WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Heidegger et le problème anthropologique: le statut du "dasein" dans l'ontologie fondamentale

( Télécharger le fichier original )
par Aimé MBAINDIGUIM GUEMDJE
Université Catholique d'Afrique Centrale - Institut Catholique de Yaoundé (UCAC-ICY) - maitrise en philosophie 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE I :

LES RACINES DE LA PENSEE PHILOSOPHIQUE DE
MARTIN HEIDEGGER

Les thèmes existentiels qui sous-tendent la philosophie de Heidegger sont fournis par la description des situations existentielles de l'homme inaugurée par Kierkegaard et Husserl, pour ne citer que ceux-là. Décrire, telle est l'orientation générale de la phénoménologie dans laquelle viendra s'inscrire Heidegger avec une perspective ontologique. Ce qui se montre est l'objet des enquêtes phénoménologiques, encore que ce qu'il y a de plus profond et de plus essentiel ne soit pas toujours ce qui se livre au premier regard, mais soit même fréquemment recouvert ou voilé. La phénoménologie bien comprise doit alors chercher à le découvrir et à le dévoiler. C'est la tâche à laquelle s'attellent les deux penseurs sus-mentionnés dont leur influence sur le cheminement de la pensée de Heidegger sera considérable. Kierkegaard et Husserl ont marqué de leur sceau indélébile la pensée philosophique de Heidegger. Leur influence est relative à la conception de l'existence et à la méthode phénoménologique.

I.1. A la racine du terme existence : Kierkegaard, le penseur de
l'existence

Sören Kierkegaard, aux dires de ses commentateurs, s'est voulu un « philosophe anti-philosophe »4. Il n'est pas un philosophe systématique. Au triomphalisme hégélien du système, il oppose le primat de l'homme existant. Pour lui, l'homme existant ne reçoit pas sa signification de l'histoire universelle dans laquelle il est situé. C'est l'homme existant seul qui compte en face de la transcendance. L'existence, c'est l'irréductible, le non catégorisable, le rapport intime et non conceptuel à la transcendance. Contre la pensée abstraite et le système, où tout apparaît sous la forme de la nécessité, Kierkegaard fait surgir l'existence, discontinue, qualitative, étrangère à la rationalité du concept, liée à la subjectivité et à l'homme. Cette existence est surtout perçue comme une tâche à accomplir.

4 D. Huisman et A. Vergez, Histoire des philosophes illustrée par les textes.250 textes fondamentaux des présocratiques à Hans Jonas, Nathan, Paris, 1996, p. 250.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

I.1.1. L'existence comme une tâche ardue à accomplir

Nous ne pouvons élucider la complexité de la pensée kierkegaardienne de l'existence sans faire au préalable état d'une distinction essentielle : le danois dispose de deux concepts pour expliquer le terme existence, à savoir Tilvaerelse et Existents5. Le premier étant d'origine danoise et le second d'origine latine. Dans sa perspective toute différente, la pensée kierkegaardienne se meut à l'intérieur d'une distinction qui donne au concept d'existence une dualité que le français ne clarifie pas aisément. La proposition exprimée par Kierkegaard << 1'homme est un existant >>6 est en effet indéterminée tant que l'on n'a pas décidé s'il était existant au sens danois du terme ou dans son acception latine.

Exister pour l'homme en un sens éminent ne se dit ni de l'être, ni de la seule existence de fait qui convient en général à toutes les réalités mondaines, mais au mouvement qui le conduit vers l'existence à partir de son existence de fait : << 1'homme est en ce sens le seul existant à qui est impartie la tâche d'exister >>7. Cette proposition signifie que l'homme ne se borne pas à constater qu'il est ainsi et pas autrement, s'il peut se trouver comme existence et se distinguer ainsi des autres réalités qui sont sans savoir qu'ils sont, il ne peut devenir un existant ; il ne peut avoir son existence en propre comme une tâche dans l'exigence d'avoir à être ce qu'il est.

<< Exister, affirme Kierkegaard, ce n'est rien du tout, et bien moins encore une difficulté. [...J Exister vraiment, c'est-à-dire imprégner de conscience son existence que l'on domine pour ainsi dire de la distance de l'éternité tout en étant précisément en elle et encore dans le devenir : en vérité la tâche est ardue >>8.

Mais comment l'homme est-il appelé à exister ? Comment sera-t-il lui-même ? Pour le philosophe danois, la réponse à cette question est sans équivoque. Il y a trois façons fondamentales d'exister pour l'homme : existence esthétique, existence éthique et existence religieuse.

5 O. Cauly, Kierkegaard, PUF, (coll. «Que sais-je?»), Paris, 1991, p. 43.

6 S. Kierkegaard, L'existence. Textes traduits par P.-H. Tisseau et choisis par J. Brun, PUF, Paris, 1967, p. 32.

7 Ibidem, p. 36.

8 Ibidem, p. 47.

cuments

Unlimited Pages

lete

CompDo

PDF

I.1.1.1.Le stade esthétique

Au stade esthétique, l'homme vit dans l'immédiateté. Il ne s'est pas encore choisi en tant que moi. Il vit dans et de l'extérieur, dans et du sensible, selon la devise: << il faut jouir de la vie ». Don Juan en est la figure littéraire et musicale. Ce dernier vit dans le plaisir de l'instant, sans pourtant parvenir à se satisfaire. Comme dans la réalisation de cette forme d'existence l'homme dépend de l'extérieur, c'est-à-dire de ce qui n'est pas en son pouvoir, le sentiment fondamental de l'existence esthétique, bien qu'inavoué, se révèle en effet comme désespoir à l'idée que les conditions de cette existence pourraient lui être enlevées. Aussi Don Juan est-il condamné à cumuler les conquêtes et à courir après le temps. << Il paraît donc, dit Kierkegaard, que toute conception esthétique de la vie est du désespoir et que chaque individu qui vit esthétiquement est désespéré, qu'il le sache ou non ».9 Son désir d'absolu échoue à trouver satisfaction dans le plaisir. A cause de cette insatisfaction permanente liée à ce que nous pouvons appeler le <<dilettantisme existentiel à l'épicurienne », Kierkegaard préconise qu'il faut faire un saut existentiel et qualitatif dans le stade éthique.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net