WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des associations de jeunesse à la réduction de la pauvreté en haiti : cas de la commune de port-au-prince

( Télécharger le fichier original )
par Magdala SUIRE
Université d'Abomey-Calavi : Institut National de la Jeunesse, du Sport et de l'Education Physique - Maitrise en Développement Communautaire 2009
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

Sur une population mondiale de 6 milliards d'habitants, plus de 1,2 milliard (soit un habitant de la planète sur cinq) survivent avec moins d'un dollar par jour, et près de 3 milliards d'individus avec moins de deux dollars par jour, c'est-à-dire à un niveau insuffisant de ressources économiques pour vivre de façon décente1(*).

La Déclaration du Millénaire, adoptée en septembre 2000 par l'ensemble des États membres représentés à l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies, prescrit comme premier objectif, la nécessité de faire disparaître en 2015 l'extrême pauvreté et la faim en réduisant de moitié la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour.

L'une des couches de la population les plus touchées par ce fléau social qu'est la pauvreté est la jeunesse. « Aujourd'hui, près de la moitié de la population mondiale (plus de 3 milliards de personnes) a moins de 25 ans. Les jeunes n'ont jamais été en si grand nombre, dans toute l'histoire de l'humanité, et ils sont bien trop nombreux à affronter des perspectives sombres, observe Kofi ANNAN, l'ancien Secrétaire Général de l'ONU. Où qu'ils soient nés, les jeunes voient leur vie façonnée par des forces qui leur échappent, qu'il s'agisse de la prévalence de la pauvreté, de l'incidence de la criminalité, de la possibilité d'étudier et d'apprendre, des perspectives de trouver un travail décent ou encore de l'accès à des services de santé abordables ».2(*)

En ce début du vingt-et-unième siècle, la République d'Haïti fait partie des pays qui n'arrivent toujours pas à satisfaire convenablement les besoins de sa population, notamment ceux des jeunes. Ces besoins ont trait notamment à l'éducation, à la santé, à l'emploi, au logement et à la sécurité sociale. En effet, « sur dix (10) personnes en âge de travailler, six sont au chômage ».3(*)

En Haïti le poids démographique de la jeunesse dépasse les 50% de la population globale4(*). En effet, un haïtien sur deux a moins de vingt (20) ans. C'est autour de cet âge qu'un haïtien, ayant fréquenté l'école « relativement tôt », achève ses études secondaires.5(*)

L'éducation est souvent considérée comme la solution première à la pauvreté. Cependant, la pauvreté est une barrière majeure pour la scolarité. En Haïti comme dans certains pays en voie de développement, beaucoup de jeunes doivent recourir à un entreprenariat forcé et au travail indépendant. Ils travaillent dès lors pour un salaire bas et dans des conditions dangereuses.

C'est dans le but de formuler des axes stratégiques visant à aborder avec plus de succès le phénomène de la pauvreté touchant la jeunesse que plusieurs programmes ont été pris aussi bien à l'échelle internationale que nationale (le Programme des Nations Unies pour la Jeunesse et la Politique Nationale de la Jeunesse en Haïti). Ces programmes permettent de constater que l'accent est mis sur la capacité des jeunes à s'organiser, se regrouper en association en vue de résoudre leurs problèmes. En effet, les Associations de Jeunesse permettent aux jeunes de s'auto-éduquer, d'organiser des activités qui les éloignent de certains vices pour une meilleure intégration dans la société.

En Haïti et plus précisément dans la Commune de Port-au-Prince plusieurs associations oeuvrent pour l'émergence de la couche juvénile. L'objectif de ce travail est d'analyser les Associations de Jeunesse à travers leurs activités afin de montrer leur contribution à la réduction de la pauvreté.

Cette recherche vise de façon spécifique à :

- Apprécier les fonctions des associations de jeunesse et leur niveau d'organisation ;

- Mettre en exergue la contribution des associations de jeunesse à la réduction de la pauvreté dans la commune de Port-au-Prince.

L'étude porte sur la commune de Port-au-Prince située dans le département de l'Ouest de la République d'Haïti. Les caractéristiques essentielles qui s'y dégagent permettront de saisir la portée théorique de notre thème de recherche.

I- PREMIERE PARTIE : CADRE DE L'ETUDE

1.1. Situation géographique et administrative de la République d'Haïti

Haïti est un des pays des Grandes Antilles occupant le tiers occidental de l'ile. Il est limité à l'Est par la République Dominicaine, au Nord par l'Océan Atlantique et au Sud et à l'Ouest par la mer des Caraïbes ou mer des Antilles. Sa superficie est de 27 750 km².

Il est divisé et subdivisé en dix départements, quarante-deux arrondissements, cent quarante-deux communes, cinq cent soixante-neuf sections communales.

* 1 _ Haut Conseil de la coopération internationale (2004). La lutte contre la pauvreté : acteurs, modalités, enjeux.

* 2 _ Journée mondiale de la pauvreté (2006). Les jeunes aux défis du développement.

* 3 _ Institut haïtien de statistique et d'informatique (2007). Frédéric Gérald Chéry in « La crise permanente (Société, économie et politique en Haïti) » et Fred Doura in « Économie d'Haïti, dépendance, crise et développement ».

* 4 _ Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (2008-2010)

* 5 _ Fonds des Nations Unies pour la population (2006)

sommaire suivant