demander comment Heidegger se situe par rapport au discours égologique des modernes dont Husserl reste le sommet indépassable et la problématique « hétérologique » de Lévinas et ses disciples. En d'autres termes, « qui est le Dasein » dans l'ontologie fondamentale de Heidegger ? Quel dépassement et quel déplacement Heidegger opère-t-il par rapport

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

aux discours égologique et hétérologique en adoptant cette nouvelle appellation de l'homme ?

C'est donc dans le sillage de ces interrogations que nous avons choisi de faire nos investigations en parcourant quelques-uns des << jalons >> de la pensée de Martin Heidegger touchant à la question du statut attribuable à l'être humain au sein de son ontologie fondamentale qu'il reconnaît d'ailleurs comme celle ayant déterminé de bout en bout son << chemin de pensée >>, à savoir la question de l'être. Dans ce travail, nous nous efforcerons de montrer que la nouvelle approche heideggérienne qui conduit l'auteur à abandonner les appellations traditionnelles << homme >>, << sujet >> ou << conscience >> dans sa conception ontologique fondamentale pour le terme de Dasein est précisément rendue nécessaire par la tentative qui est la sienne de redécouverte de l'idée la plus originelle de la philosophie, à savoir le souci de l'étant dans sa totalité.

Ainsi, pour réaliser cette entreprise, nous nous servirons d'une méthode spéciale. Il ne s'agira ni de la démonstration, ni de l'interprétation, mais de la << monstration >>3 : la méthode phénoménologico-analytique. En effet, cette méthode phénoménologique entreprend de décrire les phénomènes tels qu'ils se présentent par eux-mêmes. Le phénomène est tout ce qui apparaît, de quelque manière que ce soit. Dans notre optique, il sera question de laisser le Dasein lui-même se manifester dans sa facticité. Ainsi, nous nous attèlerons à décrire et à analyser le problème anthropologique de Heidegger et notamment le statut du Dasein dans son ontologie fondamentale.

Pour ce faire, nous avons organisé le travail en six chapitres. Le premier intitulé << Les racines de la pensée philosophique de Martin Heidegger>> consistera à montrer l'influence que Kierkegaard et Husserl ont exercée sur Heidegger par leur conception existentielle et phénoménologique de l'homme. Dans le deuxième chapitre, nous entrerons dans le vif de notre sujet en posant le problème anthropologique de Heidegger, au moyen de la présentation de l'ek-sistence du Dasein comme une ouverture ek-statique. Dans le troisième moment, notre effort consistera à étudier le rapport du Dasein avec le langage existential afin de montrer combien l'oubli de l'essence du langage constitue un << danger suprême >> ou la << détresse par excellence >> pour l'homme. Dans le quatrième chapitre, Heidegger nous conduira à focaliser notre réflexion sur la mort du Dasein sous l'angle ontologique ; il s'agira de montrer

3 M. Corvez, La philosophie de Heidegger, PUF, Paris, 1966, p. 2.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

comment la mort, dans une perspective phénoménologico-ontologique de Heidegger, se présente comme le terme même de l'ek-sistence du Dasein. Enfin, les deux derniers chapitres qui constituent en fait l'évaluation critique de notre travail nous permettront de montrer d'une part les intérêts ou la portée de la pensée anthropologique de Heidegger pour le monde contemporain, et nous ferons ressortir les limites ou les ambiguïtés dont souffre sa pensée d'autre part. Au cours de cette évaluation, nous nous ouvrirons à d'autres perspectives : métaphysique et hétérologique.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

sommaire suivant