WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'organisation de la comptabilité d'une asbl, cas de la communauté des hommes d'affaires du plein évangile en république démocratique du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Michel KODIA BELI
Université William Booth ( EHEC) - Expert comptable 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section 2 Comptabilité en monnaie étrangère

« Une bonne organisation comptable exige, dès lors qu'il existe des opérations en monnaie étrangère, que soient ouverts des comptes ad hoc parallèlement à ceux en monnaie nationale.

Il peut alors exister deux caisses ou même trois selon le cas. La caisse en monnaie nationale servira à toutes les opérations locales mais elle peut également servir à acheter les devises en cas de besoin. Tandis que les caisses en monnaie étrangères serviraient à toutes les opérations requises en ces monnaies. Il peut arriver aussi que ces monnaies étrangères soient converties en monnaie locale pour régler certains problèmes locaux en cas de carence de cette dernière.

La comptabilité doit tenir compte de ces différentes conversions qui donnent lieu à des différences de change à saisir par le compte 64 avec le signe qui convient.

2.1. Les opérations en monnaie étrangère

« Toute opération faite en monnaie étrangère présente sa propre spécificité, car elle a pour conséquence la prise d'un risque de perte ou une chance de gain du fait de l'évolution des cours de change entre le début et le règlement final de l'opération ».

Dans le cas de prévision d'un risque de change, en fin d'exercice, l'entreprise doit, conformément à la règle de prudence, se couvrir soit par constitution d'une provision pour perte de change.

2.2. Méthodes de comptabilisation

En générale présente trois méthodes de comptabilisation à savoir :

v la méthode d'intégration directe :

v la méthode de l'intégration différée, également dénommée la « méthode de la comptabilité fractionnée »

v la méthode de l'intégration mixte.

a. Méthode de l'intégration directe (mono monétaire)

Elle est utilisée lorsqu'il n'y a qu'un petit nombre d'opérations réalisées dans une seule monnaie étrangère et la comptabilité n'est tenue qu'en unités monétaires légales du pays « cette méthode est aussi appelée méthode classique et c'est elle qui est retenue dans la normalisation comptable en R.D.C ».

Deux solutions sont possibles pour la conversion des opérations :

v toutes les sommes en monnaies étrangères sur la base du cours du jour de la devise à la date de l'opération ;

v toutes les sommes en monnaies étrangères sont immédiatement converties sur la base d'un cours fixe choisi pour toute une période (cours standard).

b. Méthode de l'intégration différée

Cette méthode est aussi appelée « méthode de comptabilité fractionnée ou méthode pluri monétaire ».

Elle est conseillée dès que les opérations avec l'étranger prennent une certaine ampleur lors de différentes transactions avec l'étranger.

v Dans les comptabilités en monnaies étrangères, ce compte de liaison s'intitulera « comptabilité en unités monétaires légales ».

v Dans la comptabilité en unités monétaires légales, ces comptes de liaison s'intituleront « comptabilité dollar », « comptabilité euros », etc.

La comptabilité en monnaie étrangère peut également être intégrée en cours d'année pour déterminer le résultat d'opérations faites avec l'étranger.

c. Méthode de l'intégration mixte

Cette méthode fait intervenir :

v une comptabilité des monnaies étrangères en partie simple (hors bilan) ;

v une comptabilité des UML en partie double (comptabilité ordinaire).

Les inscriptions faites en partie simple, il est conseillé d'indiquer la position débitrice ou créditrice de la devise, afin d'éviter toute confusion dans la comptabilisation ultérieure des opérations.

Comme nous venons de le voir, cette partie consacrée à la comptabilité pluri monétaire exige, dans la pratique, une maîtrise parfaite de la comptabilité et une bonne organisation comptable qui pourra permettre de présenter une information comptable et financière pertinente quand les utilisateurs en ont besoin.

CHAPITRE III- ANALYSE DE L'ORGANISATION COMPTABLE MISE EN PLACE PAR LA COMMUNAUTE

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.