WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude sur l'impact de la transmission optique dans un réseau multiservices "cas de rnis"

( Télécharger le fichier original )
par Ronsard MBUMBA MAYEMBA
Ecole Supérieure des Metiers d'Informatiques et de Commerce "ESMICOM" - Ingénieur technicien en informatique, option réseaux et techniques de maintenance 2009
  

précédent sommaire suivant

III.3.4.3 Commutation des cellules

Dans la commutation de paquets, la taille de ceux -ci ne permet pas de prévoir le délai de transmission des informations, ce qui est incompatible avec le transport de la voix ou de la vidéo. Pour pallier cet inconvénient l'OSI a normalisé une technique de commutation de cellules de longueur constante, émises à l'intervalle de temps constant sur des voies de communication. Cette technique est principalement exploitée dans le réseau ATM (Asynchronous Tranfer Mode) qui doit à terme remplacer le X25.

Les stations transmettent leurs données sous forme de cellules dans des voies de communication communes. Chaque cellule est identifiée en entrée et en sortie du commutateur par une étiquette comprise dans son entête et sera redirigée vers une voie de sortie suivant une table de commutation.

Les commutateurs n'ont pas de fonctions de mémorisation, ils permettent d'optimiser les trafics en créant des chemins virtuels regroupant les différentes voies actives.

Les performances (cellules commutées par seconde) demandées aux commutateurs doivent être très élevées pour satisfaire à la contrainte du temps de transit qui doit rester constant dans le réseau, notamment pour le transfert de la voix.

Bref, la commutation des cellules est une commutation de trames assez particulières, dans laquelle toutes les trames possèdent une longueur à la fois constante et très petite. La cellule est formée d'exactement 53 octets, comprenant 5 octets d'entête et 48 octets de données. Sur les 48 octets provenant de la couche supérieure, jusqu'à 4 octets peuvent concerner la supervision. 8(*)

III.3.4.4 Commutation des messages

Cette commutation consiste à envoyer un ensemble d'information (un message) d'un émetteur vers un récepteur en passant par un ou plusieurs noeuds de commutation. Chacun de ces noeuds attend la réception complète du message avant de le réémettre, cela demande des buffets sur chaque équipement, ainsi qu'un contrôle des flux pour éviter les engorgements. De plus le taux d'erreurs, pour des messages de taille importante doit être très bas.

III.3.5 Numérisation du signal

Presque tous les transports d'information s'effectuent aujourd'hui en numérique : téléphone, TV numérique, Web, etc. Pour ce faire, les signaux analogiques doivent au préalable être transformés en une suite d'éléments binaires. La valeur du débit binaire obtenu par la numérisation du signal requiert un support physique dont la bande passante puisse être parfois supérieure à celle nécessaire au transport du même signal analogique.

En dépit de ces contraintes, le passage à la numérisation généralisée s'explique par une demande en bande passante plus faible que celle utilisée en analogique.

Trois opérations successives doivent être réalisées pour arriver à cette numérisation.

* 8STEPHANE, L. et DOMINIQUE, P, Transmission et Réseaux, Edition Dunod, P 95, 96 et 97

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy